Eredivisie | Au nom du père et du fils et du saint-esprit, Emmen !


FC Emmen

Si Schalke 04 et Sheffield United sont parvenus dernièrement à briser le signe indien, le Football Club Emmen continue lui de patauger dans l’océan de la lose. Personne aux Pays-Bas ne parvient à rivaliser avec ce qu’il se fait de mieux dans le pays : une virginité à la victoire après 16 journées. Mais ça, c’était avant la réception du Vitesse Arnhem cet après-midi. Les protégés du druide Dick Lukkien ont-ils atteint la marche des 17 sur leur propre pelouse ? Vous connaissez déjà la réponse.

Fondé en 1925 dans le nord-est des Pays-Bas, le FC Emmen n’a pas vraiment marqué de son empreinte le football néerlandais. Aucun trophée en près de 100 ans d’existence. Cela méritait au moins notre coup de projecteur. Ah sacré Sauron.

Publicité

En 2018, Emmen est promu pour la première fois de son histoire en Eredivisie. Et une chose est sûre, il ne va pas le regretter. Si le premier exercice se conclut par une solide 14e place, le suivant est encore plus déroutant. Douzième position, et le statut de valeur sûre du ventre mou néerlandais. Mais le club ne pouvait échapper bien longtemps à la faucheuse de la déroute.

Emmen, ce club pas comme les autres

La saison commence magnifiquement. Avant même le premier match de championnat, le FC Emmen fait déjà parler de lui. La raison ? La Fédération néerlandaise de football a interdit au FC Emmen d’avoir comme sponsor principal sur son maillot la marque EasyToys, société spécialisée dans les sex-toys. Un manque à gagner de 500 000€ par an tout de même. Mais cela n’en est pas resté là. Face à l’ampleur de la nouvelle, la fédération royale néerlandaise de football (KNVB) a dû se justifier par un communiqué. La suite est une battle délicieuse entre le club et la fédé.

« Nous tenons compte du fait que le football est et doit être accessible aux jeunes et aux moins jeunes » Fédération royale néerlandaise de football

La réponse du FC Emmen ne se fait pas attendre.

« Nous sommes stupéfaits et bouleversés par ce rejet. Nous allons étudier les arguments de la KNVB et réfléchir à la suite à donner » FC Emmen

Les Pays-Bas qu’on aime.

Publicité

Un parcours sans faute en Eredivisie

Côté sportif, le championnat débute en fanfare. Pour son premier match, les Rouges et Blancs accueillent l’intraitable VVV Venlo. Et subissent une rouste 5-3 devant les 8 600 sièges vides de leur stade. Venlo qui se fera lui gentiment humilier 13-0 face à l’Ajax quelques semaines plus tard. En parlant des ajacides, le FC Emmen les reçoit en novembre dernier. Le club de la province de Drenthe réalise l’exploit de ne s’en prendre que 5 dans les dents. Ça sent bon la relégation avant Pâques.

Dans le même genre de Lose :   PSG-Basaksehir | Moise fait des miracles et frustre la FFL

Emmen savoure chaque déplacement. Peut-être car il s’agit de la dernière fois que le club jouera dans les stades d’Eredivisie, qui sait. En tout cas, si la convenance souhaite ne pas arriver chez un hôte les mains vides, les Rouges et Blancs repartent eux les valises pleines. 4-0 à Heerenveen, 4-0 à Heracles Almelo. Et on en passe.

13 décembre 2020. Dans le choc des mal classés, le FC Emmen reçoit La Haye. Si les locaux encaissent l’ouverture du score dès la 6e minute de jeu, le douzième homme va prendre tout son sens. Alors qu’aucun supporter n’est autorisé à prendre part dans les gradins, des fans d’Emmen craquent des fumigènes aux abords du stade. L’arbitre se voit obligé d’arrêter le match dû à l’encombrante fumée qui s’est dispersée sur la pelouse. Une interruption qui va durer 17 minutes. Et permettre aux Rouges et Blancs d’arracher le point du match nul à un quart d’heure du terme de la partie. Arrêtons de dire que les supporters de Liverpool sont les meilleurs du monde s’il vous plait.

Le résumé du match Emmen – Arnhem

Dans la semaine, les supporters d’Emmen ont préféré prendre la situation de leur club de cœur avec humour. Face aux roustes hebdomadaires subies par leur équipe favorite depuis maintenant cinq mois, des fans du club ont fabriqué un mur de scotch pour empêcher les joueurs du Vitesse Arnhem de marquer. On n’a plus les mots.

 

La trêve de plaisanterie débute cet après-midi à 16h30. Coup d’envoi de la rencontre. Il faut moins de deux minutes au Vitesse Arnhem pour faire regretter aux Rouges et Blancs leur mûr de scotch. Et avant même avoir passé les dix minutes de jeu, l’ancien stéphanois Oussama Tannane fait le break pour les visiteurs. Surnommé le FC Hollywood du Rhin (on n’invente rien), les joueurs n’en restent pas là et plantent un troisième but juste après la reprise. Encaisser un but à l’entame de chaque période, la marque des très grands.

La suite est un long fleuve tranquille. De Leeuw sonne la révolte d’Emmen, avant que le très facilement prononçable Vroegh ne vienne clore les débats (4-1). 0 victoire en 17 journées. 45 buts encaissés.

Et nous ne sommes qu’à la mi-saison.