GP d’Australie | Qualifications | Stroll & Latifi, la francophonie en folie


La France, c’est bien plus que son propre territoire. C’est aussi toute une francophonie qui, avec des accents certes un peu différents, propose les valeurs de la langue de Molière aux quatre coins de la planète. Quoi de plus normal donc que de voir 2 Canadiens nés à Montréal envoyer du lourd à l’autre bout de la planète. Je me souviens.

Un mano à mano au ralenti entre Latifi et Stroll

Après des essais que seuls les braves ont regardés, Stroll partait tout à fait confiant avec son bolide. En effet, les 2 Aston Martin ont goûté au délicat et subtil goût de mur dans la 3e séance d’essais libres. C’est d’ailleurs du paddock que Sebastian Vettel, attendant qu’on reparte dans son carrosse, regardera avec des yeux d’enfant le duel entre Stroll et Latifi.

Publicité

Si ce dernier réalise un début de saison exceptionnel (2 crashs en 2 courses, leader du Mazepin Challenge), les lauriers pour son 3e crash de la saison ne lui seront pas attribués. En effet, alors qu’il se laisse dépasser par l’Aston Martin, qu’il pense dans un tour rapide, Latifi remarque que son compatriote n’est pas du tout à fond. Il faut bien dire qu’il est difficile cette année de juger quand l’Aston Martin est rapide ou lente, le différentiel de vitesse étant très faible.

Nicholas Latifi se décide donc de redoubler, vu qu’il doit gérer la température de ses pneus et préparer son tour rapide. Sauf que Stroll

  1. Ne le vois pas
  2. Veux le défoncer.

Le résultat est fantastique. Un coup de volant au bon moment de Lance qui déglingue la voiture de Latifi. Crash absolument inutile et drapeau rouge. Un crash qui va même permettre à Vettel (autre francophone) de pouvoir réaliser un temps et s’adjuger une splendide 18e place. C’est un peu le Piquet Jr/Briatore du super pauvre quoi.

Publicité

Stroll dire qu’il ne pouvait rien faire parce que le virage tournait à droite. 3 places de pénalité pour Stroll suite à cette manœuvre audacieuse et cette excuse bidon.

Alpine aussi n’est pas en reste

L’écurie française est très décevante. Avec ses 2 pilotes en Q3, Alonso voulait venger les Espagnols suite au Reddit Place, la France a encore mis un stop aux espoirs hispaniques. L’écurie avait pourtant annoncé la couleur : balek la fiabilité, on mise tout sur la performance. Alonso explose les secteurs et les temps, la pole position devient plausible, les Ibères sont en transe et puis… panne hydraulique, le moteur ne fait plus un bruit. Le seul qu’on entend est celui des graviers puis du mur, qui accueille l’Alpine avec grand plaisir. El Panne.

Seul traître à la francophonie, bien évidemment Charles Leclerc. Mais tout ceci est une autre histoire bien moins intéressante.

À lire aussi :   F1 | Les notes FFL de l'incroyable British GP, avec Topps