newsletter FFL

Ligue 1 – Lyon – PSG | Kehrer, le véritable messie de Paris.


Si vous pensiez que les absences de Messi, Neymar et Di Maria faisaient de ce Lyon – PSG un choc au rabais, c’est que vous ne connaissez sans doute pas le potentiel de notre chère Ligain. 

Les journées de Ligue 1 se suivent et se ressemblent. Entre les absences liées au covid, aux blessures et aux joueurs sélectionnés pour la CAN, ce mois de janvier est d’un WTF complet au niveau des compositions. Après les très jeunes crus bordelais, pas suffisamment bonifiés avec le temps, on a encore une fois assisté à une ribambelle de joueurs indisponibles.

Publicité

Et comme si cette situation des plus compliquées ne suffisait pas, Lionel Messi a décidé d’activer le mode avion sur son téléphone en ce début d’année 2022. Ou autre possibilité, il a tout simplement retiré la carte SIM quand il a vu les 75 appels entrants de Pochettino.

« Jusqu’à maintenant je n’ai pas eu de nouvelles. Je ne sais pas s’il pourra être là contre Lyon » M. Pochettino

Le résumé du match Lyon – PSG

Dès le coup d’envoi, on comprend direct les intentions de Peter Bosz. Une ligne de cinq derrière, et un ballon en profondeur sur Dembélé ou Paqueta en pointe. Mais ce sont bien les Lyonnais qui se mettent les premiers en situation. Bon, bien aidés par la presque-passe dé de Paredes, qui a l’idée de génie d’envoyer une magnifique passe latérale au niveau du rond central alors que le bloc parisien est entièrement dans la moitié de terrain lyonnaise. Suite à cette perte de balle, Colin Dagba se fait prendre de vitesse par Houssem Aouar, insulte suprême pour un footballeur professionnel. Mais le milieu de l’OL ne parvient pas à tromper Navas. Donnarumma l’aurait arrêté lui aussi.

Et comme très souvent dans le football, c’est l’équipe la plus frileuse sur le terrain qui est récompensée. Sur une sublime transversale de Guimaraes, que Rudi Garcia était parvenu intelligemment à placardiser, Paqueta contrôle et envoie une frappe toute en finesse dans le petit filet. Navas est aux cages. Vous connaissez la chanson.

Publicité

Les Gones terminent la première période difficilement. Mais même acculés dans leur propre surface, ça ne les empêche pas de tenter des passes à dix pour ressortir le ballon. Le panache français chers téléspectateurs étrangers.

Mais dès que le tiki-taka fonctionne pour sortir de ne serait-ce de 20 mètres de leurs buts, un joueur lyonnais est de suite fauché. La fameuse faute intelligente.

Kehrer, et si c’était lui le meilleur numéro 9 parisien ?

Le second acte reprend comme le premier s’était terminé. Le PSG jouit d’une possession guardiolesque à 30 mètres des buts de Lopes, mais pour faire un pas de plus avec le ballon c’est une autre histoire. Et quand on vous parle de mimétisme, cela vaut également pour l’OL. Des contre-attaques fulgurantes face à un Kimpembe totalement abandonné par sa défense, Marquinhos faisant des montées de libéro mais soudainement frappé d’une giga flemme dès qu’il s’agit de redescendre.

Il ne reste plus qu’un quart d’heure à jouer, et les Parisiens parviennent enfin à percer le verrou lyonnais. Mbappé se retrouve excentré sur la ligne de corner avec Icardi dans l’axe, mais décide quand même de tenter sa chance en force. Touche. C’est dire la confiance accordée à Icardi.

À lire aussi :   Coupe de Finlande | Tampere perd contre Tampere

Les joueurs du PSG ne désespèrent pas. Et la délivrance va arriver de Thilo Kehrer. Certainement celui dont on suspectait le moins une étincelle de sa part. Lui-même devait être de notre avis d’ailleurs. Sur un centre au second poteau, l’Allemand envoie une merveille de frappe taupée dont les rebonds lobent à deux reprises Emerson et Lopes, tous deux s’étant jetés par terre. Rien qui va sur ce but.

Lyonnais et Parisiens se quittent sur un score de parité, ce qui permet aux locaux de réaliser un bond en avant au classement. L’OL est 11e ce soir.