Natation | La nouvelle razzia inacceptable de Léon Marchand


Léon Marchand

Léon Marchand n’attend visiblement pas les grandes compétitions internationales pour nous foutre la tête sous l’eau. Non, avec Léon, la trahison n’attend pas tous les 4 ans. A neuf mois des Jeux olympiques de Paris 2024, le Toulousain a fait ce qu’il maîtrisait le mieux ; nous faire boire la tasse avec le sourire aux lèvres.

À lire aussi :   Natation - Léon Marchand | La FFL en eaux troubles.

Une rencontre universitaire, certes, mais sans concu

Pensionnaire de la fac d’Arizona State, Léon Marchand s’est livré à une “opposition” universitaire contre celle du Nevada. Enfin, opposition est un bien grand mot quand on voit la raclée infligée par le Français à ses pauvres adversaires. Léon s’aligne sur trois disciplines en individuel, et comme très souvent avec lui, le partage est un mot qui n’existe pas dans son vocabulaire. Sur le 200 yards papillon tout d’abord, il claque en toute tranquillité un 1:39.65. L’avance de zinzin sur le second est en train de nous rendre aquaphobes.

Publicité

Mais restez assis, car la suite dépasse l’entendement. A peine 20 minutes plus tard (oui vous avez bien lu), Léon s’élance pour le 200 yards dos. On pourrait penser que ses courbatures de la course précédente vont l’handicaper. Que nenni. Nouvelle victoire en 1:39.65, à 8 centièmes seulement de son record personnel ! A croire qu’il avait géré sur sa première course. A quoi as-tu donné naissance Bob Bowman ?

Marchand cherche des noises avec la FFL

Et comme on n’est plus à une humiliation près, Léon Marchand s’impose sur la troisième course, le 400 yards 4 nages. Cette même discipline qui a vu le Français battre le record du monde de Michael Phelps lors des derniers Mondiaux. Le gars termine sa course quand ses concurrents ont encore un aller-retour à se manger. On n’a plus les mots.

Publicité

Plus de 7 secondes d’avance sur son dauphin. Lunaire.

Avoir été triple champion du monde l’été dernier ne suffisait visiblement pas à Léon ; il fallait en plus de ça qu’il nous fasse bouffer un triplé ignoble en universitaire. Le XV de France va devoir frapper fort à la Coupe du monde pour rivaliser avec Léon Marchand lors des Blacklists de fin d’année.

À lire aussi :   Mondiaux Natation | Léon Marchand nous fait boire la tasse
Tom