Coupe d’Asie | Le ragequit hilarant de Roberto Mancini


Roberto Mancini

La Coupe d’Asie a déjà fait parler d’elle cette année avec l’élimination folichonne de l’Irak contre la Jordanie. Mais un autre pays a tenu à faire parler de lui : l’Arabie saoudite. Et en particulier son sélectionneur, Roberto Mancini.

À lire aussi :   Coupe d'Asie | L'élimination totalement zinzin de l'Irak

Roberto Mancini s’en va où il veut, quand il le veut

Après avoir fait les gros titres en matière de mercato l’été dernier pour étoffer son championnat, l’Arabie saoudite disputait la Coupe d’Asie en ce début d’année. En huitièmes de finale, les Faucons verts affrontaient la Corée du Sud. Après avoir ouvert le score au bout de 32 secondes en seconde période, les anciens hommes de Hervé Renard pensaient retrouver l’Australie en quarts de finale. Mais ça, c’était avant que Cho Gue-Sung ne brise ce doux espoir. Ou plutôt Ahmed Al Kassar. En effet, le gardien saoudien pense que la 90+9e minute est le meilleur moment pour nous offrir une sortie aux fraises, et permettre au géant attaquant de Midtjylland d’égaliser. Les Irakiens sont presque jaloux de ce choke.

Publicité

Les prolongations ne donnent rien, du coup, seule la séance de tirs au but est en mesure de départager les deux équipes. Et visiblement, la loterie ne penche pas en faveur des Saoudiens. Sami Al-Najei, puis Abdulrahman Ghareeb se vautrent. Le deuxième échec est celui de trop pour Roberto Mancini, qui décide de quitter tout bonnement le terrain. Alors même que la séance n’est pas terminée, et donc l’Arabie saoudite pas encore éliminée. Un ragequit du tonnerre, digne de ton pote qui se fait la malle dès qu’il sent qu’il va se manger une valise sur Fifa. Ou l’inverse.

Finalement, Hwang Hee-chan transforme son pénalty et élimine l’Arabie saoudite en huitièmes de finale. Roberto Mancini avait donc raison, mais trop tôt. Ce qui n’a pas l’air de plaire, mais alors pas du tout, au président de la Fédération saoudienne.

Publicité

“Le départ de l’entraîneur est complètement inacceptable et nous allons discuter avec lui pour comprendre pourquoi il a fait ça” Yasser Al-Misehal

Ce à quoi Roberto Mancini répond tout simplement : “Je croyais que c’était fini“. Ou comment s’en contrefoutre sans même chercher à le cacher.

À lire aussi :   CAN Maroc | Le pénalty déjà légendaire de Hakimi
Tom