Ligue des Champions – PSG | Mbappé, le chef de Bruges.


Il y a deux semaines, le Paris Saint-Germain nous offrait une merveille d’opposition face à Manchester City. Dans la lignée des déroutes du PSG à l’Etihad Stadium. Un bien pour un mal toutefois, car cela a rendu ce PSG – Bruges aussi inutile qu’une Virtual Safety Car en Formule 1.

Coup d’envoi 18h45. Dès l’annonce de l’horaire du match, on savait que cette rencontre servirait de faire-valoir. Ce genre de match qu’on fait jouer pendant que tout le monde est encore blotti dans les transports en commun en rentrant du boulot. Mais pour trouver de l’enjeu dans cette partie, où le PSG était déjà sûr de finir second, il faut se pencher du côté des Belges. En effet, pour Philippe Clement et les Brugeois, conserver leur 3e position et se qualifier pour la Ligue Europa dans ce groupe de la mort serait une prouesse. En tout cas leur coach y croit dur comme fer. Ces Belges nous surprendront décidément toujours.

Publicité

“Nous avons déjà réussi deux coups dans cette campagne. Nous devons en ajouter un troisième demain” P. Clement

Si ce match sans enjeu donne la possibilité à Pochettino de faire tourner et de faire jouer les jeunes Titis, l’Argentin continue d’aligner la plupart de ses titulaires. C’est dire la confiance qu’il porte en son groupe.

Mais c’est pas pour autant que ce turnover profite à Sergio Ramos. Non mais vous l’avez pris pour qui ?

Publicité

 

Le résumé du match PSG – Bruges

Le match commence comme l’avait prédit Philippe Clement. Ou du moins, sa prophétie aura tenu 1 minute 20. En effet, c’est le temps qu’il a fallu à Simon Mignolet pour s’arracher complet sur un centre anodin de Nuno Mendes. Un dégagement des deux poings sur Mbappé, qui n’a plus qu’à placer son plat du pied pour ouvrir le score. Mais attention, la réaction brugeoise se fait sans attendre. Et de manière sanglante. Sur l’action suivante, Di Maria trouve sur une louche Mbappé dans la surface. Une demi-volée plus tard, Mignolet va chercher le ballon au fond des filets pour la deuxième fois en six minutes chrono. Réglé comme une horloge belge.

Face à une telle armada, les Parisiens comprennent très vite que c’est le soir où jamais pour faire marquer Léo. Alors sur un autre grand pont de Mbappé, le Français sert Messi aux abords de la surface. Crochet vers l’intérieur, frappinette enroulée dans le petit filet. Des lustres qu’on n’avait plus vu ça. Avec une avance confortable de trois buts, le PSG se relâche logiquement. Et sur une contre-attaque, les Belges se trouvent en une passe pour terminer par une frappe au ras du poteau. Mais le fameux bras télescopique de Donnarumma barre la route. Navas ne l’aurait pas arrêté celui-là.

À lire aussi :   LES SURVIVANTS | Ces équipes qui ne veulent pas goûter à la victoire (épisode 9)

Le tiki-caca vite retrouvé en deuxième mi-temps

La seconde période est d’une purge sans nom. Aucun rythme, des passes à deux à l’heure, un concours de marche à pied côté Parisien avec interdiction ne serait-ce que de trottiner. Résultat ? Les Brugeois se surprennent eux-mêmes en marquant un but par l’intermédiaire de Mats Rits. Une frappe à ras de terre 5 étoiles permise par une perte de balle de Gueye au rond central. Le Sénégalais est sorti avant même la reprise du jeu par Pochettino. Un choix – sanction vous avez dit ?

Mais la hype brugeoise ne va durer que huit minutes. Messi obtient un pénalty et le transforme face à un Mignolet aussi droit qu’un piquet. Les Parisiens s’imposent 4-1 pour leur dernier match de poules. Autant dire que le décrassage n’a plus lieu d’être après la rencontre. Il a été débuté dès la seconde période.

En attendant leur nouvel adversaire pour les huitièmes de finale, les joueurs du PSG ont une remise en question intense à effectuer pour être certains de foirer leur ligue des Champions dans les grandes lignes.