Winners & Losers | Ligue 1 – Journée 18


Ça y est, la reprise des fêtes est passée est notre bonne Ligue 1 est de retour, avec, à notre grand plaisir, une journée condensée en à peine 4 heures. Bilan de cette première journée avec ses winners et ses losers.

Winner : Raymond Domenech

Oui, vous devez probablement vous frotter fort les yeux, mais ce premier Winner de 2021 est bel est bien le bon Raymond. Soyons francs, depuis sa nomination au poste du FC Nantes, la France du foot attendait avec impatience sa conférence de presse et son premier match. On l’attendait du coin de l’œil, un peu comme quand on observe une scène de vie à travers son judas en attendant un évènement.

Publicité

Mais force est de constater que notre déception fut grande. Une conférence de presse maîtrisée, alors qu’il était quand même lâché dans la fosse sans l’appui d’un membre de la famille Kita, et un premier match 100 % Entraîneur Français. Blindage derrière, ils accrochent le 0-0 face à un Rennes bien maladroit et surtout un gigantesque 27 % de possession. Nantes n’a toujours pas connu la victoire lors des 9 derniers matchs, mais ils s’en sortent au moins sans prendre un pion, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Alors oui, on s’est clairement emmerdé. Mais c’est ça aussi, un peu, la patte Domenech.

Dans le même genre de Lose :   Ligue 1 | La relance tout en maîtrise de Larsonneur

Loser : Kylian Mbappé

Le sport US met souvent en avant le fameux « Rookie Wall », quand un jeune joueur subit un gros coup d’arrêt alors que tout était rose pour lui. MBappé a mis 5 ans à rencontrer le sien, et il semble se prénommer Loïc Perrin. En effet, depuis la finale de coupe de France et le tacle sur sa cheville, Mbappé a perdu de sa superbe. Si sa rentrée face à l’Atalanta fut décisive, le reste de son année 2020 le sera moins. Une prestation pour le moins décevante en finale (nul doute que sa frappe sur Neuer hante encore quelques supporters parisiens) et une première partie de saison de Ligue 1 pas spécialement flamboyante.

Alors, on pouvait imaginer que la coupure et le changement d’entraîneur allaient remettre des compteurs à zéro pour 2021. Le match contre Saint-Étienne n’a probablement rassuré aucun fan du PSG. C’est simple, MBappé a essayé, beaucoup. Mais il a presque tout raté techniquement. Visuellement, il ne semble pas en mesure de compenser par son physique et sa vitesse de pointe. Debuchy a, contre toute attente, passé une soirée relativement tranquille.

Winner : Hatem Ben Arfa

Au début de saison, le pari Ben Arfa intriguait, mais interrogeait. Allait-il être un joueur collectif, encore au niveau physique de la Ligue 1 ? Après la première demi-saison, il est même la principale attraction des Bordeaux Girondins, euh, Girondins de Bordeaux. Mais après ce match contre Metz, dans lequel il ne jouait pas, blessé, le constat est sans appel. Il est le seul point d’intérêt des Bordelais.

Publicité

Le terme de purge n’est pas galvaudé pour décrire le match d’hier soir. En fait, parfois, une image vaut mille discours.

Losers : le Nîmes Olympique et le FC Lorient

Si vous êtes supporters de Dijon, Nantes, Reims ou Saint-Étienne, félicitations. Au pire du pire, vous terminerez 18e et vous aurez l’occasion de voir votre club se sauver les fesses en barrages d’accession à la Ligue 1. Car du côté des Costières ou du Moustoir, c’est la marée. Si offensivement, ce n’est déjà pas folichon folichon, défensivement c’est loin, très loin du niveau Ligue 1.

5 buts encaissés des 2 côtés de la France, et une bataille pour ne pas finir 20e. Si rien ne change rapidement dans l’état d’esprit, on a déjà 2 candidats quasi qualifié pour la Ligue 2 pneus de camions.

Winner : Dimitri Payet

Payet fait le yo-yo cette année. On vous voit venir les mauvaises langues, on parle ici de ses aller-retour entre le 11 de départ et le banc de touche. Et au premier abord, on pourrait penser qu’en sortie de vacances d’hiver, il ne serait peut-être pas dans sa meilleure forme.

En voyant Radonjic titulaire — et buteur — du banc de touche face à Montpellier, nul doute que Dimitri a rongé son frein. Alors son entrée à la 73e fut tranchante. Motivé, impactant, il va mettre un bon gros coup de reins pour aller inscrire le 2nd but marseillais et gentiment trashtalk son propre banc. Tout ça pour retourner bientôt dans le 11 et probablement redevenir frustrant. Le cycle de la vie.

Loser : Le LOSC

Quand on revient de congés dans le Nord, c’est toujours compliqué. Entre le welsh avec la famille et la raclette avec la belle-famille, le tout arrosé de houblon, le match de reprise est souvent conjugué avec un bon gros point de côté dès le second sprint.

Problème, le LOSC est devenu une équipe qui n’a pas le droit à l’erreur. Et prendre 2 pions en 20 minutes par Angers et Romain Thomas, ça coûte cher comptablement, surtout quand Lyon remporte sa confrontation. Un joker de perdu, zéro de retrouvé.

Winner : Golovine n’a pas le temps

4 mois de blessure, retour sur le pré, sprint d’échauffement, prise de balle, frappe, but. What else? *