GP Espagne 2001 | Hakkinen, la victoire à 5 virages près


Mika Hakkinen

Si la délégation française nous assure son lot de lose en tout genre en Formule 1, il ne faut pas non plus oublier nos homologues finlandais. Avec Mikka Hakkinen en tête lors du Grand Prix d’Espagne 2001.

Double champion du monde en 1998 et 1999 au volant de sa McLaren, Mika Hakkinen est le grand favori de la saison 2000. Pour preuve, à quatre courses du terme du championnat, le “Flying Finn” possède 6 points d’avance sur un certain Michael Schumacher. Mais rassurez-vous, le Finlandais va mettre les bouchées doubles pour conclure le championnat à la perfection. Mika inscrit 15 points sur les 4 derniers Grands Prix, quand Schumacher en marque 40. Premier titre de l’Allemand avec la Scuderia, et assurément pas le dernier.

Publicité

Mais le plus important est ailleurs ; Mika Hakkinen vient de lancer une dynamique inarrêtable avec l’écurie de Woking.

À lire aussi :   Formule 1 | C’était un 25 août… La quasi victoire de Jean Alesi

Un début de saison 2001 sensationnel pour Hakkinen

Si Hakkinen voulait briser le signe indien lors du début de saison 2001, c’est raté. Le pilote McLaren inscrit 4 points lors des quatre premières manches. Un accident en Australie, une 6e place en Malaisie, un problème d’embrayage dès le départ au Brésil et une 4e position à Saint-Marin. Bref, un parcours de presqu’champion du monde quoi.

Alors pour tourner la page, le Finlandais souhaite rebondir lors du Grand Prix d’Espagne, où il est tout simplement le triple vainqueur en titre (1998, 1999, 2000). Dès les qualifications, Hakkinen prouve qu’il est bien de retour aux avant-postes. Le natif de Vantaa claque le 2e temps à seulement 8 centièmes de Michael Schumacher. Le mano a mano entre les deux ne fait que commencer.

Publicité

À lire aussi :   Prost Grand Prix - 1997 2001 | L'anti-Mercedes de la F1

Un scénario FFL pour Mika Hakkinen

Dès l’extinction des feux, le duel entre Schumacher et Hakkinen fait rage. Les deux pilotes ne se lâchent pas d’une semelle, l’écart n’excédant jamais 4 secondes entre les deux. Au 44e tour, Michael Schumacher entre aux stands, mais ressort dans le trafic et perd du temps. Il n’en faut pas plus à Mika Hakkinen pour s’envoler, et ressortir en tête après son arrêt aux puits.

Victime de vibrations dans sa voiture, le pilote Ferrari ne parvient pas à suivre le rythme de la McLaren. Schumacher compte 40 secondes de retard sur Hakkinen à l’entame du dernier tour. On se dit alors que le Finlandais a enfin conjuré le mauvais sort depuis la fin de la saison précédente. Mais au moment d’aborder la dernière boucle, un épais nuage apparaît sur la piste. Ce dernier ne vient pas du ciel catalan, où pas un seul nuage ne vient gâcher le soleil de plomb de Barcelone, mais bien de la McLaren du Finlandais. Un nouveau problème d’embrayage à l’abord du dernier tour de la course, et c’est la Fédération Finlandaise de la Lose qui exulte. Oui, une FFL peut en cacher une autre.

À lire aussi :   Formule 1 | Les fabuleuses 48 heures d'Alpine

Une journée parfaite pour McLaren

Hakkinen essaye tant bien que mal de poursuivre la course, mais on le voit faire “non” avec son casque dans sa monoplace. Il est contraint de se ranger sur le côté, et assiste à la victoire de Schumacher en étant escorté par son coéquipier Coulthard. Nous sommes à la 5e course, et Hakkinen peut d’ores et déjà dire adieu au titre. Quoi de mieux pour fêter son 150e Grand Prix de Formule 1 ?

Mika Hakkinen abandon
Un tour d’honneur pour le “loser” Hakkinen.

La journée est décidément parfaite du côté de McLaren, étant donné que Coulthard, parti 3e, a dû s’élancer en bon dernier à cause d’un problème d’antipatinage. Et qu’il a cassé son aileron avant lors du départ.

Et dire que certains fans de McLaren se plaignent de la situation actuelle de leur équipe.

À lire aussi :   Formule 1 | GP D'Australie - La saison d'Alpine enfin lancée !
Tom