Jeux Olympiques Tokyo 2020 | Le récap de la nuit du mardi 3 Aout


Cette nuit restera à jamais comme celle d’une des plus grandes courses de l’histoire. Un 400 m haies d’anthologie, même pas coupé par une bascule. Côté tricolore, les grandes choses se passent dans la matinée. Mais ça n’est pas pour autant que la nuit a été vaine. 

Athlétisme

4 athlètes. Ils ne sont que 4 athlètes sur Terre à avoir réussi la séance de qualifications parfaite aux JO de Tokyo. Le Grec Tsiamis, l’Ouzbek Kurbanov, le Géorgien Gulelauri et, surtout, le tricolore Jean-Marc Pontvianne. Comme un hommage à la légendaire séance de saut en longueur au décathlon des Championnats d’Europe. Le triple mordu, le triple coup de bambou, la triple bulle. 

Publicité

De son côté, Benjamin Compaoré ne passe pas le cap des qualifications pour ses 3e JO, qui semblent être les derniers vu son interview après. Seul vilain petit canard, Melvin Raffin. Pour 5 cm, il passe tout juste le cut de la qualification et déclare.

La finale, ça n’aura rien à avoir, il y aura quelque chose à aller chercher

Reste à voir dans quel sens ça n’aura rien à voir. Rendez-vous jeudi.

Pour le reste, sur 400 m, Amandine Brossier, en bonne Angevine, a une sacrée dalle. Elle se qualifie sans trop de difficulté lors de sa série. On se revoit demain pour les demis.

Côté demi-fond, demi-joie pour la FFL. Baptiste Mischer récupère la place du con pour certains, de la FFL pour les autres : Premier non qualifié au temps. Alexis Miellet ne passe pas aussi en demi, mais laisse tout de même le moins bon temps français des séries à Azeddine Habz. Sauf que ce dernier est lui qualifié à la position. C’est ça, la beauté des jeux.

Publicité

Mais nous ne pouvons pas fini ce paragraphe sans avoir une pensée pour Benjamin Rai. Imaginez bien, vous êtes en finale de votre discipline — ici le 400 m haies — et vous pulvérisez le record du monde de 60 centièmes. Vous explosez de joie, vous hurlez et devenez instantanément un héros national. Mais pas pour Benji. La raison ? Il est deuxième de sa course, derrière le Norvégien Karsten Warholm, qu’il l’a battu de 76 centièmes.

Avec son temps de 45,94, il aurait été champion de France cette année. Du 400 mètres. Sans haies.

Oui, c’était une des plus grandes courses de l’histoire. A 5 h du matin ici, dans un stade vide.

Handball

Cette nuit les Experts étaient opposés aux surprenants joueurs de Bahreïn en quarts de finale. Il y a de ces matchs où dès la première minute de jeu, vous comprenez rapidement qu’il n’y aura jamais de suspense durant toute la partie. Très vite les Bleus prennent le large et atteignent la mi-temps sans aucune embûche (21-14).

Et comme si ça ne suffisait pas, le second acte est une copie conforme du premier (21-14) soit 42-28 à l’issue de la rencontre. Clairement pas ce que nous avions prévu pour cette nuit.

Prochaine étape l’Allemagne ou l’Égypte pour les demi-finales jeudi matin. Où on attendra une bien meilleure opposition.

Plongeon

Après la victoire expéditive des handballeurs, la moindre lose paraît tout de suite merveilleuse. Engagé en demi-finale du tremplin à 3 mètres, Alexis Jandard n’a pas hésité à deux fois pour se faire éliminer. Encore plus rageant quand son résultat des demies (357,85) est bien mien bon que celui du tour préliminaire (423,6). Ce dernier lui aurait permis largement de se hisser en finale. Quand certains montent en gamme lors d’une compétition, Jandard lui, assure ses arrières.

Tandis que seuls les douze premiers sont qualifiés, Jandard a préféré se relever. Il se loupe complet dans son 4e saut, un reverse 1 ½ somersaults 3 ½ twists (à vos souhaits) et termine 16e sur 18 en demi-finale. Presque parfait.

Kayak

2 salles, 2 ambiances un peu différentes, mais même fin de soirée pour le kayak français. En biplace, Sarah Guyot et Manon Hostens se sont qualifiées pour la finale, mais n’ont pas réussi à accrocher une médaille, ni même une presqu’médaille. A la porte de la porte des récompenses : 7e.

De son côté, Étienne Hubert finira lui aussi 7e de sa finale. Mais de la finale B, car il ne s’est pas qualifié en demi.

A suivre

Le grand évènement de la matinée sera évidemment le France Italie en basket. Oui la France est favorite, mais l’Italie est sur un nuage. Alors, comment on dit « Alors peut-être » de l’autre côté des Alpes ? Allora forse

En athlétisme, on aura bien évidemment un œil sur Renaud Lavillenie, en délicatesse avec sa cheville.

Et pour finir le programme tricolore, on terminera avec un quart de finale France Pologne en Volleyball. Victoire indispensable pour aller chercher la quatrième place tant convoitée.

Et surtout, concentrez-vous bien pour ne pas vous endormir. Cette année, les bascules sont très très sévères.