Football D1 Tunisie | Bienvenue à Kairouan, l’Agen du ballon rond


À peine l’exploit du sympathique Agenais est achevé, qu’un redoutable adversaire de l’autre côté de la Méditerranée vient chatouiller les chevilles agenaises. Pas de Top 14 cette fois, mais le championnat tunisien de football. En effet, la Jeunesse Sportive Kairouanaise a égalé le somptueux record du SUA : 26 matchs de championnat sans la moindre victoire. Un perfect de Kairouan qui mérite d’être scruté dans les moindres détails.

Ville de plus de 100 000 habitants au nord-est de la Tunisie, Kairouan est notamment connue dans le monde arabe pour être la ville d’origine du makrout. Mais cette pâtisserie est très vite éclipsée par le club de football de la ville : la Jeunesse Sportive Kairouanaise. Ou JSK pour les intimes. Avec son maillot blanc à rayures vertes, on pourrait se dire que la JS Kairouanaise, c’est un peu le Bétis Séville de Tunisie. Sans le tiki-taka offensif cela va de soi. Fondé en 1942, la JSK est désormais dirigée par son président Mohammed Memni. Oui, on a pensé à la même chose que vous en le lisant mais on s’est dit que la vanne serait nuulle nuuuulle.

Publicité

Mais le succès kairouanais n’est pas venu d’un claquement de doigts. La JSK a dû varier entre précocité et éternité pour faire parler d’elle dans le pays. Tandis que le club a dû attendre 30 ans avant de pouvoir connaître le bonheur de la première division, il ne lui a fallu attendre que 5 petites années pour décrocher le titre de champion. On se dit alors qu’un club vient de naître pour dominer le football tunisien et rentrer dans l’histoire par ses records. C’est à moitié vrai. Non pas pour l’hégémonie sur le foot tunisien, car Kairouan retrouve la seconde division 30 ans après sa montée. À croire que leur première division est une histoire de bail renouvelable de 30 ans. Non, si la JSK va marquer au fer blanc le foot de son pays, c’est bien pour ses records indétrônables.

Kairouan ou quand le foot passe avant le makrout

La saison débute le 16 décembre dernier. Et pour commencer, les deux matchs se jouent à domicile. Pas meilleur moyen pour lancer idéalement l’année se dirait-on. Sauf qu’à Kairouan, la forteresse du Stade Hamda-Laouani et ses 4 500 places est difficilement imprenable. Alors lors de ces deux réceptions, il n’est pas question de faire lever les foules. Et ça on le pige assez vite. Après le revers 2-1 subi face au Club Africain, la JSK s’incline 4-0 face au Stade Tunisien, l’équivalent local du Stade Rennais, un palmarès national en plus. La saison est officiellement lancée. Mais dès le match suivant, le château de cartes s’écroule. Opposé à l’Olympique Béja, la Jeunesse Sportive Kairouanaise commet une erreur. De Jeunesse? Habile. Bref, la JSK obtient un match nul sur la pelouse adverse. Déjà, une non-défaite.

Dans le même genre de Lose :   Quiz Football | Les joueurs de l'OM lors de leur précédente victoire en C1, contre l'Inter

Désormais, la JSK ne suit plus qu’un seul objectif : jouir d’une immunité à la victoire durant tout le championnat. Un nouveau cap qui va parfaitement être assimilé par les joueurs. Une série de six revers consécutifs s’abat sur Kairouan. Puis une nouvelle courant février. Le coach est fier de son équipe et ça se voit :

Publicité

Mais la plus belle prouesse est encore à venir. Tandis que chaque point devient vite crucial dans la lutte pour le maintien, la JSK va réaliser un finish d’anthologie. Un de ces sprints finaux qui vous laissent pantois. 9 matchs, 9 défaites. Qui dit mieux?

Des stats qui donnent le tournis

Si la Jeunesse Sportive Kairouanaise a caracolé au fond du classement pendant toute la saison, c’est tout sauf un hasard. Comme son jumeau agenais, la JSK détient un diptyque qui ne rate pas. Qui ne rate jamais même.

– 14 buts marqués : pire attaque du championnat.
– 60 buts encaissés : pire défense du championnat.

En sachant que l’avant-dernière défense a concédé 34 buts, soit près de la moitié. Pas besoin de sortir de Normal Sup pour comprendre que la Jeunesse Sportive Kairouanaise s’est mangée un petit -46 au goal average. Épicé.

On vous laisse savourer la perméabilité défensive de ces 2:17 de vidéo.

Mais la comparaison ne s’arrête pas là. Comme le SUA, la JSK a fait chou blanc sur ses 26 matchs de championnat. Le mimétisme devient perturbant.

En ces temps de Roland-Garros, le terme de « bulle » n’a jamais aussi bien porté son nom.

Le chiffre : 28

La Jeunesse Sportive Kairuanaise a terminé le championnat à seulement 28 points du premier non-reléguable, avec la bagatelle de 3 points en poche. Encore une saison qui se joue sur les détails.