Formule 2 | Le leader se met dehors… avant même le départ


Frederik Vesti

Dans la vie, il n’y a pas seulement la Formule 1. Il y a aussi la Formule 2. Et si vous en doutez, ce sera de l’histoire ancienne après avoir lu cet article.

À lire aussi :   Formule 2 - Bakou | Le restart tonitruant de nos Français

Partie 1 – Frederik Vesti

La course n’a pas encore commencé. Les pilotes quittent les stands pour effectuer les traditionnels tours de mise en grille. Ces derniers permettent de checker les derniers réglages et de s’assurer que tout fonctionne bien sur la voiture. Mais il faut dire que pour Frederik Vesti, le leader du championnat, la voiture va aller moins bien une fois qu’il sort des puits. Et pour cause, le Danois de 21 ans perd le contrôle de sa monoplace et vient embrasser le mur. Le tout, sans être mis sous pression par aucun pilote. Vesti part en tête-à-queue, arrache les panneaux publicitaires et perd la tête du championnat par la même occasion.

Publicité

Les Danois se suivent mais ne se ressemblent pas cet été.

Avec cette sortie de piste incontrôlée, Vesti vole la vedette à Victor Martins. En effet, le Français avait fait le nécessaire quelques secondes plus tôt. Malheureusement pour lui, il ne tape pas la barrière, aucun abandon à se mettre sous la dent.

Partie 2 – Isack Hadjar

Nous sommes au 12e tour de course. Isack Hadjar sort des stands pour regagner la piste. Le Français chausse des pneus médiums pour aller glaner quelques points importants. Mais le Français ne connaîtra jamais le potentiel de ses pneus neufs. Isack freine mais fait un sublime tout droit dans la sortie des stands. Résultat ; son aileron avant glisse sur le bitume. Course terminée.

Publicité

“Oh my God, oh my God ! Noooooo” I. Hadjar

De quoi nous rappeler un certain Stéphane G. Si tous les pilotes français se sont mis à l’honneur à Spa, le seul point noir vient de Théo Pourchaire. En effet, le Grassois devient le nouveau leader du classement. C’est un peu moins drôle tout à coup.

Mention spéciale au CM de Formule 2 qui a un peu trop maté le Tour de France. Un jeu de mots digne des plus belles pancartes sur les bords de route.

À lire aussi :   Formule 2 | Le dépassement millimétré de Théo Pourchaire
Tom