Moto GP d’Allemagne | La FFL humiliée par Quartararo et Zarco.


Fabio Quartararo

Quinze jours après la performance historique d’Aleix Espargaro lors du dernier tour du GP de Catalogne, les pilotes se rendaient en Allemagne. Mais le vainqueur reste le même. Pour notre plus grand désarroi, Quartararo a passé un énième dimanche de rêve. Lui.

Avant même les premiers tours de roue, on en sait plus sur la giga boulette d’Aleix Espargaro lors du GP de Catalogne. Et c’est le principal intéressé qui nous la donne.

Publicité


On ne s’en lasse pas.

À lire aussi :   Moto GP d'Italie | Fabio Quartararo joue avec nos nerfs.

Essais et qualifications

Les essais sur le circuit de Sachsenring sont marqués par les grosses chutes. Notamment celle de Pol Espargaró. L’Espagnol vole littéralement de ses propres ailes durant quelques secondes dans le ciel allemand. Pourtant, il ne conduit pas une Red Bull.

Leader du classement, Fabio Quartararo débute le week-end en étant très rapide lors de chaque séance. Si le tandem pilote – moto semble imperturbable, on essaye de jeter notre mauvais sort sur tout ce qu’on peut trouver.

Publicité

Une visière qui ne fonctionne plus, et une presqu’élimination en qualifs. On a frôlé la plus belle action de ce week-end. Mais la Moto GP se refuse à sourire à la FFL, et c’est une première ligne pour Quartararo et Zarco derrière Pecco Bagnaia.

Quartararo et Zarco insupportables

Depuis le début de la saison, les Français nous ont habitués à effectuer des départs fulgurants à l’extinction des feux. Mais en Allemagne, El Diablo ne perd aucune position. Pire, il en gagne une et récupère la tête de la course.

Derrière Johann Zarco n’hésite pas à se montrer aussi, et fait d’Aleix Espargaro son petit quatre heures. À l’intérieur. Dans le waterfall.

Quartararo est sur un rythme inatteignable durant le premier tiers de la course. Pecco Bagnaia roule à 150% pour garder sa roue. Et comme en France, l’Italien s’écroule sous la pression. Et trébuche dans les graviers.

Une palanquée de mauvaises nouvelles s’abat soudainement sur nous. Quartararo est tout seul en tête et creuse son avance au classement face à l’un de ses principaux rivaux. Pire, Johann Zarco hérite de la deuxième place. L’idée d’un nouveau doublé français nous rend blêmes.

Un doublé français qui fait très, très mal

Et force est de constater que ce cauchemar prend forme de tour en tour. Fabio part seul loin devant, et colle 5 secondes à Johann. Derrière, Aleix Espargaro nous offre une nouvelle fin de course sensationnelle. À trois tours de l’arrivée, l’Espagnol se loupe et voit Jack Miller lui chiper sa troisième place. Un second podium jeté à la poubelle en deux courses. Un parcours de champion FFL à n’en pas douter.

Les Français font un et deux, et nous sapent déjà toute gaieté en ce dimanche. Giron incontournable de notre fédé durant de nombreuses décennies, la Moto GP est en train de tout foutre en l’air en l’espace de deux saisons seulement.

Un gâchis sans nom.

À lire aussi :   Moto GP - France 2012 | De Puniet, la chute la plus rapide de l'histoire.