Les 5 scénarios improbables qui peuvent retarder le titre de Verstappen


Max Verstappen

Tous les experts en F1 et les formulix sont unanimes sur un point ; Max Verstappen sera sacré champion du monde pour la 3e fois ce week-end au Qatar. Mais cette théorie est-elle réellement implacable ? Voici les 5 scénarios qui prouvent le contraire. 

Dès la course sprint de samedi, Max Verstappen a la possibilité de devenir champion du monde de Formule 1 pour la troisième fois consécutive. Au moment où nous écrivons cet article, le Néerlandais possède 177 points d’avance sur le second, qui n’est autre que son coéquipier qu’il n’a cessé de martyriser cette saison ; Checo Perez. Soit plus de 7 victoires d’avance sur le Mexicain. Dans le jargon, on appelle ça se faire unlaper.

Manque de pot pour Perez, il ne reste plus que 180 points mis en jeu. Si vous n’êtes pas trop allergique aux mathématiques, vous comprenez que Verstappen doit marquer encore 3 points jusqu’à la fin de la saison pour être sacré champion du monde. Et les esprits les plus perspicaces ont compris que ce scénario pouvait très bien se produire lors du Grand Prix du Qatar.

Toutefois, voici les différents scénarios qui pourraient empêcher Super Max de valider l’adage “jamais deux sans trois“.

Verstappen trop âgé pour bénéficier des réductions

Cela ne vous aura pas échappé, Max Verstappen a fêté ses 26 ans le 30 septembre dernier. Avant de fêter son troisième titre pensez-vous ? Pas si sûr. En effet, si le Néerlandais avait l’habitude de voyager grâce au tarif jeune (-26 ans), il faut qu’il pense à modifier son abonnement. Dans le cas contraire, le contrôleur pourrait refuser de le laisser monter à bord. Bye bye le Qatar et le 3e titre à Lusail.

La chaleur, grand ennemi pour un Néerlandais

Dans son duel avec Sergio Perez, vous devinez bien que Max Verstappen ne part pas favori dans la lutte contre la chaleur. D’ailleurs aux Pays-Bas, le mois d’octobre n’est pas vraiment reconnu pour son climat aride. Et même pour ceux qui pourraient soulever la notion de réchauffement climatique, Amsterdam passe entre les gouttes. Du moins uniquement au sens figuré.

Et pour les mauvaises langues qui voudraient nous rappeler que Max Verstappen est né en Belgique et non aux Pays-Bas, il n’y a qu’à voir l’état de Kevin De Bruyne à la 60e minute de chaque match pour comprendre la souffrance à venir de Verstappen.

Tout ça pour vous dire qu’il va faire très, très chaud sur le circuit de Lusail.

Une course sans erreur de Perez (oui, tout est possible)

On vous avoue que nous-mêmes nous ne l’avions pas vu venir celle-là. Au vu de la dernière sortie de Perez au volant de sa Red Bull (double accrochage et abandon à Suzuka), le voir franchir la ligne d’arrivée serait déjà un mini exploit. Et ce n’est pas Kevin Magnussen qui va nous dire le contraire.

Actuellement, assister à une course propre de Perez revient à espérer voir Andre Drummond terminer à 100% de réussite aux lancers francs en saison régulière. Ce n’est pas dans l’air du temps, mais sait-on jamais.

À lire aussi :   F1 Japon | McLaren et Alpine au sommet de leur art

Lusail, un mauvais souvenir pour les Pays-Bas

Jusqu’au 9 décembre dernier, les Néerlandais ne connaissaient pas encore la ville de Lusail. Mais 120 minutes plus tard, et l’élimination en quart de finale de la Coupe du monde face à l’Argentine au stade de Lusail, ce coin du monde est devenu indésirable pour le pays creux. Max Verstappen rétablira-t-il l’honneur des Bataves ? Ou confirmera-t-il la malédiction des Oranje à Lusail ? Réponse dimanche.

Verstappen expulsé du pays pour avoir apporté du Red Bull

Personne n’y pense, et pourtant, c’est LA véritable menace de Max Verstappen ce week-end. En effet, quand on dit que le principal danger qui pourrait l’empêcher de devenir champion du monde se situe en interne, on ne pense pas forcément à Perez. Mais littéralement à Red Bull. Si Max a la brillante idée de s’amener du Red Bull pour lutter contre les fortes chaleurs, il risque tout simplement de rester à la frontière. Ou bien s’il a de la chance, de pénétrer sur le territoire pour en ressortir finalement. Une sorte d’OQTF à la qatarienne.

Tom