Open d’Australie | Le finish bien chatard d’Andrey Rublev


Rublev Rune

Si la grosse, l’immense, la splendide, la ravissante, la lumineuse information de la nuit est la victoire de Magda Linette sur Caroline Garcia, d’autres choses fantastiques se sont passées sur les terrains de Melbourne. En attendant la victoire finale de Djokovic dimanche (oui, cessons de faire semblant) sur le tableau masculin, d’autres concurrents se battent pour avoir le privilège de se faire déchiqueter par le Serbe. Et parmi eux, il y a eu une lutte homérique entre Andrey Rublev et Holger Rune. Des points dantesques, un scénario exceptionnel, et un final… affreux.

Net et précis

Bon, passons rapidement sur les 4 premiers sets. Un échange de bons procédés où les deux protagonistes échangeaient leurs temps faibles. Mais le 5e set sera d’un tout autre acabit. Holger Rune s’envole et mène 5-2, puis 5-3 sur son service. Le moment parfait choisi par le jeune danois pour manger un break blanc des familles. Après ça, Holger Rune s’offre 2 balles de match, mais ne les convertit pas. Direction le Super Tie-Break.

Publicité

Un Super Tie-Break que survole le Danois, bien motivé à ENFIN conclure ce set et ce match. 5-0, puis 7 à 3. Autant dire que plus de la moitié du chemin est faite. Mais à nouveau, Andrey Rublev se reprend et envoie 6 points consécutifs pour passer à 9-7. Rune était à 3 points du match, il se retrouve à devoir sauver 2 balles de match. Pour la première, petit service gagnant des familles. Et pour la seconde, autant vous dire qu’il y met plus que la manière.

Un passing extraordinaire pour un match qui semble prendre une tournure fantastique. Le Russe marque le point sur son service juste après, et s’offre une nouvelle balle de match sur le service du Danois. Le public retient son souffle. Un nouveau point de légende va peut-être se dérouler sur leurs yeux. Le stress est palpable. Rune envoie une très bonne première balle, et c’est là que Rublev va envoyer le retour parfait.

Publicité

Alors, dégueulasse, mais parfait. Une magnifique et subtile bande du filet qui fait que la balle vient mourir juste derrière pour tuer le point, le set, le match et les rêves de Rune. Comment dit-on la chatte en Danois ?

À lire aussi :   Open d'Australie 2006 | Santoro, le show avant le coup de chaud

La balle de match parfaite, somme toute. Notons tout de même le flegme de Rune qui n’explose pas sa raquette en mille morceaux. Pas sûr qu’à sa place,