Coupe du monde 2011 | Craig Joubert, notre sauveur


Craig Joubert Nouvelle Zelande Coupe du Monde
Craig Joubert - Arbitre - 23.10.2011 - France / Nouvelle Zelande - Finale de la Coupe du Monde de Rugby 2011 - Auckland

Le XV de France a une relation spéciale avec la Coupe du monde. Souvent cité parmi les favoris, jamais vainqueur. Une maxime qui nous sied à la perfection. Alors quand les Bleus parviennent à se hisser en finale d’un Mondial, la FFL se charge de recourir à la dernière option. Pas la plus jolie, mais la plus frustrante : l’arnaque arbitrale. Déjà en 1995, Derek Bevan avait porté cet art à un rang très élevé, en favorisant largement l’Afrique du Sud contre la France (et en empochant une montre au passage). Mais en 2011, Craig Joubert deviendra le maître de la discipline.

À lire aussi :   Mondial Rugby 2007 | Le XV de France se fait trailler par l'Angleterre

Des louanges en introduction

Quatre jours avant le match fatidique, Craig Joubert est désigné pour arbitrer la finale. Choix que le sélectionneur français n’oubliera pas de saluer :

Publicité

“Cela dit, je considère depuis longtemps M. Joubert comme le meilleur arbitre du monde” Marc Lièvremont

En effet, le sifflet allait se jouer entre l’arbitre sud-africain et l’Irlandais Alain Rolland. Ce dernier arbitre France — Pays de Galles en demi-finale, et sort un rouge rapidement pour un plaquage cathédrale de Warburton. Ce qui pousse Lièvremont à se dire que ça aurait pu intrinsèquement influencer l’arbitre irlandais dans l’autre sens pour la finale.

Et cette finale, c’est une surprise générale pour tout le monde. Fessés en poules par la Nouvelle-Zélande (37-17), les Français subissent une humiliation sans précédent en Coupe du monde face aux îles Tonga. Défaite 19-14 en ayant subi l’impact physique tout le long du match. Bref, personne n’y croit. Et c’est bien quand personne n’y croit que le XV est potentiellement le meilleur. Victoire face aux Anglais en quarts (même s’ils étaient à 2 doigts de subir un comeback des familles) et face aux Gallois, en ayant été dominé durant une mi-temps à 15 contre 14.

À lire aussi :   Coupe du monde 2011 | France-Tonga | Le vrai baroud d'honneur de Lièvremont

Un Craig Joubert présent d’entrée

“L’arbitre de la rencontre, Mr Joubert, il est sud-africain, et il a excellente réputation !” Christian Jeanpierre.

Oui, Christian Jeanpierre est probablement le dernier français à avoir dit du bien de Craig Joubert, quelques secondes après le Haka néo-zélandais et juste avant le coup d’envoi. Il est 10 h du matin en France, et ce ne sont pas les croutes des yeux encore mal lavés qui nous font défaut. Oui, les Néo-Zélandais sont tout le temps hors-jeu et leurs joueurs ont le droit de roupiller en restant dans les zones de plaquage. Denis « Joubert » Brogniart offre même le totem d’immunité à Richie McCaw, qui peut contester les ballons où il veut, quand il veut, comme il veut.

À lire aussi :   XV de France | Top 10 des défaites à la sirène (ou presque)

De plus, les All-Blacks vont aussi se prendre pour leurs frères de couleurs, les Oakland Raiders. Sur une touche, 2 bloqueurs vont créer un espace aussi grand que le gouffre de Helm pour laisser passer Woodcock aplatir seul. Circulez, y’a rien à voir. Malgré tout, les Néo-Zélandais n’atteignent la mi-temps qu’avec un petit matelas maigrichon (5-0). Malgré l’aide de Craig, Weepu n’aura réussi aucun de ses coups de pied (0/1 transformation, 0/2 pénalités).

Publicité

Et la France y a cru

Le début de seconde mi-temps ressemblera beaucoup à la première. Directement, un plaquage à la gorge non sifflé sur Trinh-Duc, puis une pénalité sifflée contre la France. Les All Blacks changent de botteur : 8-0. Mais un homme n’abdique pas. Thierry Dusautoir, déjà héroïque en défense, s’en va aplatir après un travail titanesque de Trinh-Duc. Craig Joubert fait bien le tour du poteau, y regarde à 2/3 fois mais doit s’incliner et siffler cet essai pour le XV de France. Essai qui sera transformé, 8-7.

Et là, Craig Joubert rentre dans un mode encore plus exceptionnel. Il le dira lui-même, la pression et le score font qu’il ne peut prendre que des décisions dont il est sûr, de peur de faire basculer injustement le match. Alors tout y passera à 2 cm de ses yeux, mais il craquera tout de même à la 65e, sur une mêlée écroulée. Trinh-Duc s’élance… et foire lamentablement. D’autant plus dur que ça sera la seule occasion française restante.

À lire aussi :   Rugby 2017 | La tournée-branlée du XV de France chez les Sud-Afs'.

Les 10 dernières minutes seront un festival de coups de sifflet oubliés.

La France s’incline face au XVI intouchable des All Blacks. Dusautoir sera homme du match, pour rien. La moustache et les louanges post match de Lievremont n’y auront rien fait, la France ne sera pas championne du monde.

 

Le résumé du match, avec un Thierry Lacroix qui ne porte pas Craig dans son cœur. 

À lire aussi :   XV de France | Le Top 5 des Grands Chelems perdus sur le gong

Craig Joubert, le récidiviste

Les joueurs français ont beaucoup de mal à cacher leur immense amertume envers Joubert après le match. Mais qu’ils se rassurent, ils ne sont pas les seuls à lui en vouloir. 4 ans plus tard, les Écossais se feront voler un exploit face à l’Afrique du Sud à cause de ce même Craig. Une pénalité qui n’aurait jamais dû être sifflée. De plus, à la fin du match, Craig Joubert tapera son meilleur sprint jusqu’au vestiaire pour esquiver les Écossais. Classe.

À lire aussi :   Rugby | France Australie | Le finish extraordinaire du XV de France