Ligue 1 – Bordeaux OM | Costil, le véritable 12e homme marseillais.


Chaque année, c’est toujours la même musique. Les Girondins luttent pour atteindre péniblement le ventre mou de notre Ligain, et font de la réception de l’OM leur finale de Ligue des Champions annuelle. Mais ce soir, le football français a tourné une grande page de son histoire. L’invincibilité des Bordelais à domicile s’en est allée à l’âge de 44 ans. 

Le contexte des Bordeaux – OM est toujours unique. Et chaque saison on se dit, « et si c’était pour cette fois ? ». Depuis le 1er octobre 1977, un village peuplé d’irréductibles Girondins résiste encore et toujours à l’envahisseur marseillais. Et fait de cette rencontre un match de vie ou de mort. Oui, on a bien dit de vie ou de mort.

Publicité

Mais cette année, en plus de ce match giga-méga important pour les Bordelais, le covid s’est incrusté comme ce mec qui arrive bourré en soirée à 23 heures. Avec 8 cas avérés de contamination, les Girondins ont tout fait pour reporter ce match. Mais tel l’épisode Djokovic à Melbourne, cette épidémie a une nouvelle fois eu le don de nous retourner le cerveau. Et nous faire imaginer les scénarios les plus fous.

Le résumé du match Bordeaux – OM

On ne va pas vous mentir, regarder cette rencontre, c’est pas loin de la purge. Aucun rythme, des passes lentes, ratées et qui plus est dans un stade vide. Voyant que cette partie allait se terminer sur un piteux match nul, Benoit Costil nous a apporté cette petite étincelle qui nous manquait cruellement. En tant que bon capitaine, le gardien des Girondins a pris ses responsabilités et sur un dégagement où il ne subissait pourtant aucune pression (c’est le principe d’un renvoi des 6 mètres en même temps), voilà Costil qui adresse une merveille de passe laser pour Under. Le Turc ne se pose pas de question, drible deux Bordelais et crucifie Costil. Aucune reconnaissance envers son passeur décisif.

Publicité

Si on pense que l’OM a fait le plus dur en perçant le verrou Girondin, c’est mal connaître les montagnes russes marseillaises. Sur l’action suivante, Harit parvient à perdre le ballon au niveau du rond central, permettant à Hwang d’être lancé tout seul en profondeur. Mais le Sud-Coréen se vautre totalement et envoie une praline en tribunes. Manque de bol, personne dans les gradins pour renvoyer le ballon.

Un match soporifique mais historique

La seconde période est un tout autre match. L’OM n’est enfin plus seul à essayer de jouer au football sur le terrain. Mais à peine les Girondins se découvrent qu’ils subissent des courants d’air derrière. Servi en profondeur, pas par Costil pour une fois, Under affronte en duel le gardien bordelais pour la deuxième reprise. Mais il se heurte à sa main ferme. Heureusement. Car si on enlève tout suspense à un match si pauvre, ça va faire mal aux yeux.

Face à leurs difficultés pour faire le break, les Olympiens restent sous la menace des Bordelais. Et à 20 minutes du terme, les Girondins font trembler les Phocéens. En effet, ils viennent de cadrer leur première frappe de la rencontre. Zéro vanne.

Score final 1-0. Quasi un demi-siècle de disette parti en fumée. La saison des Girondins est officiellement terminée en ce vendredi 7 janvier 2022.

Dans le même genre de Lose :   Euro 2000 | France Italie | Le rebouchage du Prosecco.