Champions Cup | Lyon se mange un drop après la sirène !


Cinq ans après le drop de Johnny Sexton face au XV de France, Callum Sheedy a imité son modèle. Sa victime ? Le Lyon olympique universitaire rugby.

À lire aussi :   Coupe du monde Rugby | Owen Farrell, la pénalité d’une vie

20 minutes cauchemardesques

Pour son entrée en lice dans la Champions Cup, le LOU se rendait à Bristol afin de défier les Bears. Mais le début de match n’a pas vraiment tourné en faveur des Lyonnais. Les Anglais mènent 21-10 à la mi-temps, et même 33-10 à la 54e minute. Bref, tout espoir de victoire est vain côté français. Puis en 20 minutes, c’est le drame. Le LOU inscrit pas moins de quatre essais, avec un doublé de Abrahams, le premier essai de Semi Radradra avec les Lyonnais face à son ancien club, et une percée cruelle d’Alfred Parisien. Le LOU mène désormais 34-33, après avoir infligé un 24-0 en 20 minutes aux Anglais. C’est la douche froide.

Publicité

À lire aussi :   Top 14 | Le superbe non-essai à la sirène du LOU Rugby

On joue alors la 85e minute, la sirène a retenti depuis belle lurette, et les Français résistent toujours à l’envahisseur anglais juste devant leur ligne. Puis contre toute attente, le demi de mêlée décide de décaler Callum Sheedy, tout seul dans l’axe du terrain. Le Gallois envoie un drop glacial entre les perches : 36-34 Bristol.

Publicité

Les Lyonnais sont allongés sur le sol, abattus. Après avoir signé une remontada du tonnerre, les voici qui rentrent bredouilles à Lyon, et seulement les bonus en poche. Il n’est pas beau le haut niveau ?

À lire aussi :   Tournoi des VI Nations 2017 | Finn Russell, la transformation d'une vie

Sheedy, la copie parfaite de Sexton

Les Lyonnais peuvent nourrir d’autant plus de regrets, que sur les six essais inscrits, seuls deux ont été convertis par une transformation. Quatre tentatives ratées par Martin Page-Relo et Alexandre Tchaptchet, pour la bagatelle de 8 points donnés à l’adversaire. On vous laisse faire les calculs.

“J’avais des crampes aux deux mollets” C. Sheedy

Un anglophone crampé, qui n’arrive plus à marcher, et qui crucifie une équipe française alors que la sirène a été entendue depuis plusieurs minutes, cela ne vous rappelle personne ?

“Le drop de Sexton ? Je me suis dit qu’on était maudits. Et le pire du pire, c’est qu’une minute avant, on l’a tous vu s’étirer. Il avait des crampes ! On s’est dit, il ne mettrait jamais un drop, surtout de cette distance sur un terrain trempé” J. Poirot

A ce niveau-là, c’est Ctrl+C – Ctrl+V.

À lire aussi :   Six nations 2018 | France - Irlande | Sexton, le drop parfait
Tom