Ligue 1 | Les notes FFL de Rennes – PSG


Encore sous le choc de son élimination de la Ligue des Champions, le PSG avait la possibilité de ruiner totalement sa saison en l’espace d’à peine 5 jours. L’ont-ils fait ? Réponse dans les notes FFL de la rencontre.

Gomis – 8

Une performance solide. Heureusement que le pénalty de Neymar lui passe entre l’index et le majeur. Ça lui sauve son match. 8.

Publicité

Traoré – 7

Cherche encore en ce moment les passes de Di Maria dans son dos. Pas de quoi dépayser les Parisiens en leur proposant les Champs-Élysées dans son couloir.

 

Aguerd – 8

Même si ses interventions sur Kean ont été de haut niveau, on ne peut s’empêcher de sourire sur son pénalty concédé. La Ligue 1, et pas n’importe laquelle. Celle qui nous fait battre nos petits cœurs chaque dimanche soir.

 

Publicité

Maouassa – 9

Un coup-franc juninhonesque qui fracasse un lampadaire du stade. Rien à rajouter.

Bourigeaud – 4

Après avoir foulé 10 bornes sur le côté droit, Génésio le permute côté gauche. Histoire que la pelouse soit marquée de l’empreinte de ses crampons. Marathonien.

 

Ugochukwu – 3

17 ans, mais la sérénité d’un vieux briscard. À son âge, j’étais encore en train d’échanger de chasser des Pokémon dans la garrigue.

 

Tait – 7

Avec un net regain de forme en seconde mi-temps, le milieu rennais a dominé l’entrejeu parisien. De la tait et des épaules.

Doku – 8

Une qualité de dribble digne d’un top player mondial, mais une finition du niveau de mon pied gauche les yeux fermés.

 

Guirassy – 7

À défaut de trouver le chemin des filets avec les pieds, Guirassy a trouvé la solution : marquer de la poitrine. Dommage qu’il ait été 1 mètre hors-jeu.

 

Terrier – 8

Heureusement que son repositionnement dans l’axe est censé bonifier son jeu selon Génésio. On n’ose imaginer quel aurait été son rendement couloir gauche.

Dans le même genre de Lose :   Les notes FFL de Paris - Barcelone

 

Génésio – 2

Le PSG aurait pu s’incliner face à deux Pep à cinq jours d’intervalle. Les rêves n’existent pas pour les suiveurs de la Farmer’s League.
 

Navas – 3

Trois fois le même arrêt sur sa gauche, avec des pas chassés redoutables. Encore une fois le meilleur Parisien ce soir. Vivement qu’un certain Alphonse revienne pour lui faire de l’ombre.

 

Dagba – 7

Appréciation pertinente des espaces avec Doku. Il ferait presque regretter l’absence de Kehrer. C’est dire.

 

Kimpembe – 9

On ne se lassera décidément jamais de ces défenseurs qui protestent le coup de sifflet de l’arbitre sur un attentat. Lunettes noires vissées sur le nez, un bluffeur digne d’un joueur de poker.

 

Kurzawa – 8

À peine il a le temps de se faire soigner durant la pause après le coup de savate d’Aguerd, que Kimpembe le découpe dans les règles de l’art 5 minutes après la reprise. La définition du souffre-douleur.

 

Danilo Pereira – 3

Un grand écart au rond central digne de Danse avec les Stars. Jean-Marc Généreux lui aurait mis un 10, mais nous on lui met un 3.

Neymar – 8

Comme on l’espérait, on a très vite eu droit à des décrochages à 50 mètres du but rennais suivis de rushs en solitaire. On en redemande à chaque match.

Draxler – 7

L’Allemand avait à cœur de montrer à ses dirigeants qu’ils ne s’étaient pas trompés cette semaine en le prolongeant. Une performance plus transparente tu meurs.

Kean – 6

À l’instar de Guirassy, Kean connaît lui aussi le doux plaisir de marquer un but invalide.