JO 2014 – Patinage | Le hold-up des juges pour la paire Péchalat – Bourzat


Station balnéaire réputée, Sotchi est le paradis pour de nombreux Russes l’été. Mais il faut dire que nous gardons un meilleur souvenir de cette ville en hiver. Depuis les JO 2014, on comprend désormais très bien l’avantage de jouer à domicile. Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat encore mieux que tout le monde.

Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais les Jeux olympiques 2014 à Sotchi sont particulièrement bien négociés par notre délégation française. Surtout pour sa section du patinage. En effet, le duo Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat est le binôme vedette de notre Hexagone.

Publicité

En même temps, ce duo de danse sur glace rafle tout sur son passage ; médaillés de bronze aux championnats du monde 2012 et doubles champions d’Europe en titre, le tandem Péchalat – Bourzat est une des plus grandes chances de breloque française lors de ces olympiades. Si le patinage artistique est un travail quotidien sur le moindre détail, un seul n’a pas été anticipé par le duo tricolore : les JO se passent en Russie.

À lire aussi :   JO 2010 – Patinage | Champion olympique sans médaille d'or, l'idée ingénieuse de Sven Kramer

Ne jamais sous-estimer le chocolat russe

Avant de pénétrer sur la glace, Péchalat et Bourzat n’ont qu’une obsession : décrocher cette fichue médaille olympique, la seule qui manque à leur immense palmarès. Les deux Français s’élancent et réalisent à merveille leur programme. Un pied et quatre orteils pour enfin décrocher cette breloque. Seuls les Américains et les Canadiens sont en mesure d’enquiquiner les Bleus, ce qu’ils vont d’ailleurs faire.

Les Français sont troisièmes. Tandis que la médaille de bronze leur est promise, on voit soudain arriver le duo russe composé de Nikita Katsalapov et Elena Ilinykh. Et comme l’aurait dit un grand philosophe, alors peut-être. Car il ne vous a pas échappé que Sotchi est une ville située dans le sud de la Russie.

Publicité

Et qui dit Jeux olympiques à domicile, dit petite aide des juges. Oui, car le gros avantage du patinage artistique, c’est que les notes sont en (grande) partie subjectives. Ce qui laisse place à une injustice flagrante dont on raffole. En effet, la paire russe réalise un programme (extra)ordinaire. Et les juges les propulsent à la 3e place, pile devant nos Français, c’est ballot. Ou comment terminer les Jeux olympiques avec du chocolat plein les dents.

À lire aussi :   Marathon de Patinage | Le finish extraordinaire de Elma de Vries

Du seum jusqu’au bout des ongles de Péchalat et Bourzat

Alors bien sûr, en France, le tollé est de taille. Mais il faut quand même avoir l’esprit mal placé pour imaginer que des Russes pourraient être avantagés à domicile. Avec qui plus est un programme identique qui leur avait rapporté 103 points la semaine précédente, et 110 points cette fois-ci. À la FFL, nous croyons aux coïncidences.

Bref, un léger sentiment de vol qui se traduit dans les propos de Fabian Bourzat juste après l’épreuve. Même à l’écrit, on ressent l’overdose de seum. Et on ne s’en lasse pas.

« La suite ? Des spectacles et la retraite. On n’ira pas aux Championnats du monde » F. Bourzat

Et voilà, dès qu’on perd, les soupçons de favoritisme ressortent de plus belle. Sacrés Français. Toujours bons perdants.

« Passer de 103 à 110 points en une semaine, c’est phénoménal. Félicitations aux Russes, je suis impressionné. Une telle progression sur un même programme… » F. Bourzat

Même son de cloche du côté du président de la Fédération française des sports de glace.

« Je ne vais pas vous dire qu’on est heureux d’être à la place qu’on qualifie d’habitude de l’imbécile » D. Gailhaguet

Tout est une question de point de vue. Et cinq jours plus tard, rebelotte lors de l’épreuve du patinage artistique féminin. En effet, la Russe Adelina Sotnikova est sacrée championne olympique devant la Coréenne Kim Yu-na, pourtant ultra favorite. Alors la fédération sud-coréenne de patinage décide de porter plainte en affirmant que Sotnikova a été surnotée, cette dernière n’ayant jamais fait mieux que 9e en compétition. En vain. Ces Russes sont quand même incroyables. Après les JO de 2006 et 2010, le patinage français réalise la passe de trois : ramener 0 médaille en France.

Au moins avec la délégation française de patinage, on sait qu’il n’y a jamais aucun risque sur le chemin du retour pour passer les détecteurs de métaux à l’aéroport.

À lire aussi :   Brian Joubert | Les putains de JO
Tom