Coupe du Monde | Irlande – All Blacks| Les notes FFL du match


Johnny Sexton

Les All Blacks faisaient face au Clermont du quart de finale de Coupe du monde. Et une fois de plus, la tradition a été respectée.

Publicité

À lire aussi :   Coupe du Monde | France – Italie | Les notes FFL du match

Irlande

13-0 pour la Nouvelle-Zélande au bout de 19 minutes de jeu. Il ne fallait tout simplement pas siffler le haka chers amis irlandais.

Publicité

Bon et puis la réalisation n’est pas non plus exempte de tout reproche.

Porter – 2

On ne sait pas vous, mais on a très rarement vu un pilier jouer durant 77 minutes. Porter, c’est ce gars qui se frappe un déménagement après un marathon.

Sheehan – 7

On ne se lasse pas de se remater le ralenti du talonneur irlandais qui essaye de se saisir du ballon pour filer à l’essai. Petit bémol ; il a la flemme de sauter pour le récupérer.

Furlong – 6

Malgré ses 125 kg, Furlong n’a pas beaucoup pesé sur le match.

Beirne – 5

Plus connu comme l’homme au casque bleu ce soir, le joueur du Munster s’est mangé des plaquages néo-zélandais en rafales. Pas un seul os de son corps ne doit se trouver au bon endroit.

O’Mahony – 3

100% de passes réussies, 88% de plaquages réussis, 2 lignes franchies, mais seulement 4 mètres gagnés ballon en main. C’est vous dire la muraille infranchissable des All Blacks ce soir.

Van Der Flier – 3

Lui, c’était l’homme au casque rouge. Vous avez sans doute dû le remarquer quand il enfonçait son vis-à-vis dans la pelouse du Stade de France.

Doris – 2

Une douce pensée pour Caelan Doris qui s’est coltiné Ardie Savea durant 80 minutes. Pour que les footeux comprennent, c’est comme si un attaquant devait passer 90 minutes entre Pepe et Otamendi.

Gibson-Park – 2

Si vous voulez savoir pourquoi les demis de mêlée ont l’étiquette du petit filou, il vous suffit de mater l’essai de Gibson-Park.

Sexton – 1

Si vous cherchiez le pendant parfait de Marco Verratti au rugby, ne cherchez plus. Johnny Sexton est l’homme de la situation. Toujours un petit mot lâché en direction de l’arbitre pour chacune de ses décisions défavorables. Il ne manque plus qu’à parler avec les mains désormais.

Lowe – 5

Lowe avait visiblement les jambes ce soir pour faire chuter la Nouvelle-Zélande, mais malheureusement ses crampons en ont décidé autrement. On a arrêté de compter au bout de sa 10e chute.

Aki – 1

Bundee Aki avait l’étiquette du parfait traître avant la rencontre. Né à Auckland en Nouvelle-Zélande, aucun supporter des All Blacks ne voulait le voit aplatir le moindre essai. Vous avez deviné ce qu’il s’est produit.

Keenan – 4

Le pire poste possible face aux Blacks, c’est celui de l’arrière. C’est comme si vous arrivez à pleine vitesse sur un mur en béton. Keenan a tout d’abord eu l’arcade pétée, puis un bandeau autour de sa tête. Ces gens ne sont pas normaux.

All Blacks

Taylor – 8

Oh le coquin. Le talonneur néo-zélandais fait coup double ; non seulement il écroule le ballon porté irlandais, ce qui provoque un essai de pénalité. Mais en plus de cela il écope d’un carton jaune à un quart d’heure de la fin. Génie.

Lomax – 4

A Lomax, vous ne lui parlez pas de mêlée perdue. Face à Porter, le Néo-Zélandais s’est fait un malin plaisir d’enfoncer son vis-à-vis sur le premier impact. Un bison reculerait face à Lomax.

Retallick – 3

On a l’impression de voir Brodie sauter sur les touches des All Blacks depuis qu’on est nés. Et c’est encore lui qui vient foutre le bordel dans l’alignement irlandais. Le Benjamin Nivet des Blacks.

Whitelock – 2

Le vétéran de la deuxième ligne néo-zélandaise est rentré à la 60e minute dans le plus grand des anonymats, avant de gratter le ballon de la victoire comme si de rien n’était. D’un relâchement déconcertant.

Cane – 1

En bon capitaine, Sam Cane avait une et une seule tactique dans ce match ; donner son corps à la science. Le gars est sorti du terrain avec la même aisance que s’il venait de se faire rouler dessus par un semi-remorque.

Savea – 1

On ne compte plus les fois où Ardie Savea s’est mis en position de hors-jeu dans les zones de ruck pour gratter le ballon. Le David Trézéguet des All Blacks.

Vous l’aurez compris, on ne mentionne aucunement ses milliers de ballons grattés sans faire faute.

Smith – 3

Sa place n’est pas à la sortie de chaque mêlée ouverte, mais dans un opéra. Un chef d’orchestre comme pas deux.

Mo’unga – 3

Comment ne pas tomber amoureux de cette feinte de grand-père ? On n’avait plus vu une telle entourloupe depuis les feintouses de Manu Ginobili.

Fainga’anuku – 4

Si les Français pensaient être les seuls à se prendre un essai du tonnerre de la part des All Blacks, c’était sans compter sur la jalousie des Irlandais.

J. Barrett – 4

On essaye encore de savoir comment Jordie Barrett a fait pour envoyer un extérieur du pied sur une pénalité à 50 mètres. Le Luka Modric de l’Ovalie.

Jordan – 2

Un sprint de 40 mètres dans l’en-but pour enfoncer les espoirs irlandais dans la pelouse du Stade de France. On valide hautement l’idée.

B. Barrett – 3

Après Scott et Jordie, Beauden complétait la fratrie des Barrett. Il faut sauver le soldat Ryan version All Blacks.

À lire aussi :   Coupe du monde Rugby | Owen Farrell, la pénalité d’une vie
Tom