OM – Ajax | Avec Diant Ramaj, Marseille jouait à 12


Diant Ramaj

La rencontre entre l’Olympique de Marseille et l’Ajax Amsterdam offrait un duel entre deux noms ronflants d’Europe, mais à l’actualité pour le moins compliquée. Mais ce soir, les deux équipes nous ont offert un match de haut niveau, dont Diant Ramaj en est la preuve éclatante.

À lire aussi :   Ligue des Champions | Avec les formes, Marseille perpétue la tradition

L’OM n’aime pas être devant au score, et le montre

Pierre-Emerick Aubameyang est le premier à lancer les hostilités, suivi 30 secondes plus tard par Brobbey. Autant vous dire que la fraîcheur est de mise au Stade Vélodrome.

Publicité

Mais l’OM est d’humeur joueuse ce soir, alors les hommes de Gattuso décident de trouver à nouveau le chemin des filets. Et devinez quoi ? Les Ajacides répliquent 4 minutes plus tard. On se pince pour y croire.

Publicité

Puis arrive l’impardonnable. Au retour des vestiaires, Aubam se retrouve à la réception d’un centre en cloche. Tellement en cloche qu’il envoie un retourné acrobatique. 3-2. On se rassied sans dire un mot.

Diant Ramaj, le 12e homme marseillais, c’est lui

A 11 contre 10, on se dit que les Marseillais vont gérer le score jusqu’à la fin de la rencontre, comme le feraient 10 équipes sur 10. Oui mais non. L’OM nous a appris cette saison que préserver un score était bien plus compliqué que cela. La preuve en est avec l’égalisation de Chuba Akpom, absolument tout seul au second poteau. Ce n’est pas comme si les Marseillais jouaient en supériorité numérique. Pour la troisième fois de la soirée, l’OM est rejoint au score. Quel plaisir.

Puis à la 90+3e minute, c’est le drame. Le genre d’actions que nous ne voulons pas voir, ou bien alors provenant d’équipes françaises. Sur un centre marseillais se dirigeant vers le troisième poteau, le gardien Diant Ramaj se précipite vers ce dernier sans aucune raison. L’Allemand n’avait qu’à le laisser sortir gentiment pour relancer ensuite. Mais non, le natif de Stuttgart essaye de se saisir du ballon avant qu’il ne sorte, mais ne le saisit pas vraiment. Et le relâche même dans les pieds de Sarr, avant de se jeter sur ce dernier. Pénalty. L’enchaînement de mauvaises décisions est brutal.

Aubameyang en profite pour claquer un triplé.

Si la journée mondiale de la générosité est célébrée chaque année le 28 novembre, il faudra désormais la fêter le 30.

Tom