Ligue Europa – OM | Une élimination et un match de Gala-tasaray.


boutique FFL

Quatre jours après la mascarade face à Lyon, l’OM avait à cœur de se relancer en Turquie et obtenir enfin leur première victoire en Ligue Europa cette saison. Mais l’exploit pouvait être encore plus grand ; enchaîner un douzième match consécutif sans le moindre succès dans la compétition. Autant vous dire que les Stambouliotes avaient une pris sérieuse option sur la victoire bien avant le coup d’envoi.

Les Olympiens ont idéalement lancé leur campagne européenne cette saison. Quatre matchs, quatre nuls. D’une régularité confondante. À l’aller, les Turcs n’avaient pas dérogé à la règle ; un bon vieux match nul. Dans les deux sens du terme.

Publicité

Sur la sellette avant cette rencontre, les Marseillais étaient dans l’obligation de gagner pour continuer de rêver à une qualification en phases finales. Chose qu’ils n’ont pas réussi à faire cette saison, malgré des matchs souvent dominés dans leur ensemble. Comme le résume si bien William Saliba.

 

« On a été meilleurs que les autres équipes lors de tous les matches qu’on a joués, mais on n’a jamais pu ramener les trois points » W. Saliba

Une vraie phrase de winner.

Le résumé du match Galatasaray – OM

Dans une ambiance de folie, les Marseillais prennent logiquement le bouillon. Tel le PSG à l’Etihad Stadium, les joueurs de l’OM ne touchent pas la moindre canette, hormis pour aller chercher le ballon au fond des filets. Car oui, il ne faut que dix petites minutes aux Turcs pour faire exploser la « défense » olympienne. En deux temps. Sur un premier centre venant de la droite, l’attaquant sénégalais Mbaye Diagne envoie une reprise de volée totalement écrasée, mais dont le rebond lobe Lopez. Transversale.

Publicité

Pas le temps pour les Marseillais de reprendre leur souffle que Kamara, capitaine du soir, perd le ballon dans la minute qui suit juste devant sa défense – Sampaoli a eu le nez de lui donner le brassard pour ce soir. Heureusement Caleta-Car arrive à la rescousse derrière pour éteindre l’incendie ; le Croate se mange une roulette de la part de Feghouli et finit le cul par terre. Pour boucler la boucle, Pau Lopez voit le ballon lui passer littéralement sous son aisselle sur la frappe de Cicaldau. 1-0. Les soirées se suivent et se ressemblent enfin pour le foot français.

Mais le récital ne s’arrête pas en si bon chemin. Laissé absolument seul sur le couloir droit par Luan Peres pour la 75e fois de la partie, ce diable de Cicaldau adresse un centre dans la surface. Mais Caleta-Car est de nouveau là pour s’interposer. Et comme sur le premier but, son intervention fait mouche ; le ballon tape son talon droit, rebondit sur son genou gauche et file sous l’index de Lopez. On est bien parti pour que le ballon effleure toutes les parties du corps de l’Espagnol ce soir.

Dieng fait bang sur la barre

Juste avant la pause, l’OM a la possibilité de réduire le score. Lancé en profondeur par Guendouzi, Bamba Dieng envoie une merveille de missile. Muslera est battu, mais le ballon s’écrase sur la barre. On n’en demandait pas tant.

Après l’heure de jeu, alors que les Olympiens tentent le tout pour le tout afin de recoller au score, Saliba préfère de son côté perdre le ballon à trente mètres de ses buts. La suite de l’action va beaucoup trop vite pour les Marseillais. En bon capitaine, Kamara est débordé et Feghouli est trouvé seul au second poteau. 3-0. Merci au revoir.

Dans le même genre de Lose :   Panthéon de la Lose | Benfica - OM | Vata et la main de la Luz

Mais ce match est fou et on le sent bien. À l’angle de la surface, Bamba Dieng subit un croche-patte subtile. Rarement vu un pénalty concédé si bêtement. Milik se charge de tirer le péno, et réalise un élan Jorginhesque. Un saut de cabri avant de frapper, tactique parfaite pour trouver les gants de Muslera. Manque de pot le ballon lui revient. 3-1. Alors peut-être.

La fin de match de l’OM, à montrer dans toutes les écoles

Il ne faut pas davantage d’espoir à l’OM pour que sa défense se déchire une énième fois dans son axe. Pour compenser les trous d’air béants de ses coéquipiers, Pau Lopez décide de sortir. Mais au vu de sa réussite de la soirée, c’était à prévoir qu’il s’arrache complet. Diagne hérite du ballon, avec seulement Caleta-Car entre lui et les cages. Mais le Sénégalais parvient tout de même à trouver les jambes du Croate. Ingénieux.

Alors que la victoire se profile pour les Turcs, Fatih Terim décide de faire tourner et fait entrer Babel. Sauf qu’il ne faut qu’une poignée de secondes au Néerlandais pour déposer Saliba et trouver la lunette de Pau Lopez. Même les remplaçants de Galatasaray leur font la misère.

Vous pensiez qu’on allait se diriger vers une fin de match morose ? Sur l’engagement, Guendouzi trouve la tête de Milik. 4-2. Cette rencontre n’a plus aucun sens. Et c’est ça qu’on aime. Qui a dit que l’Europa League était une coupe au rabais ? On va finir par se pencher un peu plus sérieusement sur cette compétition.

On oublierait presque le principal : l’OM est éliminé de la Ligue Europa. Les Marseillais vont ainsi pouvoir se consacrer à la lutte pour la 4e place en championnat, et à une élimination au premier tour de la Coupe de France.

La date : 26 avril 2018

Les joueurs de l’OM n’ont plus remporté de match de Ligue Europa depuis le 26 avril 2018, et la demi-finale aller face au RB Salzburg. Depuis, une série folle de douze matchs sans victoire. Soit la bagatelle de 1309 jours de disette. Le plus grand club de France sans aucun doute.