Ligue des Nations | Ce qu’on attend de France-Belgique


Mike Maignan, Ligue des Nations 2021
La bible de la Lose du sport français

Nous nous étions fait bernés en 2018, hors de question de refaire les mêmes erreurs ce soir. Pour cette demi-finale de Ligue des Nations entre Français et Belges, la FFL s’est préparée et voici les points clés de la rencontre. Avec un petit pronostic tout à fait réaliste.

Ils ont toute notre confiance :

Pour la FFL, ce sont eux qui ont en main les clés du match pour nous redonner le sourire perdu en 2018. Côté belge, nous comptons évidemment sur Romelu Lukaku et Kevin De Bruyne pour tenir leur rang et surfer sur leur dynamique de club. Chez les Français, le point fort semble se structurer sur le côté droit. Pavard en piston, puis Koundé derrière lui. Deux joueurs qui ont assuré ces derniers temps avec des expulsions et qui ont logiquement obtenu la confiance de Deschamps (et la nôtre).

Publicité

Ensemble, ils ont en plus une chance de redonner un peu d’aplomb à leur adversaire direct et partenaire de cœur de club de Kylian Mbappé : Eden Hazard. À eux de saisir l’opportunité.

Dans le même genre de Lose :   France - Belgique 2002 | La répétition générale avant le fiasco

Ils risquent de nous décevoir :

On vient d’en parler mais il est vrai qu’Eden Hazard ne nous donne aucune certitude avant la rencontre. Quand on regarde son épopée à Chelsea, il devrait pourtant être titulaire indiscutable. Mais si jamais le Belge est autant en forme que ces deux dernières saisons au Real Madrid, Pavard sera tranquille dans son couloir.

Et sinon, nous nous méfions forcément de Pogba ainsi que des deux Hernandez dans le clan tricolore.

Publicité

Mais surtout, nous allons retrouver notre trio offensif tricolore que tous les pays nous envient (sauf la Suisse… Et puis l’Italie aussi… Et toutes les autres nations qui ont passées les 8es à l’Euro en fait). Benzema a pris l’habitude d’être un tantinet trop fort avec le Real cette saison. On espère juste que cette parenthèse internationale va lui permettre de redescendre un peu sur Terre. Et puis n’oubliez pas l’analyse pointue d’un grand tacticien de l’histoire du Football.

Le pronostic de la FFL :

On imagine bien un bon match nul 0-0 sans véritables occasions parce que les Belges veulent faire le coup des Français de 2018. Du coup, match-sieste. En prolongations, Deschamps demande à Franck Raviot d’échauffer Mike Maignan en vue des tirs au but. Mais Adrien Rabiot ressent une gène musculaire à 10 minutes du terme et DD utilise son dernier changement pour faire entrer Guendouzi. Score toujours nul et vierge à la fin des 120 minutes. La France entame la séance de tirs au but. Les quatre premiers tireurs de chaque équipe marquent.

Pogba s’avance pour frapper le 5e. Après 2773 petit pas de préparation et une bascule sur TMC, le Mancunien arrive enfin devant le ballon et décoche une frappe qui s’envole en tribunes. La Belgique n’a plus qu’à marquer. Le dernier tireur sera… Thibaut Courtois (qui d’autre ?). Le gardien belge place le cuir, lance un clin d’oeil d’anthologie à Lloris avant de s’élancer et pique son ballon. La panenka fait mouche tel un Totti des grands soirs et les Belges sont en finale.

En tribunes, le régisseur italien se gourre à la sono et lance Vegedream dans les enceintes du stade. La Belgique perdra peut-être la finale derrière mais le principal sera là. Wallons et Flamands enterrent la hache de guerre et les luttes intestines du plat pays disparaissent. Une première étape pour la paix dans le monde.

Seuls victimes collatérales : les Français transfrontaliers du Nord qui revivront le match des centaines de fois dans les prochaines années. Pour