Formule 1 | Les notes FFL du Grand Prix du Japon


Sergio Perez

Une semaine après un Grand Prix de Singapour irrespirable, la stratégie de zinzin de Carlos Sainz et le dernier tour iconique de George Russell, nous avons eu droit cette fois-ci à une victoire sans conteste de Red Bull. Mais l’écurie autrichienne a également assuré le show avec son autre pilote.

À lire aussi :   Formule 1 | Les notes FFL du Grand Prix de Singapour

Formule 1 — GP du Japon — Les Notes

Alfa Roméo

Valtteri Bottas : 7

Après avoir subi un incident dès le départ, le Finlandais pensait repartir de bon pied. Mais c’était sans compter Sargeant qui lui ruine ses espoirs dès son tour de sortie des stands. Valtteri, victime du nouveau Latifi.

Publicité

Guanyu Zhou : 6

Une semaine après avoir été prolongé par Alfa Roméo, Guanyu Zhou leur rend de la meilleure des manières avec le 19e chrono en qualifs. Vivement que la saison se termine pour l’écurie italienne.

Alpine

Esteban Ocon : 4

Comme à son habitude, l’objectif de la course a été atteint pour Esteban Ocon ; bloquer Fernando Alonso et lui briser sa stratégie en deux. Challenger la 5e écurie au classement constructeurs ? Cela passe en second plan désormais.

Pierre Gasly : 5

Le week-end ne pouvait pas mieux débuter pour le Français. Une sortie de piste durant les essais libres, on n’en demandait pas tant.

Publicité

Alors qu’il pensait avoir fait le plus dur en remontant à la 9e position, c’était sans compter sur son équipe qui lui demande de rendre sa position à Esteban Ocon. Le genre de cadeau empoisonné qu’on aime.

AlphaTauri

Liam Lawson : 5

Après avoir éjecté de la Q3 Max Verstappen à Singapour, le Néo-Zélandais est passé à 43 centièmes de récidiver avec Alonso ce week-end. Mais Liam manque encore un peu d’expérience ; 21 années exactement.

Yuki Tsunoda : 6

Pour son Grand Prix à domicile, Alpha Tauri ne pouvait pas lui offrir un plus beau cadeau ; être prolongé pour la saison prochaine. Pour ce qui est de la voiture, nous ne pouvons peut-être pas parler de “cadeau”.

Aston Martin

Fernando Alonso : 4

Les week-ends se suivent et se ressemblent pour l’Espagnol ; une qualification en Q3 le samedi (16/16), et des places de gagnées au départ (4).

Sans oublier une remise en question totale de la stratégie de son équipe durant la course. Décidément, Fernando est inspiré sur le circuit de Suzuka.

Lance Stroll : 7

Pas de crash ce week-end en qualif, mais pas de Q2 pour autant. Et surtout un abandon, ce qui permet à Lance de signer une 4e course consécutive sans point. Le temps d’Astroll Martin semble révolu.

Ferrari

Charles Leclerc : 3

Son dépassement à l’extérieur sur George Russell est encore gravé dans nos esprits. Fort heureusement, nous aimons à nous rappeler que Charles est bel et bien Monégasque.

Carlos Sainz : 4

Une semaine après sa pole position, Carlos retrouve les joies de signer un temps à 1 seconde de Max Verstappen. En course, Mercedes a décidé d’opter pour sa stratégie ; demander à Hamilton de laisser Russell dans la seconde pour qu’il bénéficie du DRS. Cette tactique aura duré exactement 1 tour. A deux doigts de se prendre un contre kems notre ami Carlos.

Haas

Kevin Magnussen : 8

Alors que Kevin poursuivait sa visite guidée du Japon sur un rythme de sénateur, il s’est subitement fait rentrer dedans par un autre touriste ; Checo Perez. Un accident de la circulation qui a coûté cher au Danois, condamné à faire demi-tour sur un circuit de Formule 1.

Nico Hulkenberg : 7

Nico aura réussi l’exploit de ne se faire filmer à aucun moment de la course. Le tout en finissant à la 14e position. Ces Haas sont tellement rapides qu’elles parviennent à déjouer toutes les caméras du circuit (lol).

McLaren

Oscar Piastri : 2

En première ligne le samedi, Piastri ne s’est pas gêné pour signer son premier podium en Grand Prix. Qui plus est avec seulement 1 heure de décalage horaire entre le Japon et l’Australie. L’humiliation ne pouvait être plus totale pour la Fédération Australienne de la Lose.

Lando Norris : 1

Le Britannique espérait une Senna – Prost entre Verstappen et Norris, il n’en a finalement pas eu besoin pour dépasser son coéquipier. Une pensée pour Lando qui a pu admirer l’aileron arrière de la Red Bull durant exactement 3 tours, avant de la perdre de vue.

Mercedes

Lewis Hamilton : 3

Hamilton s’attendait à terminer à 30 secondes des Red Bull, ses vœux ont été exaucés. Il a franchi la ligne d’arrivée 49 secondes après Verstappen. Oui, vous avez bien lu, 49 secondes et 376 millièmes sur un Verstappen en totale gestion.

George Russell : 5

Le gentleman du paddock peut l’avoir mauvaise. Alors que Mercedes lui a refusé le combat en début de course sur Hamilton, cette même Mercedes lui a demandé de laisser passer ce même Hamilton en fin de course. Suffisant pour voir le Britannique arriver de nouveau les yeux humides face aux journalistes après Singapour ?

Red Bull

Max Verstappen : 0

Dès le vendredi matin, Max Verstappen avait d’ores et déjà remporté le Grand Prix du Japon. La course n’a été qu’une obligation administrative pour soulever son 48e trophée.

Ah et au fait, Red Bull est champion du monde des constructeurs (pour ceux qui s’intéressaient encore à ce classement).

Sergio Perez : 10

Indiscutablement le Driver of the Day. Parti 5e, Checo annonce une remontée en course, mais il se débrouille pour endommager sa voiture dès le départ. Un premier passage au stand, suivi d’un second après sa manœuvre millimétrée sur Magnussen (voir la note du Danois). Abandon.

Enfin, un retrait uniquement pour la première course du Mexicain. Red Bull a alors une idée de génie ; lui faire écoper sa pénalité obtenue lors de cette course, et non pour le GP du Qatar. Les dirigeants le font remonter dans sa voiture, poiroter 20 bonnes minutes dans la chaleur indécente de son box, pour finalement reprendre la piste avec 40 tours de retard sur le leader, qui n’est autre que son coéquipier. Et tout ça pour boucler un minuscule tour avant d’entendre “retire the car” dans sa radio.

Une humiliation en mondovision plus tard, Red Bull a fait d’une pierre deux coups.

Williams

Logan Sargeant : 9

Alors qu’il sait que son siège est plus que jamais en jeu pour la saison prochaine, l’Américain fait ce que tout pilote ferait à sa place ; attirer la lumière sur lui. Et de quelle manière. Un aller sans retour dans le mur de Singapour la semaine passée, et une sortie de piste en qualifs à Suzuka.

Sans oublier le tamponnage dans les règles sur Bottas en début de course. Bref, Logan peut d’ores et déjà ouvrir sa boîte mail et postuler pour un poste en IndyCar la saison prochaine.

Alexander Albon : 7

Tous les espoirs de Williams reposaient sur les seules épaules d’Alex Albon. Mais visiblement, la baraka n’a pas suivi les Anglais ce week-end. Un double abandon pour l’écurie de Grove, et une tournée d’Asie à oublier ; 0 point en 2 courses.