Ligue 2 BKT | SM Caen | Vol au-dessus de d’Ornano


Stéphane Moulin, SM Caen
boutique FFL

De toutes les injustices du football français, celle-ci n’aura jamais le plus grand retentissement mais en même temps, peut-on faire mieux que Battiston vs Schumacher ? Le SM Caen a subi mardi soir la loi de la lose arbitrale, celle qui est inéluctable et vous hante pendant des jours. Petit récit des faits.

Un mardi sans Ligue des champions mais à la bonne odeur d’un multiplex Ligue 2 qui vient vous chatouiller les naseaux. Quel bonheur ! On ne pensait pas avoir autant d’histoires à raconter mais notre 2e division est pleine de ressources. Et alors que Nancy se barricade dans les tréfonds du classement, le Stade Malherbe se distingue par sa capacité à se faire voler.

Publicité

Pas en très grande forme (leur dernière victoire remonte à un mois), les Caennais reçoivent notre mascotte de L1 l’année passée : Dijon. Puisqu’il a besoin de points, le SM Caen entame le match… par le mauvais bout. 1-0 pour les Dijonnais à la pause. En deuxième période, la tendance s’inverse et les Normands poussent comme des bougres. L’égalisation finira par arriver. Deux fois. Enfin presque.

It’s a fucking disgrace

On entame le dernier quart d’heure et Ali Abdi reçoit le cuir à l’entrée de la surface. Le défenseur est percuté par Sammaritano mais le ballon passe. Steve Shamal récupère et envoie le ballon au fond des filets. 1-1 ? Bien sûr que non ! M. Angoula siffle faute. Penalty alors ? Non simulation. Deuxième carton jaune pour Abdi, par ici la sortie.

Dans le même genre de Lose :   FC Metz | Le mémorable dernier match de Sylvain Kastendeuch

10 minutes plus tard, Dijon est toujours devant au tableau d’affichage. Caen repart de l’avant et Armougom envoie un centre millimétrée vers Chahiri. À pleine vitesse, l’attaquant se jette sur le ballon et va s’empaler sur le poteau. Dans les buts, Baptiste Reynet a repoussé le tir mais la balle a passé la ligne en intégralité. Sans VAR ni goal-line, M. Angoula n’accorde rien. Dans le doute, abstiens-toi.

Vous imaginez bien qu’à cet instant, le banc caennais est à peu près aussi calme que McGregor dans un octogone. L’arbitre décide alors de diviser pour mieux régner. Carton rouge pour Stéphane Moulin, coach qui a eu Gaël Angoula sous ses ordres lorsqu’il était au SCO d’Angers. L’élève a dégagé le maître.

Publicité

Après la rencontre, le coach de Dijon, Patrice Garande analysera avec justesse ce qu’il s’est passé.

Moi, du banc, je crois que mon gardien fait un super arrêt. Il en fait un super à part qu’elle est un peu dedans quand même.

On connaissait les gardiens épatants sur la ligne, Baptiste Reynet, lui, est encore meilleur derrière sa ligne.

En tout cas, cette histoire nous rappelle une chose : lorsque la lose est après vous, la lutte est inutile. Elle ne fait que rendre la défaite plus douloureuse. Mais néanmoins drôle.