Ligue 1 – OL Lille | Lyon remporte le choke dans la course au titre !


Burak YILMAZ of Lille scores a goal against Anthony LOPES of Lyon during the Ligue 1 match between Olympique Lyon and Lille OSC at Groupama Stadium on April 25, 2021 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport) - Groupama Stadium - Lyon (France)

Quatre jours seulement après son élimination savoureuse en Coupe de France, l’Olympique Lyonnais recevait le LOSC pour un choc dans la course au titre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Dogues ont soupé les Gones.

Mercredi soir. Parc OL. Tandis que les Lyonnais accueillent les Monégasques pour une place en demi-finale, et possiblement remporter un premier titre depuis 2012, Sinaly Diomandé ne l’a pas entendu de cette oreille. Le roc Ivoirien en a visiblement marre de cette saison tronquée par des matchs à huis clos, alors voici le natif d’Abidjan qui réalise le combo pénalty – expulsion – protestation. Un perfect dans le milieu. La faute a un pied soi-disant haut, mais quelle idée de Ballo-Touré de jouer le ballon avec la tête aussi.

Publicité

Le résumé du match Lyon – Lille

L’entame de match est une sacrée bouillie technique. Passes en touche, contrôles ratés, contre-appels sans appels. Un florilège. Le point d’orgue est sans conteste le rush de 80 mètres de Jonathan Ikoné qui adresse un caviar périmé à David. Mais les deux équipes se rendent coup pour coup. Sur l’action suivante, Depay trouve un Slimani superbement seul. L’amorti tient la route, mais la finition est golden. Une espèce de lob à 3 mètres des cages sur Maignan mesurant près d’1m90. Sans surprise, le ballon vient mourir derrière la barre transversale. Mais la tentative reste savoureuse.

Oui mais voilà, Islam Slimani n’est pas français, et il le prouve. Sur un centre en retrait inspiré de Caqueret, le buteur Algérien vient trouer les filets de Maignan. 1-0. Mais pas le temps de finir sa célébration que cela repart directement dans l’autre sens. Parti seul en profondeur, Yilmaz trouve Jonathan David seul au point de pénalty. Le Canadien trouve le moyen de trébucher avant de tirer au but. Mais digne d’une figure de patinage artistique, le jeune attaquant parvient à tromper Anthony Lopes en se vautrant. À un détail près. Yilmaz était hors-jeu. Toussa pour ça.

Publicité

Même si les actions de buts se succèdent, cela n’empêche pas d’assister à des erreurs techniques outrancières. Limite innovantes. Sur un corner lyonnais de Depay joué court sur Caqueret, le milieu de terrain de l’OL lui remet instinctivement. Hors-jeu. On ne s’en lasse pas. Ajoutez à cela les placements en défense hasardeux de De Sciglio, assortis d’interventions délirantes, et vous obtenez une première demi-heure de haut vol.

Botman – Maignan, duo de choke

Vient alors LE geste du match. Coup-franc excentré à droite qui semble anodin, mais c’était sans compter la complicité entre Botman et Maignan. Tandis que le premier est trop court pour jouer le ballon de la tête, le second se déchire royalement, percutant en pleine poire son défenseur. Pour couronner le tout, le ballon rebondit sur le bras de José Fonte qui marque contre son camp. Un but 100% lillois, conçu du début à la fin par les trois tauliers de la défense.

On s’approche tout doucement de la pause, quand le LOSC obtient un coup-franc à l’entrée de la surface. Yilmaz décide alors de faire bondir Lopes sur sa ligne. Lulu. Sa réaction appartient désormais à la postérité.

 

Dans le même genre de Lose :   CS Sedan Ardennes | Le FC Communiqué a un nouveau challenger

On joue l’heure de jeu, et Lucas Paqueta décide de relancer la course au titre. Sur une énième passe ratée, Marcelo est trop court. Yilmaz n’a qu’à délivrer une galette pour David. 2-2. Moins de deux minutes plus tard, Garcia sort Paqueta. Si vous y voyez une sanction, vous avez un esprit drôlement mal placé.

On se dirige tout droit vers un match nul qui permet au PSG de récupérer la tête du championnat. Mais sur une connexion turco-turque, Yazici dévie de la tête pour Yilmaz. Le vétéran pique le ballon au-dessus de Lopes.

Passer de 2-0 à 2-3, exploit lillois ou craquage lyonnais ?

Nous on a choisi.