Football | Top 20 des cartons rouges les plus débiles de l’histoire – Partie 1


Robin Van Persie

Après le récital du FC Metz en matière de cartons rouges, nous avons imaginé les plus belles expulsions dans l’histoire du football. Grâce à votre participation, voici les génies ayant quitté la pelouse avant leurs coéquipiers.

À lire aussi :   Ligue 2 - Metz | Allez viens prendre un p'tit rouge à la maison

Célébrations

Marouane Chamakh / PSG – Bordeaux

Coupe de France : 2004-2005.

Publicité

La règle visant à interdire un footballeur de retirer son maillot date de 2004. Alors fort logiquement, il ne faut attendre que quelques mois pour voir un premier joueur se faire rappeler à l’ordre. Et de quelle manière. Opposés au PSG en Coupe de France, les Girondins de Bordeaux ouvrent le score au Parc des Princes par l’intermédiaire de Marouane Chamakh. Le Marocain exulte de joie et retire son maillot dans la foulée. Sans se rappeler qu’il avait écopé d’un premier carton jaune quelques minutes plus tôt sur un découpage dans les règles de Sylvain Armand.

Darcheville se précipite pour lui dire de vite remettre son maillot, mais l’arbitre a tout vu. Marouane est expulsé, et peut voir depuis les douches l’élimination des siens en prolongations. L’infériorité numérique girondine ayant joué un rôle majeur. Un acte de grande classe, qui vaut à Thierry Roland l’une de ses plus belles formules.

« Ça, c’est vraiment une connerie à l’état pur » T. Rolland

À lire aussi :   CdF 2005 – PSG - Bordeaux | La légendaire célébration - carton rouge

 

Publicité

Mario Djurovski / Muangthong United – TOT SC

Championnat de Thaïlande : 2012-2013.

Il n’y a pas qu’en France où les êtres humains jouent au football. En effet, la Thaïlande s’essaye elle aussi à ce sport. Alors quand un joueur parvient à réaliser un lob millimétré sur le gardien, le stade est littéralement en fusion. Disons que ce genre de geste ne voit pas le jour tous les week-ends au pays de Tony Jaa.

L’artiste de ce chef-d’œuvre n’est autre que Mario Djurovski, milieu offensif du célèbre club de Muangthong United. Seulement, quand Mario marque un but, il laisse exploser une joie très particulière. Sa célébration consiste à s’enlever le short, le placer sur sa tête et simuler un tir de mitraillette avec ses mains. Sauf que l’arbitre de la rencontre goûte très peu à cette joie mi-enfantine, mi-guerrière. Il sort alors un second carton jaune, ce qui contraint Mario Djurovski à partir la queue entre les jambes. Littéralement.

 

Edinson Cavani / PSG – RC Lens

Ligue 1 : 2014-2015.

La dixième journée de championnat voit le PSG affronter le RC Lens au Stade de France. Alors que Maxwell adresse un centre parfait pour Cavani, l’Uruguayen est poussé dans le dos par Jean-Philippe Gbamin. Second carton jaune pour l’Ivoirien, carton rouge.

Cavani transforme le pénalty et, comme à son habitude, mime la mitraillette avec un genou à terre. Manque de pot pour lui, il se trouve devant le parcage lensois, raison pour laquelle l’arbitre de la rencontre interprète cette célébration comme une provocation. Un carton jaune qui ne plaît absolument pas à Cavani. Ce dernier retient l’arbitre par le bras pour avoir une explication, il n’en fallait pas plus pour que l’homme au sifflet dégaine une deuxième biscotte en l’espace de 10 secondes. El Matadehors.

 

Arkadiusz Milik / Juventus Turin – Salernitana

Serie A : 2022-2023.

La boulette est encore toute fraîche. Peut-être trop pour certains supporters bianconeri. Mais ce fait de jeu ne pouvait pas nous échapper. Comment oublier un but de la victoire inscrit à la 90+4e minute par l’ancien marseillais Arkadiusz Milik ? Une célébration en retirant le maillot devant ses supporters en délire, provoquant un second carton jaune et une expulsion ? Puis un but finalement refusé par la VAR quelques secondes plus tard ? Cette trilogie a eu raison de nous.

À lire aussi :   Serie A | Arkadiusz Milik, le presqu'héros de la Juventus

Expulsions WTF

 

Mario Balotelli / Rubin Kazan – Inter Milan

Ligue des Champions : 2009-2010.

Si vous ne connaissez pas le personnage Balotelli, cette anecdote va très certainement vous renseigner à son égard. L’Inter Milan se rend en Russie pour affronter le Rubin Kazan en phase de poules. Mourinho n’a plus que Balotelli comme attaquant dans ses rangs, les autres étant blessés. Super Mario écope d’un carton jaune peu avant la mi-temps. Alors durant la pause, Mourinho le supplie de ne pas en prendre un second en deuxième période. Aucun attaquant ne pourrait le remplacer. Balotelli ne traîne pas, et se fait exclure à la 46e minute. Génie incompris.

Et qui de mieux que le Mou en personne pour conter cette histoire.


 

Robin Van Persie / FC Barcelone – Arsenal

Ligue des Champions : 2010-2011.

Les huitièmes de finale de la Ligue des Champions 2011 opposent les Gunners aux Blaugrana. Si les Anglais gagnent le match aller sur le score de 2-1, le retour au Nou Camp s’avère délicat. Arsenal résiste face aux assauts catalans, et tient en échec le grand Barça (1-1). Mais ce presqu’exploit explose en vol à la 55e minute.

Lancé en profondeur, Robin Van Persie n’entend pas le coup de sifflet de l’arbitre pour signaler une position de hors-jeu. Le Néerlandais poursuit sa course et arme une frappe. Jusque-là, rien d’anormal. Sauf pour l’arbitre de la rencontre. En effet, ce dernier estime que Van Persie a voulu gagner du temps, raison pour laquelle il lui inflige une seconde biscotte.

« C’est une plaisanterie ce qu’a fait l’arbitre. Comment puis-je entendre un coup de sifflet alors que 95.000 personnes font du bruit ? Il a été mauvais toute la soirée, je ne comprends pas pourquoi il était là ce soir » R. Van Persie

Cesc Fabregas / West Brom – Chelsea

Premier League : 2014-2015.

Les Blues de Chelsea sont d’ores et déjà sacrés champions d’Angleterre. Sous la houlette de José Mourinho, les Londoniens ont affiché une défense hermétique durant toute la saison. Alors quand il s’agit d’aller affronter West Brom, l’occasion est trop belle pour foutre en l’air le plan de jeu habituel.

Les Blues concèdent l’ouverture du score dès la 9e minute. Mais aucune réaction ne vient. Hormis celle de Cesc Fabregas à la demi-heure de jeu. Les Baggies commettent une faute sur le côté droit. Alors que le coup franc met du temps pour être frappé, Fabregas trouve un moyen pour faire passer le temps. L’Espagnol, d’humeur joueuse, adresse un petit ballon flottant dans la surface de réparation. Manque de bol pour lui, il heurte le visage de Chris Brunt. L’arbitre n’hésite pas une seconde, et sort le carton rouge.

 

Matt McClure / Tranmere Rovers – Wycombe Wanderers

League Two : 2014-2015.

C’est l’histoire de Matt McClure, un avant-centre nord-irlandais de Wycombe, qui entre en jeu dans un match de quatrième division anglaise. Rien de bien fou jusque-là. Sur son premier ballon, McClure envoie un giga coup de coude dans la tête de son adversaire. Matt parvient à se faire exclure seulement 3,7 secondes après son entrée. Iconique.

À lire aussi :   Football - 2015 | Matt McClure, le carton rouge le plus rapide de l'histoire.

 

Gabriel Martinelli / Wolverhampton – Arsenal

Premier League : 2021-2022.

Jouer au Molineux Stadium n’est pas le plus grand cadeau à faire pour un joueur visiteur. Le public vous hue durant 90 minutes, et ovationne chaque récupération de balle des Wolves. Et Gabriel Martinelli va l’apprendre à ses dépens.

Le Brésilien se fait tout d’abord subtiliser le ballon par Chiquinho, et perd même l’engagement de la touche en faveur de Wolverhampton. Un acharnement qui ne passe pas pour Martinelli. Le buteur d’Arsenal pousse dans un premier temps Podence qui effectue la touche. L’arbitre laisse l’avantage pour les Wolves, mais l’entreprise de démolition ne suffit pas pour Martinelli. Le Brésilien part à la poursuite de son bourreau Chiquinho, parti en contre-attaque, et en profite pour le bousculer fortement. Deuxième faute grossière en 7 secondes seulement. Deux cartons jaunes sur une même action, ce qui fait rouge. Parabéns, Gabriel.

À lire aussi :   Ligue des Champions | Le carton rouge supersonique de Milan Rodic