Marathons de Barkley | L’abandon déboussolant de Philippe Richet


Philippe Richet après sa victoire à l'Inca Marathon

Philippe Richet fait partie de cette caste des traileurs de l’extrême. Pour lui, 100 bornes en courant c’est un décrassage. Ses exploits vont du Marathon des sables au marathon des glaces en passant par la Diagonale des Fous. Le vainqueur de l’Inca Marathon aime quand la difficulté est quasiment insurmontable. Mais pour tout grand ultratraileur de ce genre, le Graal de la course de fêlé se trouve aux États-Unis. Direction le Tennessee pour l’objectif de la vie de Philippe: les Marathons de Barkley.

La course la plus dure du Monde.

La Barkley est la course la plus dézinguée du monde. Commençons par les chiffres. 5 tours à effectuer pour un total d’environ 160km (officiellement, officieusement on s’approcherait des 200/210) et 18000m de dénivelé positif. Soit juste 2 fois l’Everest à monter, rien de plus normal. De plus, il faut changer de sens au 3e tour, et choisir son sens lors du dernier. Mais ce qui fait tout le “charme” (notez bien les guillemets) de la course, c’est l’aspect éliminatoire. 60h pour terminer, sinon tu rentres à la maison bredouille. Ajoutez bien que nous ne sommes pas sur un trail normal. Ici, zéro balise, zéro poste de soin, zéro GPS. Juste une boussole et une carte. Pour valider leur course, ils doivent arracher des pages de livres placés sur le parcours.

Vous l’avez compris, pour terminer la course, il faut être un mutant. D’ailleurs, elle a été créée en 1986 et aura du attendre 9 ans et de nombreuses modifications de règlement pour que quelqu’un la finisse enfin. Depuis 1995, seuls 2% des coureurs ont réussi à finir cette course de l’enfer et gagner le prestigieux trophée de finisher. Pas d’autres récompenses: ni gain, ni médaille, ni argent. Juste de la fierté, et son nom gravé sur la plaque de métal du camp de base.

L’objectif d’une vie pour Philippe Richet

Et c’est cette fierté que Philippe est venu chercher. Le Landais se prépare pour cet objectif de vie depuis 7 ans. Un objectif qu’il n’a failli pas pouvoir démarrer, vu qu’il était à deux doigts de louper sa correspondance. Mais tout est bien qui commence bien, il prend bien le départ de la course mythique, un an après la terrible victoire d’Aurélien Sanchez. En effet, le Français était devenu en 2023 le premier non-américain à finir et gagner la Barkley. Un affront que souhaite faire perpétuer Philippe Richet.

À lire aussi :   Javelot | Le lancer intolérable de Teuraiterai Tupaia

Le problème, c’est France 3 Aquitaine qui va nous le faire découvrir. Au bout de 25 kilomètres de course, Philippe… perd sa boussole. Et si vous suivez avec assiduité Koh Lanta, vous pouvez comprendre la galère que c’est. Car petite piqure de rappel, il n’y a aucun GPS sur cette course. La sentence est irrévocable pour Philippe, il sait très bien que pour lui c’est mort. Mais pas le temps de se morfondre, car il faut quand même rentrer au camp de base. Il retrouve deux concurrents pour les suivre et retrouver la sortie entre les ours et les coyotes.

Je suis un vrai chat noir, on m’appelle Pierre Richard,

Philippe Richet, à France 3 Aquitaine.

La star de l’année est une femme

Philippe Richet a donc pu voir en live un des plus grands exploits de l’histoire de la course à pied. Il peut le dire: Paris est magique. Attention, rien à voir avec le foot, mais de Jasmin Paris. Après deux tentatives ratées, l’Écossaise est devenue la première femme à terminer la course en 59 heures, 58 minutes et 21 secondes. Soit 99 petites secondes avant la fin du décompte. Un sens du timing qui force le respect.

Antoine