Bayern Munich | Et si le PSG le faisait finalement ?


Neymar

Tous les voyants sont au vert du côté du PSG pour vivre une déroute à domicile contre le Bayern Munich. Et pourtant. Imaginez les Parisiens nous prendre à contrepied. Difficile, certes, mais imaginez quand même.

À lire aussi :   Voici pourquoi le PSG va nous régaler contre le Bayern Munich

On vous avoue que le match de ce soir est très différent de ce que nous avons pu connaître par le passé. Si d’ordinaire, le Paris Saint-Germain attendait l’issue du match retour pour sombrer dans la crise, après une remontada par exemple, cette fois ils se sont montrés particulièrement impatients. En effet, si l’on se réfère au cycle du PSG, le match aller est normalement synonyme de grosse confiance, et d’une croyance pure et dure qu’il s’agisse de LA bonne année.

Publicité

Oui, mais voilà. Cette année, les Parisiens n’auront pas à attendre la fin du match retour pour avoir le moral en berne. Avant même le match aller, c’est la crise. La cause ? Deux défaites lors des deux matchs précédant la rencontre face au Bayern Munich, et le tour est joué. On doit l’avouer, ce tour de force parvient même à nous déstabiliser. Les Parisiens mijotent quelque chose, une sorte de recette de la potion magique, faisant de nous leurs Romains.

Étant donné que le PSG n’a plus rien à perdre, on a voulu imaginer les pires scénarios qui pourraient inverser le cycle traditionnel des Parisiens. Celui qui pourrait transformer une crise en bonheur immense. Rien que le fait de l’écrire nous provoque des spasmes.

Pavard, l’occasion ou jamais pour retrouver les Bleus

L’éclaircie parisienne pourrait venir d’un Ch’ti. En effet, Benjamin Pavard désire ardemment se montrer pour poursuivre son aventure avec l’équipe de France. Alors pour y parvenir, rien de tel qu’un match lunaire de sa part permettant une victoire écrasante du PSG. Et avec lui, on sait que les buts moches ça n’existe pas. Tu en parles peut-être quand il n’est pas là, mais quand il est là, tu ne lui en parles pas.

Publicité

Avec un match si complet, c’est une place de titulaire assurée sur le couloir droit de la défense de Didier Deschamps.

Le PSG n’a strictement plus rien à perdre

Au vu de l’état de forme des Parisiens, ce n’est pas compliqué de miser sur une victoire bavaroise ce soir. Mais imaginez que dans un élan de survie, les joueurs de la capitale parvenaient à appliquer des schémas de jeu cohérents ? Des jeux en triangle qui ne sortent pas en touche ? Ou bien qu’ils se remettaient à courir ensemble tout simplement ? Beaucoup de chimères et de mirages, il est vrai. Mais il faudra bien ça pour espérer battre le Bayern Munich.

Choupo-Moting, le 12e homme du PSG ?

À lire aussi :   PSG-Atalanta | Choupo m'a tué

Et si la décision venait de lui ? Avant même la rencontre, Choupo-Moting a savamment orchestré son retournement de veste. Et le bougre ne s’en est même pas caché : “La défaite en finale en 2020 ? Cela fait toujours mal”, “je suis très fier d’avoir joué au PSG”, “je connais les gars et je suis impatient de les revoir”. Appelez ça comme vous voulez, il s’agit de retrouvailles avec son ex. Choupo serait-il capable de réitérer sa spéciale “sauvetage sur la ligne adverse” ? Il n’y a qu’un pas. Taille 48.

À lire aussi :   La Légion pour Choupo !

“Dans ces grands rendez-vous, je sais que mes joueurs savent élever leur niveau de jeu”

Notre principale crainte a été exprimée en ces termes par Christophe Galtier en conférence de presse. Pas de Lens, Rennes, Marseille ou même Monaco ce soir. Mais l’ogre bavarois. Voilà ce qu’il faut comme affiche aux Parisiens pour retrouver de la motivation. Car comme vous le savez, en face c’est pas Bochum, c’est pas Augsbourg, c’est le Bayern Munich.

Seul espoir qui nous reste : que Julian Nagelsmann aligne son équipe la plus Liguain compatible qui soit. Peut-être qu’en voyant Pavard, Upamecano, Bouna Sarr, Coman, Mathys Tel et Choupo-Moting, les Parisiens n’auront plus la motivation nécessaire pour remporter ce match.

Avec des si, on mettrait Paris en bouteille.

À lire aussi :   Le jubilé de Johan Cruyff flingué par le Bayern Munich
Tom