Top 10 de vos plus belles loses en déplacement, avec hotelF1


La semaine dernière, nous lancions un appel à la Lose sur les plateformes de la fédération. L’objectif était clair : sonder la communauté FFL à la recherche de la plus belle lose en déplacement sportif, en tant que supporter ou sportif qui s’apprête à jouer à l’extérieur. Après avoir reçu et lu les +500 histoires que vous nous avez envoyées, voici le top 10.

Pour ce concours, la FFL a fait équipe avec hotelF1, hôte habitué et privilégié des équipes de sports amateurs et autres supporters en vadrouille. Afin d’encourager notre appel à témoignage, hotelF1 offre le prochain déplacement de notre gagnant, ainsi qu’à 5 de ses amis. Vous allez voir, certains en auraient bien eu besoin.

10. Arrivée en béquille, retour en vélo

Faire 13h de route pour aller voir un match dans un stade quasi-vide, nous voilà déjà dans la tranche très motivée des supporters de football. Le faire avec un pied en miettes et des béquilles, on passe dans la tranche “zinzin”.

On se demande ce qui aura été le plus douloureux pour notre ami ce jour-là : le kilomètre en béquilles, la roue de vélo 6-0 ou la facture d’essence.

9. Les traditions, c’est important

Inutile de vous rappeler à qui notre logo fait hommage. On était donc obligé d’inclure la défaite de cet abonné dans ce classement. Pour la France.

8. Un déplacement en bonne compagnie

Certains arrêtent de prendre le train par peur de se retrouver dans un wagon rempli d’enfants qui pleurent, ou pire, dans un club 4 (quelle horreur). Ils préfèrent généralement la voiture, qui reste souvent un gage de sérénité quant aux partenaires de voyage. Enfin en principe.

7. Quand t’oublie de bosser les mouvements défensifs

C’est l’esprit qu’on aime. Sacrifier une journée de déplacement pour se faire poutrer en équipe. L’énergie FFL, le sport, le vrai.

6. La flemme, la vraie

5. Point faible : trop faible

Quand l’adversaire te propose d’arrêter la rencontre, généralement, c’est qu’il veut déclarer forfait. Dans ce cas précis, Polo a vécu une toute autre situation. Beaucoup plus humiliante. L’arrêt pour cause d’écart de niveau trop important. Courage Polo.

4. Lille et les clubs anglais, une longue histoire d’amour.

Juste pour le plaisir on vous remet le coup franc de Giggs.

3. Indésirable

Être remplaçant, déjà, c’est dur. Mais alors être prêté à l’adversaire par ton propre coach, là c’est encore plus dur. Je ne vois pas ce qui pourrait être enc–. Ah bah si :

2. Retrait de point ou de permis, il faut choisir

Probablement celui pour qui le ratio “temps de match X galères endurées” est le plus élevé.

À lire aussi :   Triathlon | La performance inadmissible de Cassandre Beaugrand

Petit contexte, on est le 21 novembre 2021. Lyon reçoit Marseille à domicile quant une bouteille de Cristaline atterrit malencontreusement sur le visage de Dimitri Payet. Face à la lourdeur de l’impact de cette bouteille molle à moitié vide, le Marseillais tombe à terre dans une extrême souffrance et ne se relève plus. Après 140 secondes de jeu, le match est définitivement arrêté. Tout le monde rentre à la maison, dégoûté.

Et puis, il y a notre gagnant :

On a demandé confirmation, la VAR valide : c’est un retrait de permis.

8 mois de retrait pour 2 minutes de jeu. Soit 2 jours de retrait par seconde de jeu. Ratio Im-ba-ttable. Voilà quelqu’un pour qui le train et l’hôtel F1 seront plus que bienvenus.

1. J’allais taper Sub-3H au marathon mais l’Eyjafjallajokull tu connais

L’excuse du train raté, du bus en panne, du vol annulé ? Très peu pour notre ami Benoît. Un volcan Islandais c’est quand même vachement plus solide pour justifier sa non-participation à un marathon. Une galère qui aura séduit nos amis d’hotelF1, qui décernent la palme à cette histoire !

Merci à tous les participants à ce concours, et surtout aux nombreux perdants qui ne sont pas dans le top 10. Maintenant qu’ils ont pris connaissance de votre talent insoupçonné pour échouer dans tout type de déplacement, hotelF1 vous attendent de pied ferme sur les routes de votre prochain périple. Sans trop de lose, on vous le souhaite.

Louis