Biniam Girmay, victoire historique, célébration dramatique, blessure alakon


Photo Massimo Paolone/LaPresse May 17, 2022 Jesi, Italy sport Cycling Giro d'Italia 2022 - 105th edition - Stage 10 - Pescara - Jesi In the pic: GIRMAY Biniam (INTERMARCHÉ - WANTY - GOBERT MATÉRIAUX) winner stage - Photo by Icon sport

La FFL possède un point d’ancrage depuis sa création, on ne se moque pas des chutes graves ni des blessures*. 

*Petit bémol quand elles sont bien alakon quand même.

Publicité

Et force est de constater que celle de Biniam Girmay, hier en Italie, rentre largement dans ce critère.

Prudence est pourtant mère de sûreté.

On vous voit venir à nous considérer comme de vils vautours. Bon, c’est un peu ce qu’on est dans le fond, mais sur ce point précis, contrairement aux organisateurs du Giro, nous avions déjà remarqué des problèmes mettant en péril la santé des cyclistes. Peut-être la pression du Prosecco est plus forte que celle du champagne, mais au terme de la première étape, Mathieu Van der Poel n’est pas loin de se prendre le bouchon en plein dans la pupille.

Tu penses bien qu’après avoir vu ça, les organisateurs pourraient se dire que c’est peut-être une bonne idée d’éviter ça pour la suite du Giro… Ou au moins éviter de le « pré -déboucher » pour qu’un accident con arrive, hein ?

Publicité

Bah non.

Biniam Girmay, une journée historique en tout point

Si vous ne connaissez pas (encore) Biniam Girmay, c’est que vous ne suivez pas le cyclisme cette année. Révélation de l’année, il est devenu en mars le premier cycliste africain à remporter une classique flandrienne, en s’imposant au sprint sur Gand-Wevelgem. Il découvre donc la joie d’ouvrir une belle bouteille de champagne, avec le bouchon qui galère bien.

 

Et, lors de la 10e étape du Giro hier, l’Érythréen double cet exploit hier en devenant le premier cycliste Africain à remporter une étape d’un grand Tour. Avec la manière en plus. Il fait craquer Van der Poel au sprint avant de lever les bras.

Un exploit pour l’histoire donc. Mais la célébration dans le sport est un art. Et contrairement au champagne de Belgique, le Prosecco déjà quasiment bouché est traître. La prise de bouteille est elle, concédons-le, totalement foireuse. Prise en dos droit, bascule du bassin pour l’ouvrir sans la soulever. Un geste technique à bannir dans toutes les écoles de sommelier. Le bouchon de liège décolle comme un Falcon 9 dans l’œil de Girmay.

Courageux, le cycliste fait genre de rien juste après, mais le mal est fait. Il esquivera les journalistes pour aller directement à l’hôpital. Au retour de celui-ci, il ne sera pas rancunier avec les boissons pétillantes, mais il sera non partant pour la 11e étape.

Un coup dur évidemment pour Girmay, mais aussi pour la FFL. Le coureur d’Intermarché-Wanty-Gobert était le principal rival de Démare dans la course au maillot Cyclamen. Tout ceci reste une bonne occasion pour apprendre qu’en France, les bouchons de Champagne sont la cause numéro une de cécité. Alors, pour le prochain anniversaire, dégommez le plafond, pas l’œil de Tonton.

À lire aussi :   Christophe Mengin - Tour de France 2005 - Le virage parfait