Wimbledon 1998 | Nathalie Tauziat, la finale oubliée


Nathalie Tauziat Wimbledon 1998

S’il vous arrive de célébrer la victoire, vous vous souviendrez probablement de votre mois de juillet 2018, rythmé par les matchs des Bleus en Russie. En juillet 1998, la France connaît un engouement similaire, amplifié par l’organisation du Mondial à domicile. Mais alors que le pays entier vibre pour les Bleus, un presque-exploit va complètement passer à la trappe…

Ce presque-exploit, c’est celui de la joueuse de tennis Nathalie Tauziat, qui atteindra la finale de Wimbledon le 4 juillet 1998. Pour la 16ème tête de série du tournoi, ce parcours a tout d’un exploit. Pourtant, tout le monde s’en foutra. Juillet 1998, c’est le mois de l’équipe de France. Elle n’apparaîtra qu’une seule fois en Une de L’Equipe, le 3 Juillet, après sa victoire en demi-finale. Et encore, sur un bandeau en haut du journal.

Publicité

La coupe du monde, ombrelle ponctuelle du tennis

La finale de coupe du Monde tombe souvent le même jour que la finale de Wimbledon, ou la semaine suivante. Si l’ultime rencontre du tournoi londonien est un événement sportif mondial, elle ne fait pas vraiment le poids contre le match de football le plus attendu et le plus suivi de la planète. Qui se souvient de la victoire de Djokovic contre Kevin Anderson le 15 juillet 2018? Outre l’ennui fatal que fut ce match, tous les esprits étaient déjà tournés vers Moscou. Bref, si vous voulez marquer les mémoires à Wimbledon, évitez les années de coupe du monde.

1ère Française en finale de Wimbledon depuis 1925

Avant juillet 1998, Nathalie Tauziat n’avait rien d’une finaliste de Grand Chelem. La Française Top 20 s’avance dans les jardins de SW19 sans avoir gagné de titre depuis 1 an. Elle hérite en plus d’un tableau compliqué avec un quart de finale contre la deuxième tête de série Lindsay Davenport qu’elle n’a jamais battue. Bref, personne ne l’attend au tournant. Elle s’y rendra quand-même.

Le 2 juillet, la native de Bangui réalise l’exploit en éliminant l’Américaine en 1/4 de finale. Incroyable, mais la France s’en cogne. Un jour après, le 3 juillet 1998, Tauziat confirme son exploit et accède à la finale dans un osef national persistant, alors que les Bleus se qualifient pour les demi-finales en éliminant l’Italie aux tirs au but.

Publicité

Une ombre bleue

Nathalie Tauziat perdra sa finale contre la regrettée Jana Novotná le 4 juillet. Cela faisait 73 ans qu’une Française n’avait pas été si loin à Londres. Sauf que pendant ce temps, la France regarde la Croatie éliminer l’Allemagne. Une Croatie sortie par Thuram quatre jours plus tard. La France plongera dans une transe footballistique qui atteindra son apogée le 12 juillet pour des raisons que notre rédaction s’épargnera de rappeler.

Au final, absolument personne ne reparlera de ce parcours pourtant historique de la Française, qui deviendra 2 ans plus tard la plus vieille numéro 3 mondiale à 32 ans. Comme quoi quand on laisse nos joueurs et joueuses de tennis tranquilles…

Mauresmo 2006, destins inversés

En 2006, ce sera l’inverse. Amélie Mauresmo triomphera à Londres et accédera à la place de N1 mondiale. Une win immense, comme la Lose qui attendra la France le jour suivant en finale de Coupe du Monde à Berlin, contre l’Italie. On ne peut pas tout avoir, heureusement.

Dans le même genre de Lose :   Wimbledon 2019 : le bilan