Jeux Olympiques Tokyo 2020 | Le récap de la nuit du lundi 2 Aout


La bible de la Lose du sport français

Nouvelle semaine, nouvelles ambitions ! Fini l’escrime, fini le judo, nos espoirs renaissent donc tel un phénix de la lose. Mais au menu de cette nuit, la lose XXL viendra… de la Jamaïque. Bonne lecture !

Lutte

Dans la série “Sport sur lequel on ne tombe dessus que tous les 4 ans”, la lutte a toute sa place. Et dans sa catégorie des 68kg, Kemba Larroque arrivait avec de l’ambition. “Je ne vise que l’or”. 

Publicité

Et comme tous les 4 ans, on profite du premier combat pour réapprendre les règles du sport. Et donc dans son combat face à la Mongole Battsetseg Soronzonbold, On découvre donc qu’on peut être sanctionné de non-combativité. 1-0 pour la Française. Et par 2 fois, on nous rappelle que sortir  son adversaire du ring fait gagner un point; Bref, 3-0 pour Larroque, tout baigne. 

Et puis à la fin, on est quasiment sur du Judo. Jouant son va-tout, la Mongole envoie la tricolore au sol, sur le dos. On ne sait pas comment se dit Ippon en lutte, mais la sanction est identique. Fin du game et climatisation pour tous les téléspectateurs nocturnes. Elle devra attendre les résultats de Soronzonbold pour savoir si c’est la dernière fois qu’elle mettra les pieds sur le tapis. 

Kayak – K1

Alors non, le kayak K1 n’est pas une discipline mélangeant pagaie et kick boxing. Non, c’est tout simplement du kayak monoplace dans lequel le but est très simple. Se brûler les muscles des bras pour arriver le plus vite possible de l’autre côté du bassin, et comater dans son bateau une fois arrivé.

Publicité

Et à ce jeu là se présentait un de nos chouchous. Après 3 non-jeux olympiques consécutifs, Guillaume Burger avait failli réussir la passe de 4 grâce à un imbroglio administratif. 

Dans le même genre de Lose :   Guillaume Burger : "Quand on m’annonce que je suis disqualifié, c’est un grand soulagement"

Cependant, grâce à un laissez-passer A32 probablement, il a finalement réussir à se sortir de cette lose administrative et finir sur le bassin olympique. Sa toute première fois. Et il va vite se reprendre par rapport à cette désillusion de qualification. Il ne passera pas les séries ni les quarts de finale (On notera par ailleurs que c’est en réalité des repêchages, mais il semble que la discipline possède une certaine pudeur linguistique par rapport à ça). On retrouvera Guillaume en K2.

Son compatriote Etienne Hubert lui, craquera lors des repech… des quarts de finale. Alors qu’il avait assuré son quart en série, il terminera deuxième de sa course, s’assurant une place en demi-finale demain matin.

Tennis de table

 Le jour de son anniversaire, Prithika Pavade nous a offert les croissants tôt ce matin. Histoire de commencer la journée avec le sourire. Parce que contre Singapour, l’équipe de France féminine de tennis de table a été éliminée (comme prévu, elle n’était pas favorite) mais elle a avant tout su nous faire vibrer. Enfin surtout Prithika qui a donné du fil à retordre à Tianwei Feng. En menant 2 sets à rien, la Française était à une manche de l’égalisation. 19 minutes plus tard, elle était battue 3-2, n’ayant inscrit que 14 petits points sur les 3 derniers sets. Si jeune (17 ans) et déjà la maîtrise de la dramaturgie du sport. Le talent n’attend pas comme on dit.

Handball

Avant-dernières du groupe, les Françaises étaient dans l’obligation de l’emporter face aux Brésiliennes si elles voulaient poursuivre leur aventure. Tandis que nous avions placé tous nos espoirs auprès des Sud-Américaines avant le coup d’envoi, le match nous a très vite fait redescendre. Utiliser ses pieds et ses mains peut vous renvoyer à des niveaux bien différents. Pas de Seleção donc, ni de joga bonito. Mais une science parfaitement huilée pour subir des décalages en défense. 17-11 pour la France à la mi-temps. Il faut se rendre à l’évidence, on devra se coltiner l’Équipe de France en deuxième phase.
Histoire d’injecter un peu de piment dans la rencontre, les Bleues se font rejoindre 18-15 seulement cinq minutes après la reprise. Le panache, toujours le panache. Mais les Tricolores ne semblent pas très joueuses cette nuit. Et reprennent un matelas de sept buts d’avance, qu’elles ne quitteront plus jusqu’au coup de sifflet final : 29-22.

Les Bleues sont qualifiées en quarts de finale. Un parcours similaire à celui de Rio (médaille d’argent) sera perçu comme une provocation de trop. Gare à elles.

Athlétisme

Sur la piste du stade olympique, rien de nouveau. Quentin Bigot a pris la 4e place du concours de qualifications du lancer de marteau et verra la finale. Sur le 200 m, Gemima Joseph s’est qualifiée pour les demi-finales. On est un peu désolés pour la sprinteuse de 19 ans qui devait rêver d’une première expérience olympique un peu moins qualitative.

Néanmoins, on peut toujours compter sur Nelson Monfort pour nous redonner le sourire en interview.

« Sur votre île natale, il n’est que 22h50 donc on vous suit. »

Ah la Guyane, cette île paradisiaque…

Sinon, deux jours après Randolph Ross et sa dernière ligne droite pleine de dilettantisme lors des séries du 400 m, la Jamaïcaine, Shericka Jackson, s’est elle aussi illustrée dans le style « ça passe large ». La médaillée de bronze sur le 100 m, l’une des favorites sur le 200 m, a parfaitement géré sa série du demi-tour de piste. Parfaitement, c’est-à-dire à 4 millièmes près. Tout en relâchement à la 2e place dans les derniers mètres, Jackson a laissé revenir sur elle Badolo et surtout Kaddari. Les trois premières passaient en demi. Chrono similaire pour Jackson et Kaddori (23’’26). La photo-finish les départage pour 4 millièmes. Et c’est encore l’Italie qui gagne.

Une question demeure : pourquoi ce genre de lose n’arrive qu’aux autres ?

Basketball Féminin

Juste un petit mot pour dire que l’équipe du Japon à largement battu celle du Nigéria. Vous vous en foutez peut-être royalement, mais les filles du basket un peu moins.

Pour aller chercher une qualification, il faut au mieux perdre de moins de 14 points. On va le prendre comme ça hein, parce que les Américaines sont quand même sur 51 victoires d’affilée aux JO.