VI Nations – Ecosse | Le hold-up terrible du XV de France


Après le match d’ouverture savamment foiré à domicile contre l’Irlande, le XV de France devait poursuivre sa série face à l’Ecosse. Mais l’arbitrage vidéo en a décidé autrement.

La gifle a été brutale face au XV du Trèfle. Une déroute 38-17 subie devant leurs propres supporters, soit la plus lourde défaite de l’histoire à domicile contre les Irlandais. Ou comment lancer de la meilleure des manières la 130e édition du Tournoi des VI Nations.

Publicité

À lire aussi :   VI Nations | Le sublime naufrage de la France face à l'Irlande

Une entame de match parfaitement parfaite

Il ne faut que 7 petites minutes pour voir les Français frapper les premiers. Un essai signé Ben White, joueur de Toulon, qui ne se prive pas de martyriser le pays dans lequel il vit. Quelle classe. Puis dans la foulée, sur une percée de Gaël Fickou, la première depuis belle lurette, le joueur du Racing pense avoir fait le plus dur pour aplatir le premier essai tricolore. Mais il s’agit au final d’un sublime presqu’essai, et ce grâce à un retour héroïque de la défense écossaise à quelques centimètres de l’en-but. Mais le danger n’est toujours pas repoussé, seulement ralenti. Heureusement, Lucu souhaite sortir vite le ballon et se le fait subtiliser par Van Der Merwe. Contre-attaque écossaise, 50 mètres de terrain perdus. Les germes d’une après-midi royale sont plantés. Pense-t-on.

L’avertissement de Fickou est certes sans frais, mais il le devient quelques minutes plus tard. Sur un débordement rondement mené, le XV de France permet à Gaël d’inscrire son 15e essai en sélection. La France revient dans la partie (13-10). Argh.

Publicité

Atonio – Jalibert, le combo gagnant du XV de France

Puis juste avant la pause, le XV du Chardon pousse à outrance aux abords de l’en-but tricolore. Les Ecossais obtiennent une pénalité, mais au lieu de prendre les trois points, ils préfèrent jouer à la main. Si vous aviez un doute, n’en ayez plus ; le XV de France ne fait plus peur. Sur le premier assaut, Uini Atonio est dépassé par les événements et envoie l’épaule dans son plaquage. Carton jaune. L’ombre de Paul Willemse plane encore dans ce match. Mais à trop vouloir jouer, les Ecossais se font prendre à leur propre jeu. Ils se font enfoncer en mêlée, et Jalibert peut renvoyer tout le monde aux vestiaires. 13-10 Ecosse à la mi-temps. C’est (très) bien payé.

La seconde période démarre, et les Bleus parviennent à résister malgré leur infériorité numérique. Mais alors qu’Atonio revient sur le terrain, et qu’on pense que les Français vont sortir la tête de l’eau, Matthieu Jalibert nous sort ses plus belles moufles. A la réception d’un dégagement de Paterson, le Bordelais nous offre une passe digne de la Team Yavbou au volley. Et qui plus est dans ses 22 mètres. La boucle est bouclée.

Disons “NON” à l’arbitrage vidéo

Les Ecossais mènent 16-10, et la dernière demi-heure est le théâtre d’un tout autre sport ; le foot-rugby. Des dizaines de coups de pied de part et d’autre, avec des joueurs ayant l’interdiction de bouger au centre du terrain. Lunaire. Puis, alors que la morosité prend peu à peu place au Murrayfield, Louis Bielle-Biarrey en profite pour retourner littéralement la table. Un jeu au pied pour lui-même, et un essai à la clef. 17-16 pour la France à 10 minutes du terme. Le timing ne pouvait pas être plus désastreux.

Derrière, Thomas Ramos passe une pénalité (20-16), et les Bleus doivent résister durant 3 minutes pour signer un hold-up qu’eux-mêmes n’imaginaient pas. Malgré une percée de 60 mètres de Kyle Rowe, les Français ont le ballon en main, mais Le Garrec a la bonne idée de le perdre à 1 minute du terme, et à 5 mètres de sa ligne s’il vous plaît. L’oxygène commence à se faire rare à Edimbourg. Puis au bout d’une énième phase de jeu, les Ecossais pensent aplatir l’essai. Le public exulte, le banc tricolore est abattu, puis l’arbitrage vidéo intervient longtemps, très longtemps. Au moins 80 visionnages du ralenti sont repassés sous tous ses angles, le suspense est tout bonnement insoutenable.

Puis après une apnée interminable, l’annonce climatise le Murrayfield ; l’essai est refusé. Victoire 20-16 de la France. Nous pouvons dire adieu à la Cuillère de bois. L’arbitrage vient de sourire au XV de France sous nos yeux. Jamais nous n’aurions pensé écrire ces mots dans la même phrase.

Les traditions se perdent définitivement au rugby.

À lire aussi :   Top 10 des injustices arbitrales dans l'histoire du football français
Tom