Ligue des Nations | Une victoire historique de la Croatie


(Photo by Anthony Dibon/Icon Sport)

Ah, la Ligue des Nations. Cette compétition faite entièrement de matchs amicaux dont tout le monde se carre, c’est un concept. Une sorte de trophée Veolia placée judicieusement en fin de saison alors que tout le monde n’a qu’une envie : partir enfin en vacances. 

Et dans cette compétition de futurs touristes, la France est vraiment bien dans ses claquettes. Avant cette dernière séance face à la Croatie, elle reste sur 3 belles déceptions. 1 défaite à domicile face au Danemark avec un doublé d’un ancien Bordelais, puis 2 matchs nuls absolument léthargiques face à la Croatie et à l’Autriche.

Publicité

Le résumé de France Croatie

On ne va pas se mentir. Pas entre nous. On était à 2 doigts d’oublier que ce match avait lieu. Mais si nous sommes à l’arrache, c’est tout le contraire de notre petit héros. Alors, lors des hymnes, alors que la chaleur et l’intérêt du match auraient pu éteindre notre jeune baryton. 18 octaves trop haut, mais il a absolument tout donné pour réussir son hymne et donc son match. À peu près l’inverse des joueurs finalement.

Si vous arrivez à retrouver cela, nous ne pouvons que vous conseiller cette performance digne des plus grandes auditions aveugles dans The Voice.

Et à un moment vibrant succède assez rapidement un autre. À peine le match commencé, l’arbitre siffle un penalty sur un corner a priori anodin. Konaté, rappelé de Mykonos quelques jours plus tôt, danse de manière très maladroite avec Budimir. Des gros crampons sur son talon. Modric, son wingman, se charge de fusiller Maignan, dont la main un peu molasse ne fait que ralentir le ballon. 1-0, et le début d’une soirée palpitante qui commence.

Publicité

À lire aussi :   Copa Libertadores | Le corner parfait de Gustavo Scarpa.

On déconne, la suite de la mi-temps sera une longue lutte entre les spectateurs et leurs paupières. Un tacle sur Mbappé et une frappe de Nkunku après un double contre favorable. Une bouillie de football assaisonnée de néant, voila le résumé de cette première période. Le public, lui, n’en tient pas rigueur. Une belle Marseillaise pour conclure la mi-temps, et pourquoi pas ?

Que s’est-il passé à la mi-temps ? Quel discours a pu envoyer Didier Deschamps pour remotiver ses troupes ? C’est une question à laquelle nous n’aurons jamais la réponse, et ça tombe bien. On s’en fout pas mal. En tout cas, le temps fort de cette mi-temps sera le tacle exceptionnel de Tchouaméni sur Lucas Digne.

Pour le reste, une purge, une vraie. Mais ça, c’était avant l’entrée d’Antoine Griezmann. Non on déconne. Les grands gagnants seront ceux qui sont partis avant la 85e pour rattraper le RER avant le flux. Mais dans cette léthargie générale, la Croatie peut enfin savourer la première victoire de son existence face à l’Équipe de France, après les cruelles années 1998 et 2018.

Cette compétition ne nous offre finalement que des regrets. Quand on voit la forme absolument digne d’un céphalopode de notre équipe de France, nous ne pouvions qu’imaginer ce qu’aurait pu donner une Coupe du Monde à l’époque habituelle.

Et ça, on ne le pardonnera jamais à la FIFA.