XV de France | Les Bleus atomisent les All Whites.


France Nouvelle Zelande
boutique FFL

Le XV de France n’avait plus vaincu les All Blacks depuis 2009. Il fallait remonter jusqu’en 1973 pour retrouver une trace de victoire à Paris. On était serein, relax. Habités par l’espoir, on a fini par tomber dans notre propre piège. 

Optimisme : confiance dans l’issue favorable d’une situation.

Publicité

Le résumé du match du XV de France contre les All Blacks

La semaine dernière, le XV de France terrassait nos amis géorgiens six essais à deux. Alors on se disait que le timing était parfait en affrontant les All Blacks ce soir, histoire de se racheter auprès du public français. D’autant plus que le passif avec les Néo-Zélandais est plutôt rassurant. Mais dès la deuxième minute de jeu, le talonneur Mauvaka nous fait rire jaune. Touche à 5 mètres, ballon porté, essai. Depuis quand c’est aussi facile de jouer au rugby ?

Dans un Stade de France chauffé à blanc (ça change des matchs des Bleus), les Tricolores sont survoltés ; grattages de ballon, intervalles, plaquages cassés. Quelque chose cloche. Tout simplement, on dirait qu’ils ne sont pas eux-mêmes. Et sur un de ces fameux intervalles pris, les Français désorganisent une défense néo-zélandaise aussi imperméable que celle du grand Sporting Union Agen. Ntamack se saisit du ballon et sur un coup de rein, brise celui de son vis-à-vis. Deux essais à rien. 14-6. La télécommande dans la main pour se mater les NRJ Music Awards.

Mais notre résilience porte ses fruits. Sur une touche dans le camp néo-zélandais quelques minutes plus tard, ce même Mauvaka réalise le lancer. Sauf qu’un événement inédit va interrompre le jeu. Soucieux de vouloir filmer au plus près de l’action, le caméraman s’est juste placé au niveau de l’épaule du talonneur. Rien à foutre si c’est le prix pour filmer l’intérieur de l’oreille de Mauvaka. Sauf que ce dernier tape le ballon dans la caméra. Lancer à refaire. Le rugby est peut-être vieux de 150 ans, mais c’est en France qu’il fallait que cette action d’anthologie se passe.

Publicité

Mauvaka, deux essais de trop

Dix minutes avant la mi-temps, les Bleus décident de nous envoyer tout droit regarder Adele et Coldplay sur TF1. Comme lors du premier essai, Mauvaka aplatit tout en puissance le troisième ballon de la soirée derrière la ligne d’en-but. 24-6. Trois essais à rien à la pause. Ça claque comme un plaquage de Grégory Alldritt.

Juste après la pause, les All Whites redeviennent Blacks. Alors qu’il a raté tout ce qu’il a voulu en première période, Jordie Barrett y va de son essai après une passe laser d’Aaron Smith. Alors peut-être.

Mais le cadet de la fratrie Barrett retrouve de suite son niveau de la soirée ; un parpaing envoyé sur la transformation. 15 mètres à gauche des poteaux. Mais pas le temps pour Fabien Galthié d’être soulagé que Rieko Ioane transperce à lui tout seul l’alignement français. Les NRJ Music Awards deviennent un lointain souvenir. Mais ça n’est visiblement pas assez pour Ardie Savea qui vient enfoncer la défense tricolore. 27-25. Trois essais en l’espace de dix minutes. La douce odeur de la seconde mi-temps FFL flirte à nouveau avec nos narines.

Dans le même genre de Lose :   Quiz Rugby | Les joueurs du XV de France aux 6 Nations de 2010.

Les Bleus souffrent comme jamais, au bord de l’asphyxie. Mais c’est là que le drame arrive. Sur un coup de pied profond, Romain Ntamack récupère le ballon dans son propre en-but. Aplatir le ballon et donner une mêlée à 5 mètres aux Néo-Zélandais semble être la seule alternative. Mais à la place, le demi d’ouverture du Stade Toulousain préfère nous provoquer une syncope. Une relance de 50 mètres depuis son camp. Qui se conclut par un carton jaune de Savea. La goutte d’eau qui fait déborder notre vase de seum. Pourquoi autant de détermination à vouloir gagner ? L’incompréhension règne. Ça nous dépasse.

Damian nous rend Penaud

À 14 contre 15, les All Blacks jouent le tout pour le tout. Quitte à se taper des relances à quelques mètres de leur en-but. Mais n’est pas Ntamack qui veut. Damian Penaud intercepte le ballon et file aplatir le quatrième essai des Bleus à dix minutes du terme.

La fin du match est d’une longue souffrance. Score final 40-25. La disette de 4543 jours face aux All Blacks est rompue.

Il s’agit d’essayer de garder la tête haute désormais. Mais, la bonne chose, c’est que l’espoir n’est plus de notre côté maintenant, il est du votre.

La résistance commence aujourd’hui.