Formule 1 | Une course aux allures de Very Bad Trip


Le retour de la Sin City tombe presque comme un cheveu sur la soupe du calendrier. On s’attend à une course à haut risque, avec un spectacle artificiel, à l’image de la ville de Las Vegas.

Le GP de Las Vegas s’annonçait complexe, et ça se confirme. La première séance d’essais libre a été annulée au bout de huit minutes. Elle a été interrompue pour des raisons de sécurité : un drapeau rouge levé… à cause d’une plaque d’égout. La Ferrari de Carlos Sainz en a fait les frais. Un réel fiasco qui fait peur pour la suite.

S.Perez est favori pour ce Grand Prix

Le pilote est probablement le premier pressenti à partir à la faute. Quoique, Charles Leclerc est dans une forme étincelante en ce moment, après sa masterclass au GP du Brésil. On a aussi hâte d’écouter Verstappen pester sur ses ingénieurs, avec 20 sec d’avance sur tout le monde.

George Russell est aussi sur une bonne dynamique, avec sa manœuvre légendaire où il s’est pris le mur dans le dernier tour à Singapour. Lewis Hamilton tentera de réussir l’exploit de ne pas heurter son coéquipier. Du côté des flèches d’argent, la question de la performance se pose. L’objectif est clair : gagner la course tout en ralentissant le trafic en ligne droite grâce à son appui aérodynamique optimal.

Logan Sargeant, le local de l’étape, se présente avec une seule envie : faire mieux qu’à Austin, où le pilote s’est retrouvé dans les points sans trop avoir fait exprès. Peut-il encore profiter des abandons pour révéler son talent au fond de la grille ?

La F1 a oublié qu’il fait froid à Vegas en novembre

Les écuries s’attendent à vivre un week-end inédit dans des conditions proches d’un sport d’hiver. À Vegas, les températures peuvent descendre jusqu’à 4 ou 5 degrés seulement. Les pneus apprécieront ces températures, tout comme les ingénieurs qui devront certainement se muer en torche humaine pour fournir les pneus les plus chauds à leurs pilotes.

Il faut aussi rappeler le génie des organisateurs dans la conception du circuit. En effet, le tracé inclut de très grandes zones de ligne droite. C’est aussi le meilleur moyen de refroidir ses pneus avec très peu de virages lents. On s’attend donc à une patinoire, le tout sur un circuit urbain truffé de murs. Vers une course d’auto-tamponeuses géantes ce week-end ?

Pour couronner le tout, l’ancien directeur sportif de la FIA, Ross Brown a lui-même déclaré que le bureau d’étude avait “oublié” que les températures pouvaient être aussi basses à cette heure. Du génie, tout simplement.

À lire aussi :   Formule 1 | Le départ prodigieux des Alpine

La révolution de la Formule 1, vraiment ?

La Formule 1 veut renouer la flamme avec le pays de l’Oncle Sam avec un retour en force sur le sol américain. Le retour à Las Vegas après un passage en 1981 ans montre la volonté de la F1 de sortir de la Friendzone avec les États-Unis.

Pour ça, Liberty Media et la F1 sortent le grand jeu, avec un spectacle et des happenings hors du commun pour tout le week-end. On en vient à se demander ce qui sera le plus intéressant entre la course et les multiples shows.

La présentation des pilotes ressemblait à un festival de musique avec speaker et DJ. Il ne manquait plus que Bruce Buffer de l’UFC pour en faire un véritable show façon MMA. Blague à part, le célèbre speaker a déjà été convié pour le GP d’Austin !

Formule 1, le championnat du monde de la communication

Liberty Media a choisi de mettre plus petits plats dans les grands. Un spectacle à suivre au petit matin sur Canal+. C’est la seule chaîne TV pour voir la Formule 1 qui diffuse ce sport à la télévision. Du côté des écuries, c’est un véritable carnaval, puisque chacun y va de sa livrée spéciale. À commencer par Ferrari, qui arbore une livrée rouge à l’image des jeux de carte en référence au casino. Vers un nouveau tour de formation exceptionnel de Charles Leclerc ?

RedBull, Alpha Tauri, ou encore Williams y vont de leur petit coup de pinceau pour rester dans une ambiance bling bling locale. Le Grand Prix de Las Vegas, c’est le festival de Cannes façon course automobile.

Une course pour la génération Drive To Survive

La communication, c’est l’élément central de ce Grand Prix de Las Vegas. On a déjà eu droit à une pluie de vidéos promotionnelles, de mises en avant de livrées, ou encore de révélation de casques spéciaux pour cette course. Rien que pour ce week-end, le jeu Formule 1 est gratuit pour faire le GP de Las Vegas.

Plus encore, Liberty Media révèle une idée de génie en partenariat avec Netflix : il s’agit de la Netflix Cup. Un tournoi de Golf à Las Vegas entre plusieurs pilotes du championnat. L’épisode de Drive To Survive sur le passage à Las Vegas promet d’être un making-of de tournage pour une émission de télé-réalité.

Louis