Grand Prix de Bahreïn | Ocon, le Johnny Wilkinson de la F1.


Photo by Icon sport

C’est la reprise ! Après une interminable pause de 3 mois, la catégorie reine du sport automobile reprend enfin du service pour le Grand Prix de Bahreïn. Et cette année, le suspens est au sommet. Est-ce que Charles Leclerc sera capable de garder son titre de vice-champion du monde ? Non parce que bon, on fait tous genre mais on sait très bien qui sera titré dans 9 mois. Alors, autant se concentrer sur le principal.

Les Essais Libres et Qualifications

Vous vous doutez bien, la FFL aura les yeux rivés sur une écurie principalement cette année. Une écurie FRANÇAISE avec 2 pilotes FRANÇAIS. Une écurie Alpine qui sera bien logiquement notre chouchoute. Et elle ne va pas attendre bien longtemps avant de nous faire rêver. Des essais libres où on se laisse à penser que l’écurie cache peut-être son jeu ou qu’elle ne donne volontairement pas toutes les infos à ces concurrents…

La réponse viendra très rapidement en Qualifications. Avec une P17 qui se transforme en P20 après un tour annulé, Pierre Gasly s’offre la dernière place du Grand Prix de Bahreïn pour son premier Grand Prix avec sa nouvelle monoplace. Une entrée avec brio.

Pour le reste, on a presque l’impression d’être au 23e GP de l’année précédente : 1ère ligne 100 % Red Bull, 2e 100 % Ferrari. Seul nouveau trouble-fête : les Aston Martin qui s’incrustent dans le Top 10. Et si, pour une fois, Fernando Alonso avait fait un choix judicieux dans sa carrière ?

Le Grand Prix de Bahreïn

Enfin, 16 h heure française, nous y sommes. Le début du tour de mise en place pour le premier départ de la saison. Et alors que Julien Febreau nous donne rendez-vous au premier virage, nous choisissons d’attaquer directement au premier arrêt sur la grille. Esteban Ocon se cale un petit peut trop à droite et prend la première pénalité de la saison alors qu’il n’a pas passé la première. Et ça n’est que le début d’un Grand Prix de légende, mais nous y reviendrons plus tard.

Le premier divebomb foireux de la saison sera l’œuvre d’un spécialiste de la discipline, Lance Stroll. Mais le plus beau, c’est qu’il défonce son propre coéquipier. Bienvenue dans ta nouvelle écurie, Fernando Alonso. Le premier abandon sera lui pour l’Australien Oscar Piastri. Le presqu’pilote Alpine n’a pas réussi à redémarrer sa McLaren après avoir changé de volant.

Un duel FFL au sommet entre Alpine et Ferrari

Mais le héros du Grand Prix est bien évidemment Esteban Ocon. Alors qu’il s’est fait voler la vedette en Qualifications par Pierre Gasly, Esteban a absolument tout donné lors de la course. Première pénalité au départ, donc. Mais son écurie réussit l’exploit de rater la pénalité en la faisant trop courte. Il prend donc cette fois 10 secondes de rab. Mieux encore, pendant son arrêt aux stands, il est flashé en excès de vitesse. 5 + 10 + 5 ça nous fait un grandiose 20 secondes de pénalité. Un exceptionnel hommage à Pastor Maldonado. Un record qui sera déjà compliqué à aller chercher cette saison, surtout depuis que Mazepin n’est plus dans le paddock.

À lire aussi :   Quiz Formule 1 | Les vainqueurs du GP de Monaco depuis 1996

Du côté de la Scuderia Ferrari, l’arrivée de Frédéric Vasseur aura été un électrochoc. Ils ont réussi l’exploit en un Grand Prix de réussir sans encombre un double arrêt et ils n’ont réalisé aucune erreur stratégique. Mais le bonheur ne dure jamais bien longtemps pour les tifosi de la Scuderia. Leclerc, en solide troisième, voit sa voiture lui dire merde en perdant toute puissance sans crier garde. Un nouvel abandon cruel pour le Monégasque.

Clou du spectacle pour Ferrari, l’Aston Martin d’Alonso va doubler Sainz et s’offrir le premier podium de la saison, derrière les Red Bull qui vont faire leur championnat à eux. Bravo à Max Verstappen pour son titre de Champion du Monde 2023.

Petite déception cependant. Pierre Gasly qui va chercher une 9e place dans un anonymat certain avec le point du meilleur tour. Rendez-vous dans 15 jours en Arabie Saoudite.

Antoine