Le récap FFL – Wayne Hennessey, le Diable Rouge qui voit rouge


Wayne Hennessey

À première vue, les affiches du jour peinaient à nous procurer un enthousiasme débordant. Mais sur le terrain, la perplexité a laissé place à un show décoiffant.

Pays de Galles – Iran

Il ne s’agissait pas d’une affiche de rêve, mais la rencontre a été dingue. Les Iraniens ont tout d’abord cru que les Dieux du football étaient contre eux. Au retour des vestiaires, la Team Melli ne trouve pas un poteau, mais deux dans la même action. Azmoun puis Golizadeh font trembler les montants de Hennessey. La poisse.

Publicité

Mais Wayne Hennessey va avoir l’occasion pour se montrer. On joue la 84e minute, et Taremi est envoyé en profondeur. Le double mètre gallois ne se pose pas de question et effectue une sortie de chalutier à 30 mètres de ses buts. Hennessey envoie un immense coup de savate pour dégager le ballon, sauf qu’il ne touche à aucun instant ce dernier. Mais plutôt la mâchoire de Taremi. Rouge direct. Pas Diable Rouge pour rien le Wayne.

Publicité

Comme depuis le début de la compétition, les arbitres n’y vont pas avec le dos de la cuillère en ce qui concerne la durée du temps additionnel. Neuf minutes sont ajoutées pour la fin de match. Alors Cheshmi fait durer le plaisir, et attend la 90+8e minute pour faire chavirer le stade Ahmed-Ben Ali. Une frappe puissante au ras du sol qui crucifie le pays de Galles. Mais que les supporters gallois se rassurent, ils vont en avoir pour leur argent. À la 90+11e minute, Rezaeian se présente devant les cages et inscrit le second but. Victoire 2-0 de l’Iran qui se relance dans le groupe. Qui l’aurait cru.

Pour le pays de Galles, c’est le dur retour à la réalité.

Qatar – Sénégal

Les Qataris le savent, ils doivent à tout prix se racheter après leur premier match perdu contre l’Équateur. Alors juste avant la pause, le patron de la défense du Qatar en personne prend les choses en main. Sur un centre anodin, Khoukhi se troue magistralement et ne parvient pas à dégager le ballon. Pire, son auto-cafouillage profite à Boulaye Dia qui n’a plus qu’à ouvrir le score. Même quand il jouait en Ligue 1 avec Reims, Dia n’avait pas des buts aussi simples à marquer. C’est dire le niveau imposé par les Qataris dans ce Mondial.

Un but encaissé juste avant la pause donc, puis dès le retour des vestiaires. Il n’y a pas à dire, le Qatar a le sens du timing. Mais voilà, ce qui devait arriver arriva. À un quart d’heure du terme, Muntari inscrit le premier but du Qatar dans cette Coupe du monde, et dans son histoire par conséquent.

Le troisième but sénégalais est presque anecdotique. Le Qatar a rempli son objectif dans ce Mondial : faire trembler les filets (adverses hein).

À lire aussi :   Football | Le but du siècle lors de Cesena-Fermana

Pays-Bas – Équateur

On ne va pas vous mentir, il était difficile de distinguer David de Goliath lors de cette rencontre. Si les Néerlandais ouvrent le score sur une frappe sèche de Gakpo à la 6e minute, ils ont la bonne idée de cesser de jouer sur les 84 suivantes. La Tri impose sa supériorité physique sur les Pays-Bas, on ne pensait devoir le dire un jour.

Les Équatoriens se voient refuser un but pour hors-jeu avant la pause, pour mieux surprendre les Néerlandais au retour des vestiaires. Et bien entendu dans ces cas-là, c’est Valencia qui s’en charge. Troisième but pour lui, soit 100% des buts marqués par sa sélection dans ce Mondial. Il serait temps de lui désactiver ses cheat codes.