Top 14 | Les Gagnants et les Perdants de la 15e journée


Tandis que cette 15e journée de Top 14 devait être l’avènement du SUA sur le toit du rugby français, deux rencontres ont été reportées pour cause de coronavirus. Au programme : des victoires à l’extérieur en pagaille et une régularité sans nom du MHR. Bilan de cette journée avec ses winners et ses losers.

Loser : Clermont

22 février 2020. L’ASM reçoit l’UBB. Les bordelais déjouent les pronostics et s’imposent avec le bonus offensif au Stade Marcel-Michelin. Alors on se dit que cette année, les clermontois ne vont pas récidiver leur réception foireuse. Dix minutes de jouées, et déjà deux essais encaissés. On poursuit sur les mêmes standards. Les deux équipes se rendent coup pour coup. Trois essais de part et d’autre. Les auvergnats prennent le large dans le dernier quart d’heure. 36-32 à quatre minutes du terme. Les bordelais poussent, et parviennent à créer le surnombre. Mais c’était sans compter l’en-avant volontaire de Jean-Pascal Barraque qui refuse que Lam aille aplatir l’essai.

Publicité

Ça ne fait rien, les joueurs de l’UBB renversent sur l’autre côté et parviennent enfin à inscrire l’essai juste après la sirène ! Oui, mais non. Le 47 en pointure de chaussure de Lam vaut sacrément cher aux bordelais. Son pied mord la ligne de touche au moment de ramasser le ballon. Carton jaune pour Barraque. On joue la 88e minute, l’UBB retourne au charbon. Bis repetita avec l’action précédente ; les néo-aquitains renversent le jeu et l’ailier Hulleu s’apprête à aplatir l’essai quand le fair-play clermontois refait surface. Raka plaque au niveau de la carotide le pauvre Hulleu, qui parvient tout de même à inscrire l’essai de la victoire. 36-37. Une défaite digne du XV de France face à l’Irlande et un certain drop de Sexton.

Winner : Pau

Notre patience a des limites. À peine avons-nous le temps de nous réjouir d’avoir enfin été écouté par la Section Paloise, que les béarnais nous enfoncent une magnifique lame dans le dos. Après avoir surpris l’Aviron Bayonnais sur son terrain il y a deux semaines, les palois étaient rentrés dans le rang le week-end dernier en s’inclinant à domicile face à l’ogre brivois (27-32). Pour notre plus grand plaisir, nous qui leur avions demandé solennellement de ressusciter leur délicieuse série noire de novembre. Mais voilà, quand on lâche du lest avec certains clubs on se fait punir la minute d’après. Candidat à la qualification aux play-offs, le LOU trouve le moyen de se faire surprendre à domicile par l’ennemi palois. Une brillante victoire à l’extérieur 18-17 qui fait s’arracher les cheveux du coach lyonnais Pierre Mignoni.

Dans le même genre de Lose :   Winners & Losers | Top 14 – Journées 8-9-12-14

Winner : Brive

Si aujourd’hui le CAB fêtait les 23 ans de son craquage en finale de H Cup face aux anglais de Bath, les brivistes voulaient définitivement tourner la page de cette lose ancestrale. Et pour cela, rien de tel que de prendre le meilleur sur l’une des équipes les plus en forme du moment : le RC Toulon. Après un début de match réussi, et un 11-0 infligé lors des 20 premières minutes, le débat s’équilibre par la suite. Mais à la sortie des vestiaires, les corréziens passent la seconde. À la suite d’un plaquage haut du demi de mêlée toulonnais Paia’aua, le CAB passe une nouvelle pénalité et mène 25-13. Il reste 25 minutes à jouer, et Brive ne marquera plus le moindre point. En face, les varois vont s’illustrer par l’intermédiaire de leur pilier géorgien Gigashvili, auteur d’un essai à un quart d’heure du terme. Insuffisant pour renverser la tendance. Victoire corrézienne 25-23. Ce qui a le don d’agacer le coach varois.

Publicité

« Ce qui me dérange aussi c’est qu’on a mieux joué à 14 qu’à 15 » P. Collazo

Loser : MHR

Un week-end sans le MHR dans la rubrique des losers n’est pas une journée de Top 14. Antre de leurs roustes hebdomadaires, le Stade Yves-du-Manoir vient de signer un sixième revers consécutif à domicile. De quelles manière cette fois-ci nous direz-vous ? Pour enchaîner une neuvième défaite consécutive toutes compétitions confondues, il faut s’avoir se recycler dans la lose. Dès la 2e minute de jeu, l’arrière sud-africain du MHR Henry Immelman permet aux héraultais de mener au score. Avantage que les montpelliérains vont conserver durant toute la partie. Ou presque. Jusqu’à quelques secondes de la fin du match. Mêlée introduction Montpellier à 22 mètres de leur en-but. Le pilier francilien Kharaishvili enfonce Fichten. Pénalité Racing 92, la 17e concédée par le MHR lors de match. L’ouvreur Antoine Gilbert ne tremble pas, et crucifie les espoirs secrets d’une éventuelle première victoire de PSA.

« On doit faire bloc pour réussir à gagner un match » P. Saint-André

Quand on arrive à ce niveau de désespoir, c’est que la Pro D2 n’est plus très loin d’investir le Stade Yves-du-Manoir.