Liège Bastogne Liège | Alaphilippe voulait vraiment montrer son nouveau maillot


Alaphilippe
La bible de la Lose du sport français

En Belgique, Julian Alaphilippe arborait pour la première fois le maillot Arc-En-Ciel de champion du monde, fruit d’une trahison qui passe toujours un peu mal à la Fédé. Mais était-ce un mal pour un bien au final? Car en Belgique, bouillant et désirant absolument montrer qui est le champion du monde, il va déployer un sprint qui restera dans les annales.

Une course pourtant mal partie

A 81 kilomètres de l’arrivée, Julian est pris dans une chute, avec Barguil aussi qui avait une bonne carte à jouer. Et les efforts pour revenir dans le peloton ont été rudes. On se dit qu’Alaphilippe, entre l’énergie dépensée à Imola et dans ce retour, aura du mal aujourd’hui. Mais le français n’avait qu’une idée en tête. Montrer haut et fier son maillot de champion du monde à Liège.

Publicité

Et notre français aura tout changé pendant cette course : 2 fois de vélo, les chaussures aussi. Mais surtout sa carte de licencié. Il sera, vous le savez bien, de retour à la FFL. Et, à 13 kilomètres de l’arrivée, il envoie une attaque et c’est un groupe de champions qui se détache : Hirschi, Dumoulin, Kwiatkowski, Roglic, Pogacar… Un all star game de la saison.

Et sur le final, c’est Alaphilippe, Hirschi, Pogacar et Roglic qui vont s’affronter avec un Mohoric revenu pour lancer le combat. On ne donne pas cher des 2 slovènes, bien inferieurs au sprint. Et Alaphilippe va faire des vagues. Un gros décalage qui casse le sprint de Hirshi et Pogacar, victoire assurée.

Dans le même genre de Lose :   Tour de France | La lose à pois d'Anthony Perez

Il peut enfin lever les bras et montrer au monde entier son beau maillot de champion du monde. Sauf que, le loser de l’été, Roglic, n’avait pas abdiqué. Il bat le français sur la ligne, qui avait completement coupé son effort.

Alaphilippe sera déclassé plus tard, mais qu’importe, l’image reste. Bernard Hinault reste le dernier Français à avoir remporté la classique des classiques. C’était il y a 40 ans.

Publicité