Les notes FFL de Bosnie – France


Ibrahim SEHIC of Bosnia and Herzegovina looks dejected as Antoine GRIEZMANN of France scores a goal during the World Cup Qualifying 2022 match between Bosnia and Herzegovina and France at Stadion Grbavica on March 31, 2021 in Sarajevo, Bosnia and Herzegovina. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Sarajevo (Bosnie Herzegovine)

Les Français étaient confrontés ce soir à des Bosniens qui n’avaient plus connu la moindre victoire depuis novembre 2019 et leurs dix derniers matchs. On a cru à l’impensable. Mais ce soir entre Macron et l’Équipe de France, il n’y avait clairement pas la place au miracle. Les notes FFL de la rencontre.

Lloris – 2

Deuxième joueur français le plus capé de l’histoire ce soir, le capitaine des Bleus n’a pas manqué de nous mettre une petite claque derrière la tête pour l’occasion avec sa manchette inhumaine en première période sur un corner bosnien. Ou comment nous faire diablement regretter l’absence de Mandanda dans les buts.

Publicité

Pavard– 6

Si Lloris s’est manifesté parmi les flops de la rencontre à l’issue de son arrêt réflexe, l’action précédant son coup de folie avait pourtant magnifiquement commencé. Totalement seul au point de corner, Pavard a la possibilité de renvoyer le ballon dans le camp bosnien. Mais le bougre préfère dévisser son dégagement et l’envoyer en corner 3 mètres derrière lui. Mais vous connaissez la suite, la reconnaissance et Lloris ça fait deux.

Varane – 8

Si Macron nous a donné un coup derrière la tête avant même le coup d’envoi, les ouvertures de Varane dans la profondeur nous ont très vite redonné du baume au cœur. Et dire qu’il a été le premier joueur à sortir des vestiaires pour fouler la pelouse… et ne pas se rendre compte qu’elle fusait. Le quotidien de Sergio Ramos ne doit pas être de tout repos.

Hernandez – 3

Vivement le retour de Lucas Digne dans le couloir gauche Monsieur Deschamps ! La débauche d’énergie et les duels gagnés deviennent de plus en plus insupportables de trêve en trêve. Et dire qu’il hésitait avec la Roja. Argh.

Coman – 7

Le Munichois nous a offert un premier quart d’heure de jeu anti-Lewandowskiesque : une frappe écrasée du gauche qui a eu toutes les peines du monde pour trouver la sortie de but, et une tête mollasse venant mourir dans les gants de Sehic. Avant d’être le premier sorti à la 57e. Bref, une sacrée perf’ de bout en bout. Mais rassurez-vous peuple parisien, Kingsley sera au rendez-vous pour briser vos rêves en Ligue des Champions.

Publicité

Dans le même genre de Lose :   Coupe de France - Une Epinal dans le pied du LOSC

Pogba – 8

Paul avait la flemme de jouer avec ses pieds ce soir, alors La Pioche a révisé ses bases d’italien. Une conversation d’1h30 avec Daniele Orsato pour préparer le passage de son CELI.

Rabiot – 4

Coupable sur l’ouverture du score pour avoir distribué une galette, Rabiot a failli se racheter. Cheveux dans les yeux après avoir perdu son chouchou sur la pelouse, le Turinois a découpé Krunic dans la surface. Malheureusement pas suffisamment pour le corp arbitral (pourtant italien).

Lemar – 6

On valide le plaquage par derrière. Lemar peut aisément prétendre à une place dans le groupe de Fabien Galthié pour la Coupe du Monde 2023 en France. En même temps, Lemar l’aurait dégagé lui le ballon face aux Écossais.

Griezmann – 1

Si Mbappé peaufinait sa préparation pour le 20 km marche des JO de Tokyo face à l’Ukraine, Grizou nous a lui sorti un marathon d’enfer. Tacler à 90 mètres du but adverse ? Ca ne lui fait pas peur. Alors ajoutez à cela l’ouverture du score, et vous obtenez une soirée à oublier. Où est passé le Grizou de Catalogne por favor ?

Dzeko – 7

On connaît tous ce gars qui joue davantage avec son corps qu’avec ses pieds. Dos au jeu, Dzeko a passé son match à enfoncer ses dorsaux sur Kimpembe. Juste pour le fun.

Giallatini – 9

Arbitre de touche ce soir, l’homme au drapeau s’est fait remarquer comme il a pu. En foirant tout d’abord ses deux premières interventions par des hors-jeux totalement inexistants. Puis en ne sifflant pas le pénalty lors de l’attentat de Rabiot sur Krunic dans la surface de réparation. Pourtant pile en face de lui. Solide.