Moto GP Japon | Le raccourci salvateur de Johann Zarco


zarco

Le monde de la Moto GP est impitoyable. Surtout quand on est Français. Johann Zarco l’a encore appris à ses dépens lors du Grand Prix du Japon. La faute à un raccourci après le drapeau rouge. Ici c’est la MotoGP, pas Mario Kart, selon les organisateurs.

Qualifs & Sprint

Le premier instant badass du week-end sera l’œuvre de Marco Bezzecchi. Une gamelle de l’espace pour remonter sur sa bécane et finir quatrième des qualifs. Décidément, ils ne sont pas du même bois que nous.

Côté français, le week-end nippon s’annonçait mi-figue mi-raisin. Si Fabio Quartararo se lave de sa performance de la semaine précédente, Johann Zarco, lui, décide de nous la mettre à l’envers. Lors de la course Sprint, il passe de la 10e place sur la grille à la 5e sur la ligne. Il y a des signes comme ça qui sont inquiétants avant la course du dimanche.

Le résumé de la course MotoGP du Japon

Ce que ne savent pas les pilotes ce dimanche, c’est que le week-end sera composé non pas d’une mais de deux courses sprint. La faute à des pluies diluviennes sur le circuit de Motegi. Alors que le départ se fait sur piste sèche, les trombes d’eau vont complètement modifier le scénario de la course. Presque complètement, car pour Jorge Martin, la pôle se transformera en victoire.

Pour Fabio Quartararo, parti 15e, tout semble très bien se goupiller. Dès le premier tour, le drapeau blanc est agité, cela signifie que les pilotes peuvent passer aux stands prendre leur moto avec les pneus pluie. Tous sauf un, notre Fabio national. Mais si d’habitude une bonne stratégie décalée est signe de joie dans nos rangs, ici, l’option prise s’avérera plutôt payante, car le français finira 11e, puis même 10e, grâce à un salut réglementaire.

À lire aussi :   Moto GP France 2012 | De Puniet, la chute la plus rapide de l'histoire

Car de l’autre côté, Johann Zarco continue de nous offrir un terrible week-end. Sous la pluie diluvienne, il excelle. Un temps 15e à cause d’une sortie dans les graviers, il remonte une à une les motos pour être 6e au 12e tour. Mais la drache rend la piste quasiment impraticable, et c’est la chute. Manque de bol, exactement une seconde après sa chute, le drapeau rouge est agité.

Cependant,  en MotoGP, il est toujours possible de repartir. Alors Johann Zarco se dépêche de renvoyer sa moto dans les stands pour réparer ce qu’il y a à réparer et repartir. Problème, le règlement de la MotoGP interdit de prendre des “raccourcis” pour rentrer aux stands et reprendre le second départ. On vous passera les détails techniques, mais si on est de bonne foi, il se la fait mettre à l’envers. Surtout que dans un même temps, Miguel Oliveira, qui était lui rentré au stand pour abandonner, pourra repartir. Un règlement qui berne les Français est un bon règlement.

Côté piste, il n’y aura même pas de second départ, car la course sera arrêtée lors du second tour de chauffe. Rassurez-vous  Zarco sera bien lui déclassé et ne récupérera pas sa 6e place. Côté podium, Jorge Martin va donc remporter la course, devant Bagnaia et surtout Marc Marquez. Lui qui passait son temps à chuter, il réussit à finir sur le podium de la course la plus casse gueule de la saison. C’est à n’y rien comprendre.

 

Antoine