France Danemark | Les coqs triomphent des poules


Photo by Icon sport

4 ans après la plus grande purge footballistique de l’histoire du football, la France retrouve le Danemark en Coupe du Monde. Autant vous dire, il suffisait juste d’un dribble, d’une course ou même d’un simple tacle pour que la rencontre soit plus palpitante que celle de 2018. En espérant bien évidemment un scénario plus ou moins identique à la dernière confrontation. 

Publicité

Avant de commencer, un peu de bons souvenirs, ça ne fait jamais de mal

Une première mi-temps en carton (jaune)

On ne sait toujours pas s’il est droitier ou gaucher, mais au moins Ousmane Dembélé nous rassure immédiatement en nous faisant comprendre que quoi qu’il se passe, il y aura ses dribbles pour faire en sorte d’avoir une meilleure rencontre qu’en 2018. Et dans l’engagement aussi. Un magnifique tacle en presqu’dernier défenseur de Andreas Christensen, deux semelles de Cornelius puis de Koundé. Disons qu’en Ligue 1 on serait rentré aux vestiaires à 10 contre 9.

Publicité

Seul frisson dans notre dos pour cette première période, une passe en profondeur limpide d’Upamecano, un centre nickel d’Ousmane Dembélé pour Kylian “Kyk’s” Mbappé qui… envoie une énorme minasse au-dessus des buts. Point positif donc, Mbappé est en train d’envoyer une performance moyenne. Point négatif : on avait exactement le même sentiment au premier match.

La honte : une qualification déjà en poche

Après 10 bonnes minutes de rompiche, les choses se sont tristement accélérées dans ce match. Didier se rend compte qu’avoir un arrière latéral de métier peut être une bonne chose. Théo Hernandez remonte tout le terrain, double combinaison avec Kyk’s et Mbappé fusille Schmeichel avec l’aide du mollet de Christiansen. Premier coup dur pour la Fédé. On sent bien que les ambitions que nous avions pu mettre dans cette coupe du monde sont lentement en train de disparaître.

À lire aussi :   Football | Le but du siècle lors de Cesena-Fermana

Mais c’est quand les ténèbres sont les plus fortes que jaillit la lumière la plus puissante. 5 minutes plus tard, Giroud est sorti et corner danois. L’occasion de Christiansen de venger son sosie Pavard laisser sur le banc en fusillant de la tête Loris à bout portant. S’en suit des bonnes longues minutes où la France commence un peu à caca-culotter. Fébrilité, perte de repères tactiques et techniques ? Et si c’était la bonne.

Bah non. Griezmann se rappelle à la mauvaise époque pour envoyer un cavier à Mbappé, tout en profitant de la non-sortie totale de Schmeichel hors de ses buts. 2-1.

Les minutes s’égrainent et la fatalité nous tombe dessus. Cette Coupe du Monde ne sera pas un immense fiasco. Après tout, qu’un coq triomphe des poules est logique dans le règne animal. Mais il va vite falloir se reprendre en prévision du 8e de finale. Et nous sommes rassurés : il y a des chances que la France joue contre l’équipe du meilleur coach du monde : l’Arabie Saoudite.

En attendant, il y aura un dernier match face à la Tunisie mercredi. Ensuite, notre coupe du monde commence. On vous en fait le serment.