Football Européen | Lanternes rouges : la lose sans frontière


Quatre mois sont passés depuis le début de cette nouvelle saison, et certaines équipes françaises ont déjà eu le temps de s’illustrer magnifiquement dans la défaillance. Mais il ne faut pas sous-estimer pour autant le football européen. Et à ce petit jeu de lose sans frontière, nos pays voisins ont quelques leçons de défaite à nous inculquer. C’est pourquoi dans ce numéro, nous vous proposons un petit tour d’Europe, traversant « le Vieux Continent » de la mer du Nord à la Méditerranée.

Marseille, Nice, Reims, Dijon, Rennes… Autant de villes charmantes participant à la beauté singulière de notre pays. Mais si l’adage veut que derrière chaque grand homme se cache une femme, derrière chaque grande ville se cache un club de football mémorable. Et ce n’est pas ce début de saison qui va nous contredire. Tandis que l’OM s’est illustré par sa série de défaites spectaculaire en Ligue des Champions, l’OGN Nice et le Stade Rennais ont eux assuré une solide dernière place de leur groupe. Cela reste toutefois mieux que le Stade de Reims qui n’a même pas connu de compétition européenne cette année ; car s’étant vautré délicieusement en tour préliminaire.

Publicité

Cependant en championnat aucune de ces équipes n’a osé assumer un trou d’air monumental. Aucune, à l’exception du Dijon Football Côte-d’Or. Aucune victoire lors de ses onze premiers matchs de championnat. Mais un premier succès 3-1 sur la pelouse de… l’OGC Nice. La cohérence de notre Ligue 1 qu’on adore tant. L’occasion pour nous de jeter un œil sur les plus belles masterclass du football européen. Et de nous remettre en question (ou pas).

Le football méditerranéen à l’honneur

Notre croisière jette une première fois l’ancre dans le sud de l’Italie, pour faire escale à Crotone. Fraîchement promu de Serie B, les Requins de Crotone n’ont pas tardé pour impressionner les autres pensionnaires du Calcio. En effet, les Rossoblù se sont vus infliger trois valises lors de leurs trois premiers déplacements : 4-1, 4-1, 4-2. Presque digne d’un match de tennis. Il aura fallu attendre la réception de la Juventus pour connaître enfin un match sans défaite. La logique italienne n’est pas mal non plus. Dernier exploit en date : un cuisant revers 4-0 à domicile face au Napoli. Histoire d’atteindre en beauté cette décima sans victoire : 2 nuls et 8 défaites. Bravissimo.

Une fois remontés à bord, nous traversons la mer Méditerranée par l’Ouest, afin de poser nos valises au Nord de l’Espagne. C’est dans la communauté d’Aragon que nous trouvons notre joyau de la couronne espagnole : le SD Huesca. Les Azulgranas n’ont perdu que quatre parties depuis le début de la Liga. Pour un promu, le bilan paraît encourageant vous nous direz. Mais en y regardant de plus près, on aperçoit très vite les huit autres matchs nuls. Zéro victoire en douze rencontres, la plus belle perf’ des cinq grands championnats du football européen cette saison. Et quand le SD Huesca ne parvient pas à ramener un point, il chute lourdement. En l’espace de six jours seulement, les joueurs d’Aragon ont subi deux petites fessées : 4-1 face à la Real Sociedad et au Real Madrid. 8-2 en moins d’une semaine. Plus d’un but encaissé par jour. Quand Huesca cède, il ne le fait pas à moitié.

Publicité

Dans le même genre de Lose :   Quiz Football | Qui a joué en Ligue des Champions ? FC Nantes Edition

Le Nord de l’Europe n’a rien à envier au Sud

Nous réembarquons désormais pour remonter l’Atlantique, et nous infiltrer dans la Manche afin d’accoster dans le Nord de l’Angleterre. Fierté du Yorkshire du Sud, les Blades nous séduisent chaque week-end depuis la reprise de la Premier League. Surprenant 9e la saison passée, Sheffield est un logique dernier cette année. Si la défense rugueuse était sa marque de fabrique (4e lors du dernier exercice), les Blades possèdent la 17e forteresse cette saison. Mais surtout la dernière attaque. Cinq petits buts en onze matchs. Une aubaine pour s’écrouler à dix reprises déjà cette saison. Le seul faux-pas cette année a eu lieu face à Fulham. Un match nul obtenu en toute fin de rencontre sur pénalty. Devinez qui était le gardien ? Alphonse Areola. Sir ! Yes Sir !

Nous achevons notre petite escapade dans les eaux fraîches de la mer du Nord. Direction l’Ouest de l’Allemagne et la ville minière de Gelsenkirchen. Mais le club qu’elle abrite étant plus connu sous le nom de Schalke 04. Fréquemment qualifié en Coupe d’Europe, le club de la Ruhr est sans aucun doute la plus belle passoire du football européen cette saison. En seulement dix matchs, les hommes de Manuel Baum ont encaissé 31 buts ! Plus de trois buts par rencontre. Et le match d’ouverture n’y est pas innocent. Une claque 8-0 sur la pelouse du Bayern Munich, et c’est une lutte pour le maintien enclenchée dès la première journée. Les résultats qui ont suivi sont tous des chefs d’œuvre à eux seuls : 4-0 à Leipzig, 3-0 dans le derby face à Dortmund, 4-1 face à M’Gladbach, 3-0 face à Leverkusen. Le football total.

Comme dirait Macron, la lose n’a pas de passeport.

« Chers licenciés, nous espérons que vous avez effectué un agréable voyage et vous souhaitons une bonne fin de journée. Votre Capitaine de Lose »