Preview Ligue 1 20/21 | Olympique Lyonnais – Game of Rhône


Olympique Lyonnais - FFL

L’Olympique Lyonnais n’est pas un club comme les autres. Comme tout bon Olympique, il est capable d’être en quart de finale de Ligue des Champions, en finale de la Coupe de la Ligue et pour autant être en quasi-crise permanente. Pourquoi cela me diriez-vous ? Car en son sein, politique et influence sont les maitres du jeu. Analyse à la George R. R. Martin

La saison passée de l’Olympique Lyonnais.

Jean-Michel Aulas, le Tywin Lannister du Rhône, avait pourtant pris la dure décision de lâcher du lest. Se décharger les épaules de l’opérationnel pour prendre de la hauteur sur son royaume de Décines. Et pour l’appuyer, quoi de mieux que son fils spirituel, Tyrion Juninho, main du roi, pour l’épauler dans sa tâche.

Publicité

Le jeune stratège a une vision, un projet à long terme. Mais à Décines, rien n’est facile. Les vieux briscards politiciens que sont Gérard « Littlefinger » Houllier, Bernard « Pycelle » Lacombe ou Florian « Varys » Maurice. Alors, Juninho va devoir faire un choix qui détonne. Venu de Dorne, Sylvinho Martell arrive avec tout le package. Charismatique et svelte, il envoie du lourd.

Et quand il arrive, il plait directement à tout le monde : 3-0 à Monaco, 6-0 contre Angers. Cependant juste derrière, ça sera un peu plus compliqué ? Alors il demande un duel pour prouver sa valeur. Si Oberyn s’est battu contre la montagne, Sylvinho va affronter ce que son royaume appelle la Campagne : Saint-Étienne. Son coach est un excommunié du Rhône, Claude Puel. Alors, il sait qu’il doit mettre tout le peuple de Décines dans sa poche :

La suite, vous la connaissez. Beric va crucifier Lyon dans le money time, sur une erreur inattention. Comme la vipère rouge, l’histoire de notre protagoniste s’arrête ici. On vous passera l’image d’Oberyn qui a traumatisée toute une génération.

Publicité

Bien sûr, tout cela ne plait pas à Tywin Aulas. Sa confiance envers son fils spirituel est déjà bien érosée. Il va donc reprendre la lumière. Et choisir le destin de son royaume. Bien aidé par ses conseillers, il se laisse convaincre par les Martell, et son élément séduisant Margaery Garcia. Alors qu’il avait bien fricoté avec les Baratheon de Marseille, et principalement Jacques-Henri, il a été débarqué du navire et a trouvé un nouveau port.

Bon par contre, contrairement à la série, Rudi Garcia ne fait pas du tout l’unanimité en cité olympienne. Et en interne comme sur ces terres, ça sera un règne tendu. Conflit ouvert avec les supporters, avec un match contre Leipzig complètement lunaire (qualification, mais embrouille avec les supporters), et une 7e place et donc pas d’Europe pour l’Olympique Lyonnais.

Dans le même genre de Lose :   Ligue Europa 2010 | Gyor enflamme la Paillade

Mais quand il s’agit d’Europe, l’Olympique Lyonnais offre une toute autre image. Alors qu’on lui prédit une débacle avec l’arrivée de la Juventus de Robert Sarri, les forces lyonnaises s’unissent et offrent un feu d’artifice de feu grégeois pour repousser les envahisseurs italiens.

Mais si Tywin est maitre en son royaume de Décines, il verra bien vite que le Royaume n’est pas du tout de son côté lors de la crise sanitaire. Que ça soit le Peuple Libre Vert de l’autre côté du mur, l’ensemble des tribus de Westeros ou même le Paris Saint-Meereen, personne ne viendra en aide à Jean-Michel Aulas pour relancer la saison.

Il va nous manquer

S’il y en a bien un qui devait être ami avec le Grand Argentier, c’est Mapou Yanga-Mbiwa. Il n’a plus joué sous le maillot de l’OL depuis décembre 2017, mais a été prendre son chèque de 280 K€ mensuel sans se plaindre. Et il a bien eu raison, qui aurait pu refuser. Acheté 8 millions d’euros en 2015, il n’a joué que 3 matchs pendant les 3 dernières saisons. Un ratio fabuleux pour un défenseur qui n’aura jamais convaincu dans le Rhône. Enfin si, il aura convaincu son banquier.

Le joueur à suivre

S’il y a bien un joueur frisson à l’Olympique Lyonnais, c’est Memphis Depay. Et quoi de mieux qu’un Lion pour défendre les Lannister ? Alors oui, il y a de nombreux jeunes qui tapent à la porte (Cherki, Caqueret, Gouiri), Rudi Garcia n’est pas le plus connu pour les mettre en valeur.

Alors, on ne peut souhaiter qu’à l’Olympique Lyonnais de conserver son attaquant batave. Pour le club, et pour notre Ligue 1.

Notre Pronostic

S’il existe un club sur lequel poser un pronostic nécessite des compétences en astrologie, c’est bien l’Olympique Lyonnais. Il peut finir 2nd comme 10e. Capable de prestations absolument ignobles à exceptionnelles selon l’adversaire, il sera nécessaire pour eux de respecter leurs adversaires — tous leurs adversaires — afin de gagner en régularité. Parce qu’on se moque beaucoup, mais une saison européenne sans l’OL, ça fait un peu bizarre.