Coupe du Monde | L’Afrique du Sud gagne d’un point, of course


Pour cette finale du Mondial, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande se battaient pour devenir la nation la plus titrée de tous les temps. Inutile de lire ce résumé, vous savez qui a gagné d’un point.

Publicité

À lire aussi :   Coupe du Monde | England is coming home

Après deux mois de compétition, la Coupe du monde se termine enfin. En effet, un ultime match vient mettre un terme à ce Mondial ; la finale. A l’affiche, l’Afrique du Sud contre la Nouvelle-Zélande. Les champions en titre contre la nation qui a le plus dominé le rugby mondial dans l’histoire. Une affiche de rêve donc, sauf pour les 67 millions de Français qui trouvent qu’une nation manque à l’appel. Et vous pouvez également rajouter les 5 millions d’Irlandais.

À lire aussi :   Coupe du Monde | Irlande – All Blacks| Les notes FFL du match

Si les All Blacks ont péri face aux Bleus lors du match d’ouverture, ce n’est pas le cas des Springboks. En quarts de finale, le XV de France s’est fracassé contre les Sudafs, et notamment sur l’avant-bras de Kolbe sur la transformation de Ramos. Il n’est jamais inutile de rappeler ce genre de choses. Notre finale à nous.

À lire aussi :   France - Afrique du Sud | Retour sur une soirée de grand keeffe

Le résumé du match

A peine le match commence, et les All Blacks démarrent tambour battant. Le troisième ligne Frizell décortique Mbonambi sur son grattage. Le talonneur sudaf se tord en deux sous l’impact ; carton jaune Nouvelle-Zélande. Cela ne pouvait pas mieux commencer. Dès lors, les deux buteurs de la rencontre se rendent coup pour coup. Même si Handre Pollard finit par avoir le dernier mot sur Richie Mo’unga (12-6).

Publicité

Mais le plus bel événement de cette première période reste sans aucun doute l’intervention du valeureux Sam Cane. Le capitaine néo-zélandais décapsule la tête de Jesse Kriel. Carton jaune, puis carton rouge sur décision arbitrale. On n’attendait pas mieux venant d’un capitaine. Toujours montrer dans l’exemple.

De l’autre côté, Eben Etzebeth essaye de suivre le mêle chemin en envoyant le coude dans la tronche d’un Néo-Zélandais. Mais son projet se heurte à un roc ; l’arbitre.

Et à la fin…

Il faut attendre la seconde mi-temps pour voir un Sudaf réussir la mission entreprise par Etzebeth ; Kolisi. Il aura fallu quand même un choc tête contre tête pour le voir écoper d’une biscotte. Cette exclusion de 10 minutes profite aux All Blacks. Aaron Smith pense inscrire l’essai de l’espoir à la suite d’un numéro de dingue de Mo’unga, mais c’était sans compter sur le 16e homme sudaf ; vous l’aurez deviné, le seul, l’unique, le corps arbitral. Bon, il y avait carrément en-avant hein.

Mais quatre minutes plus tard, Beauden Barrett ramène les deux équipes avec un essai néo-zélandais, avant que Mo’unga ne foire complètement sa pénalité (12-11). Les All Blacks reviennent au score sans dépasser les Springboks. On ne pouvait pas espérer un meilleur finish.

Puis à la 72e minute, c’est LA bascule. Kolbe est coupable d’un en-avant volontaire, prend un carton jaune et offre une pénalité aux All Blacks. Jordie Barrett a le ballon de la gagne au bout du pied. Il va le convertir comme David Trezeguet en finale de la Coupe du monde 2006.

Comme en quarts de finale face au XV de France (29-28), et au XV de la Rose (16-15), l’Afrique du Sud vient à bout des All Blacks d’un petit point (12-11). Cela ne va pas aider les Springboks à bénéficier d’une meilleure réputation auprès des Français.

Voilà, la Coupe du monde de rugby, c’est fini. Et dès ce week-end, c’est le retour du Top 14 avec Perpignan – Pau. Va falloir se mouiller la nuque.

À lire aussi :   Coupe du monde 2011 | Craig Joubert, notre sauveur
Tom