Tennis – Paris Masters – Lettre à Gaël


Gaël,

Une saison, c’est beaucoup de matchs. 54 pour toi jusqu’ici, mais certains comptent plus que d’autres.

Cette saison, on doit se l’avouer, on ne savait pas sur quel pied danser. Entre contre-performances (un titre à Rotterdam, 4 demi-finales) et régularité bien française en grand Chelem (avec en point d’orgue ce magnifique premier tour perdu face à Ugo Humbert), tu as soufflé le show et le froid.

Mais aujourd’hui, fini de rigoler. Nous sommes face à un match crucial pour ta licence FFL. Sevrés de défaites tricolores toute l’année, nous avons fermé les yeux sur ta saison, bien occupés à chouchouter d’autres joueurs. Mais, peut être las d’être mis de côté, tu arrives en quart de finale du Paris Masters face au Canadien Shapovalov avec un enjeu fort : Une victoire t’emmène loin de nous, aux Masters.

C’est ainsi sur un ton solennel que nous te demandons de revenir à la raison. Le Masters, ça n’est pas nous, ça n’est pas notre ADN. Ne prends pas le risque de ruiner le ratio de 0% de victoires que notre nation a réalisé depuis 2012 (7 défaites en tout). D’ailleurs, en 2016, tu étais parti te faire battre par Thiem et Raonic avant d’offrir à Goffin le droit de se faire torcher par Djokovic.

Et puis franchement, Londres en novembre c’est sombre et pluvieux, y’a clairement mieux à faire.

Alors ce soir, perds avec panache, la nation France te le demande.

Sportivement,

La FFL.

Tennis – Paris Masters – Lettre à Gaël