Football – Malaisie | La simulation hollywoodienne de Sunday Afolabi


Sunday Afolabi

Si le dribble est l’un des plus beaux gestes au football, la simulation est sans aucun doute notre préféré. Et pour trouver un maître en la matière, oubliez Neymar. En Malaisie, Sunday Afolabi a prouvé qu’il était le nouveau GOAT.

Si la Ligue 1 vient de reprendre ses droits, un autre championnat fait sensation dans le monde du football : la Malaysia Premier League. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, cette élite, composée de 10 équipes, est en fait la deuxième division malaisienne. Mais aucune importance, le niveau pratiqué entre le Kelantan FC, leader du championnat, et le Perak FC, avant-dernier, vaut le détour. À la surprise générale, ce sont les visiteurs mal classés qui mènent 2-1 à la 86e minute. Un exploit incertain qui va mettre en lumière un génie des temps modernes : Sunday Afolabi.

Publicité

À lire aussi :   Football Nigeria | La plus belle séance de tirs au but truquée

La simulation délirante de Sunday Afolabi

Milieu nigérian de 23 ans, Sunday Afolabi a vu du pays comme on dit. Passé par le Pérou, le Portugal, la Slovaquie et la République tchèque, le voici désormais en Malaisie. La suite logique. Quel que soit l’endroit du globe où il se trouve, Sunday joue la gagne, à tout prix. Et quand on dit qu’il est prêt à tout pour gagner, nulle limite ne s’oppose à lui.

Tandis qu’il ne reste que 4 petites minutes à jouer dans le temps réglementaire en Malaisie, Afolabi sent bien que la courte avance de son équipe n’est pas une garantie. Alors le Nigérian a une idée de génie. Avant qu’un corner soit joué, il se met à envoyer ses meilleurs pas de danse devant le public. La scène dure une vingtaine de secondes. Première tentative pour gagner du temps.

À lire aussi :   Football | Deux victoires 91-1 et 95-0, welcome to Sierra Leone

Face à ce numéro malaisant en Malaisie (lol). Ok, son adversaire le frôle pour se replacer. C’en est trop pour Sunday Afolabi qui enclenche directement la deuxième partie de son plan : les roulades à même le sol. Et la réalisation artistique est juste parfaite. Deux petites roulades sur la droite pour se créer de l’espace, puis un enchaînement de six galipettes sur la gauche. Le tout dans le sens de l’aiguille d’une montre afin de réaliser un cercle parfait. Et sans oublier les cris de douleurs pour avoir été frôlé. 10 sur 10. Cette seconde tentative pour gagner du temps s’avère payante, puisque le Perak FC s’est finalement imposé 2-1.

Attention, cette cascade a été réalisée par un professionnel, n’essayez surtout pas de la reproduire chez vous.

Publicité

Si vous souhaitez quand même vous y risquer, nous vous conseillons de suivre ce tuto en amont.

À lire aussi :   Coupe Caribéenne 1994 | Barbade, le véritable Pirate des Caraïbes.