ATP Córdoba | Moutet : la relève du roi Paire est-elle arrivée ?


Moutet Pella FFL

Du talent, un potentiel certain, le tout allié à un tempérament explosif : Corentin Moutet est-il la prochaine poule aux oeufs d’or de la FFL? Tous les ingrédients semblent en tout cas réunis. Voici pourquoi nous avons espoir. 

Pour remettre les choses dans leur contexte, on joue le tournoi ATP 250 de Cordoba sur terre battue. Le Français, 71e mondial, affrontait l’Argentin Guido Pella, tête de série n°2 et 22ème mondial. Pour ce 1/8 de finale, l’Argentin est à domicile sur sa surface, mais c’est bien Moutet qui l’emporte en 3 sets. Avec une petite touche FFL tout de même.

Publicité

Un mouvement pur

Quand Moutet joue mal et s’énerve, qu’il gagne ou qu’il perdre, ça doit sortir. Premier signe encourageant. Du coup, il y a net là non? 

On vous laisse vous faire une idée en comparaison. Le jeune Benoît Paire, ça donnait ça :

Publicité

Il y a des synergies.

Un début de saison aux antipodes de la Lose

Une finale à Doha après avoir éliminé Raonic et Wawrinka… on a connu plus FFL.

La frustration, trait des ambitieux

Mais c’est justement la confirmation d’un vrai potentiel chez Moutet qui nous permet de rêver. Si Benoît exprime frustration en pétant des raquettes ou en insultant l’univers, c’est parce qu’il sait qu’il peut jouer un tennis de très haut niveau. Ce critère majeur, Moutet le remplit. On peut donc y croire.

Dans le même genre de Lose :   ATP Cup 2020 : la Grande Première française

Un tempérament volcanique

En plus, Moutet fait déjà l’unanimité dans le game. Chardy déclarait “mon adversaire a été compliqué, pas très respectueux” après l’avoir affronté une première fois. Pella déclarera cette fois (avec quand-même une petite dose de Seum du mauvais perdant) :

Il a aussi bloqué la FFL Twitter, mais bon, ça c’est une autre histoire. Némésis ou nouveau poulain de notre fédération? Encore trop tôt pour le dire. Il manque certainement encore du galon avant d’égaler les frasques incroyables de Benoît, mais affaire à suivre…

ATP Córdoba | Moutet : la relève du roi Paire est-elle arrivée ?